20/02/2012

POURQUOI NICOLAS DOIT-IL LIVRER DHINA ?

 

395490_333069413394244_185794021455118_1027684_634247064_n.jpgPOURQUOI NICOLAS SARKOZY DOIT- IL ACCEPTER L'EXTRADITION DE MOURAD DHINA ?

POURQUOI CETTE DEMANDE D'EXTRADITION PRECISEMENT MAINTENANT ?

POURQUOI LA FRANCE N'A-T-ELLE RIEN A LUI REPROCHER ET LE MAINTIENT-ELLE EN DETENTION ?

POURQUOI LA SUISSE N'INTERVIENT-ELLE PAS POUR SON  RESIDENT GENEVOIS INSTALLE DEPUIS 15 ANS A MEYRIN ?

POURQUOI LA SUISSE N'A-T-ELLE JAMAIS PORTE  PLAINTE CONTRE MOURAD DHINA QUI EST SOUPCONNE D'AVOIR PREPARE DES ACTES TERRORISTES DEPUIS ZURICH DURANT LES ANNES 1997 -1999?

POURQUOI LES AUTORITES SUISSES ONT ELLE TOUJOURS REFUSE DE DONNER SUITE AUX DEMANDES D'EXTRADITION A L'ENCONTRE DE MOURAD DHINA MALGRE LES SOUPCONS DES AUTORITES ALGERIENNES ?

 

POURQUOI A LA VEILLE DES ELECTIONS NICOLAS SARKOZY SOUHAITE-T-IL TANT PLAIRE AUX GENERAUX ALGERIENS ?

COMMENT PENSE-T-IL ETRE REMERCIE DE SON GESTE ?

LES GENERAUX ALGERIENS AUX MAINS BAIGNEES DE SANG SONT-ILS DES INTERLOCUTEURS SERIEUX ?

NICOLAS SARKOZY PENSE-T-IL VRAIMENT GAGNER DES VOIX EN LIVRANT MOURAD DHINA ?

 

QUE DE ZONES D'OMBRES, QUE DE MANIPULATIONS ! QUELS SONT LES VERITABLES ENJEUX,      QUELLES NEGOCIATIONS, QUELLES TRANSACTIONS DERRIERE CETTE DEMANDE D'EXTRADITION ?

 

LE DEBAT EST OUVERT ! DE LA DISCUSSION JAILLIT LA LUMIERE ....... Les propos mis par les commentateurs ne sont pas forcément le reflet de ma pensée, toutefois, la censure est  insupportable. Que chacun en toute bonne foi s'exprime et sache qu'il s'engage moralement à travers ses propos.

(La préférence des lettres en majuscules : chaque question a été écrite en majuscules pour pouvoir les reprendre de façon lisible dans les commentaires et les traiter chacune comme un titre en soi et  si le commentateur le souhaite ! )

 



 

22:33 | Lien permanent | Commentaires (55) | |  Facebook | | |

Commentaires

pourquoi la france protège t elle les généraux putchistes?
pourquoi la france s ingère t elle dans les affaires de l algérie?
pourquoi M J.CHIRAC reconnait il lindépendance en 1999?
pourquoi............................?
A TABLE.

Écrit par : benmecheri yacine | 21/02/2012

Cette affaire pue tellement le gaz que personne ose répondre !

Écrit par : stratege | 21/02/2012

Il n'a vraiment pas de chance, le pauvre: voilà qu'il est défendu par Hani Ramadan.

Écrit par : Mère-Grand | 21/02/2012

"POURQUOI LA SUISSE N'A-T-ELLE JAMAIS PORTE PLAINTE CONTRE MOURAD DHINA QUI EST SOUPCONNE D'AVOIR PREPARE DES ACTES TERRORISTES DEPUIS ZURICH DURANT LES ANNES 1997 -1999?"

Pourquoi vous criez? C'est très impoli. A part ça, c'est une bonne question mal formulée. Pourquoi la Suisse qui arrête Polanski et le place sous verrou extraditionnel ne le fait pas pour celui-ci?

A part ça, il a été condamné en Algérie et la procédure est normale. Présenté le personnage comme un agneau, c'est un peu osé. N'a-t-il pas justifié l'assassinat d'intellectuels, de médecins, de journalistes? "Justifié" n'est-il pas un euphémisme?


"POURQUOI LA SUISSE N'INTERVIENT-ELLE PAS POUR SON RESIDENT GENEVOIS INSTALLE DEPUIS 15 ANS A MEYRIN ?"

La Suisse n'intervient déjà pas pour ses propres citoyens ou si peu et vous voudriez qu'elle le fasse pour un simple résident? Vous êtes très naïf. Et de quel droit je vous prie? La condition pour qu'il puisse rester en Suisse était qu'il s'abstienne de toute propagande. Manifestement il n'a pas respecté cet accord. Alors bon vent!


"Il n'a vraiment pas de chance, le pauvre: voilà qu'il est défendu par Hani Ramadan."

Et part toute la smala islamiste.

Écrit par : Johann | 21/02/2012

Un petit hic, les charges retenues contre ce copain des généraux et membres du gouvernement algérien, ainsi que du GIA et du FIS, sont de crimes contre l'humanité, ce n'est pas rien, d'ailleurs il n'y a pas de charge plus grave !

Maintenant, nous sommes face à la complexité des massacres algériens des années 90-2000, il est vrai, que dans ce panier où tous les autres inculpés liés à ces massacres ayant tués des enfants, des femmes, des femmes enceintes, des vieillards, tous civils et innocents, pratiquement tous des habitants de villages sans défense, plus de 250'000 civils massacrés selon les scénarios les plus barbares, des massacres où l'on trouve le pouvoir algérien dans une alliance avec des mouvements islamistes !

Officiellement le GIA et le FIS sont les "ennemis" du pouvoir FLN algérien, et pourtant ils se sont unis sans aucune logique dans ce massacre pendant 10 ans.
Officiellement le FLN accusait le GIA et le FIS, mais après des milliers de témoignages, ils oeuvrait dans l’horreur mains dans mains, des soldats et des policiers du pouvoir algériens était systématiquement présents sur tous les lieux où on eu lieux les massacres de villageois civils !!

C'est une situation pratiquement encore jamais observée nul part dans toute l'histoire de l'humanité, les terroristes opposants au régime et les terroristes du régime oeuvrant dans une même mission de terreur et de tueries, quelqu'un peut-il me citer un autre exemple dans l'histoire ? Je n'en vois pas !

Le gouvernement algérien est le premier à s'être allié à ses ennemis officiels pour massacrer sa propre population et comme grand coordinateur-trésorier, Mourad Dhina en poste à Genève, proche des banques et d'une plateforme protégée par la confédération !!!

Pour certain, cette situation totalement diabolique, rien ne semble les choquer !

Nous ne savons, le pouvoir algérien est l'un des pouvoir les plus corrompu de la planète, les centaines de milliards des richesses su sous-sol algérien ne se compte plus dans les comptes à numéros helvétiques des "politiques" et généraux de ce pays où la population vit dans une misère exsangue, une misère qui fait que plus de dix millions d'algérien ont fuis la misère vers l'Europe et d'autres pays !

Suite demain !!!!!!!!

Écrit par : Corto | 22/02/2012

Rebonjour,

C'est comme le nouveau pouvoir égyptien se disant vainqueur de la dictature qui donne le passage aux navires militaires iraniens pour fournir des armes au tyran syrien, belle mentalité, si les égyptiens ont fait une révolution contre leur dictateur pour ensuite soutenir les autres dictateurs de la région, où va t-on ????

C'est un peu le même genre d'incohérence calculée et génocidaire que le GIA, FIS et FLN au pouvoir on mis en oeuvre en Algérie dés 1995, la trahison à tous les étages, une complicité monnayée avec les "ennemis" pour faire taire les rumeurs dans le pays.

Que ce passait-il en Algérie avant les massacre, qu'est-ce qui a fait que le pouvoir ait recruté les nazis du FIS et du GIA, et pourquoi le FIS et le GIA sont devenus les mercenaires génocidaires de ce pouvoir corrompu ?

Il n'y a pas d'autre explication que des intérêts communs et d'une lâcheté commune, à cette époque, la population algérienne grondait de colère à cause des privilège spoliant le pays au bénéfice de certains, généraux et membres du FLN, le pays malgré ses énormes ressources naturelles vivait sans hôpitaux, sans routes, sans infrastructures et les algériens vivaient dans une pauvreté crasse (ce qui n'a pas changé) donc ce n'est que dans le but d'écraser la population algérienne en clin à se révolté contre l'un des pouvoirs les plus corrompus de la planète et des plus barbares.

Donc Mourad Dhina, a simplement rempli le rôle de coordinateur entre les monstres du FLN et les exécuteurs mercenaires du FIS et du GIA, Mourad Dhina était l'homme de main du FLN pour ce travail de massacres collectifs et atteignant l'immonde le plus obscur.

Mourad Dhina et ses complices du FLN et autres généraux sanguinaire est l'organisateur et l'exécuteur de massacres de civils ayant assassinés dans des conditions insupportables plus de 250'000 civils innocents !!!

ä suivre, (les complicités)

Écrit par : Corto | 22/02/2012

Le Congrès du syndicat suisse des services publics (SSP) vient d'exiger, dans une résolution, du Conseil fédéral de la Suisse et notamment du Département fédéral des affaires étrangères et du Département fédéral de justice et police de veiller "à empêcher le dépôt de fonds de dirigeants algériens dans les banques suisses ou qu'ils fassent en sorte de pouvoir bloquer ces fonds", suite aux exactions qu'ils mènent contre les syndicalistes en Algérie.

Écrit par : Corto | 22/02/2012

Mourad Dhina, le général des factions terroristes à la solde des généraux et des politiques corrompus algériens, avait été également des liaisons avec des complices de l'autre côté de la méditerranée, bien avant de quitter l'Algérie, il entretenait aussi en relations étroites avec d'autres factions islamistes et terroristes de toutes provenances, il y avait les anciens membres des mouvements Abbache libanais, en fait tous les anciens massacreurs sunnites libanais, les restes du Fatah restés malgré les purges de Ben-Ali en Tunisie, ainsi que quelques membres nous dirons des professionnels barbouzes tous pavillons.

Egalement des éléments infiltrés de services à la soldes de pays occidentaux, infiltrés mais apportant également des soutiens balistiques, stratégiques et spécialistes de la communications, souvent provenant des anciennes milices de l'OAS et du SAC, proches de Pasqua et Balladur ainsi que certains sarkosystes !

Cette scission au sein de la droite RPR séparant les balladuriens et les chiraquiens prennent leurs racines dans la crise algérienne des années 90, eh oui, le pactole gazier et pétrolifère algériens, enfin le pactole découlant des appuis et soutiens aux massacres étaient l'exclusivité des balladuriens, ceci grâce aux alliances entre Pasqua et le FLN, et aux inimitiés entre Pasqua et Chirac. Ce n'est pas que Chirac valait mieux moralement que Balladur, c'est simplement que Pasqua n'a pas offert ses services à Chirac !

Vous me direz, comment ce fait-il que Pasqua, responsable du SAC et grand soutien au membres de l'OAS ait une carte blanche auprès de membres du FLN ?
Pour retracer les alliances entre Pasqua et la destinée politique algérienne il faut remonté au putsch contre Ben Bella par Boumédiène alors ministre de la défense, il s'agissait avec la bénédiction de de gaule de renforcer les liens entre la France et ce qu'il pouvait encore rester de lien avec l'ex-Algérie française, à cette époque il y avait également le rêve pan-arabbe nasserien et la main-mise soviétique sur l'ensemble de la région, ainsi qu'une France qui a opté pour un rapprochement entre les pays arabes avec l'URSS plutôt que de les voir se rapprocher des américains !!

Il est certain que deal était clair, troquer la souveraineté politique contre la monnaie sonnante et trébuchante au profit des sociétés pétrolières et minières françaises, une sorte de pacte tripartis qui ne fonctionnera d'ailleurs jamais vraiment. Il y avait également de la part du raïs égyptien une grande velléité envers les mouvements islamistes, notamment envers les frères musulmans.

Écrit par : Corto | 23/02/2012

07. octobre 2002 - 18:40
Un islamiste sous haute surveillance
Récemment élu président du Bureau exécutif national du Font islamique du salut (FIS), Mourad Dhina réside depuis dix ans à Genève.
La Suisse tolère ses activités politiques. Mais, plus que jamais, elle est vigilante.

Mourad Dhina est depuis le 5 octobre le patron du Front islamique du salut (FIS). Il a été élu chef du bureau exécutif de ce parti d'opposition radicale, dissous en 1992 par les généraux. Une décision qui a donné le coup d’envoi à une longue guerre civile.

Cet ingénieur de formation succède ainsi à Abdelkader Hachani, un «politique» du FIS, assassiné dans son pays en 1999 dans des circonstances troubles.

Mourad Dhina avait déposé une demande d’asile politique en 1995. Cette dernière ayant été rejeté, il bénéficie aujourd’hui encore d’un droit de recours introduit en 1999 qui est toujours en suspens.

Mais, dans les faits, Mourad Dhina est simplement toléré sur le territoire helvétique. Et cela au même titre que d’autres sympathisants reconnus du FIS.

Protégé par le droit international
«Pour des raisons de droit international, la Suisse n’est pas autorisée à expulser des requérants d’asile reconnus comme membres dirigeants du FIS», explique Dominique Boillat, porte-parole de l’Office fédéral de réfugiés.

En clair, la communauté internationale reconnaît que, depuis la dissolution officielle du Front islamique du salut en 1992, les membres du parti sont victimes de persécutions commises par l’Etat algérien.

A ce titre, les dirigeants du FIS répondent directement au critères d’admission de l’asile.

Pour autant, la Suisse n’entend pas accorder le statut de réfugié à des personnes susceptibles de soutenir des actions violentes. Et, en la matière, le FIS n’est pas exempt de tous soupçons.

Sous haute surveillance
La Suisse se limite donc à accepter momentanément ce type de requérant d’asile, aussi particulier qu’encombrant, sur son territoire.

Toutefois, rappelle pour sa part, l’Office fédéral de la police (OFP), au même titre que d’autres membres du FIS, Mourad Dhina est surveillé.

«Mais, pour l’heure, précise Danièle Bersier, porte-parole de l’OFP son comportement a toujours été conforme à la législation suisse». De son côté, Mourad Dhina fait savoir à qui veut l’entendre qu’il respecte les lois de la Confédération.

Les armes de la Confédération
Et Danièle Bersier souligne que «le Conseil fédéral serait toutefois compétent pour interdire au nouveau leader du FIS d’exercer des activités politiques sur le territoire suisse.»

La Constitution fédérale permet par ailleurs aux autorités de renvoyer des «étrangers compromettant la sécurité externe ou interne du pays».

C’est du reste au nom de l’article 70 que la Confédération a expulsé Ahmed Zaoui vers le Burkina en 1998.

Car de lourds soupçons pesaient sur ce militant islamiste algérien, accusé notamment par la France et la Belgique d’activités terroristes.

Pour l’heure, Mourad Dhina n’a rien à craindre. Il n’a aucun acte criminel à se reprocher. Il n’a été à l’origine d’aucune incitation à la violence. Seul cas de figure qui autoriserait le Conseil Fédéral à prononcer son expulsion du territoire helvétique.

swissinfo/Vanda Janka

En Bref
Mourad Dhina est né le 6 août 1961 à Blida. 
À 22 ans, il obtient un diplôme de physique à l’Université de Bab Ezzouar (Alger).
Il décroche ensuite un PHD au MIT (Massachusetts Institute of Technology, 1983-1987), sous la direction du Prix Nobel de Physique, le professeur Samuel Ting.
De 1987 à 1989, il fréquente des laboratoires de recherche allemands et français.
Il s’installe en Suisse en tant que chercheur au CERN (organisation européenne pour la recherche nucléaire) et enseigne à l’Ecole Polytechnique fédérale de Zurich. 
En 1992, il condamne l’arrêt du processus électoral en Algérie. 
En 1994, il connaît ses premiers ennuis, lors d’une série d’arrestations menées en France à l’encontre d’islamistes liés au FIS.

Écrit par : info | 23/02/2012

Extradition refusée 24 octobre 2002
Mourad Dhina a été élu début octobre 2002 responsable par intérim du Bureau exécutif du FIS. A ce titre, le Conseil fédéral craint qu’il ne focalise peu à peu sur la Suisse les forces exilées à l'étranger du mouvement dissous en 1992 en Algérie.

Après son élection, le gouvernement d’Alger avait protesté auprès de la Suisse, faisant part de sa préoccupation quant à la tolérance dont bénéficierait le requérant d'asile

Depuis que l'Office fédéral des réfugiés a refusé sa demande d'asile en 1996, Mourad Dhina est toujours en attente de son statut définitif. Depuis 1999, son recours est pendant devant la Commission suisse de recours en matière d'asile.

En février 2002, la Suisse a refusé de l'extrader comme le demandait l’Algérie. Les infractions reprochées à Mourad Dhina, condamné en 1997 par contumace par un tribunal algérien à vingt ans de réclusion criminelle, ne sont pas punissables en droit suisse.

swissinfo/Marc-André Miserez

Écrit par : info | 23/02/2012

Le terroriste Dhina Mourad, membre fondateur du Front islamique pour le djihad armé (Fida), responsable de l’assassinat de centaines de journalistes, intellectuels, syndicalistes et personnalités politiques algériens, arrêté en France le 16 janvier 2012, en exécution d’un mandat d’arrêt international émis par la justice algérienne, et d’une notice rouge d’Interpol, doit répondre des crimes commis sous sa responsabilité. Se disant docteur et chercheur, il pense induire en erreur l’opinion publique occidentale par ce subterfuge.

Or, son niveau universitaire, aussi élevé soit-il, ne signifie guère qu’il ne peut être un terroriste de grande envergure, à l’image du chef d’Al-Qaïda Aymen Zawahiri, qui est, lui aussi, un docteur. Le niveau universitaire des kamikazes d’Al-Qaïda ne les a pas empêchés de perpétrer les ignobles attentats du 11 septembre 2001 aux Etats- Unis. Un terroriste reste un terroriste quel que soit son niveau d’instruction. Nous ne comprenons pas pourquoi la Suisse a toujours refusé d’exécuter les mandats d’arrêt internationaux et les demandes d’extradition formulées par la justice algérienne, ni l’intérêt accordé par ces mêmes autorités à ce criminel, qui vit aux dépens des contribuables suisses. Il ne reste qu’une seule explication : Mourad Dhina est un mercenaire chargé de salir l’image de marque de son pays et un élément de déstabilisation des pays arabes et musulmans, sous couvert de la défense des droits humains. Le terroriste Dhina Mourad aurait pu bénéficier des mesures de clémence légales décidées par les autorités algériennes, s’il n’avait pas du sang de centaines de victimes sur les mains, sans oublier les cargaisons d’armes et de munitions qu’il a fait parvenir au groupe terroriste sanguinaire GIA (Groupe islamique armé). Sachant que ce dernier a commis des massacres collectifs de milliers de citoyens algériens, de tout âge, de sexe et de région. Nous, journalistes, intellectuels, syndicalistes, universitaires, hommes politiques, familles de victimes du terroriste Dhina Mourad et de son groupe armé, appelons les autorités françaises à le remettre à la justice algérienne qui doit lui garantir un procès juste et équitable pour les crimes commis. Le terroriste Dhina Mourad, se réclamant défenseur acharné des droits de l’homme, n’a jamais condamné les massacres collectifs commis en Algérie ou ailleurs. C’est pourquoi, nous, les signataires de la présente pétition, exigeons sa remise à l’autorité judiciaire algérienne pour qu’il y soit jugé.
Envoyez vos signatures sur : dhinacriminel@yahoo.fr

http://www.algerie360.com/algerie/petition-«jugez-le-terroriste-mourad-dhina-»/

Écrit par : petitionjugezmourad | 23/02/2012

Mon IP est bloqué par la TDG !

Il faut ruser pour être publié !!!!!

Écrit par : Corto | 25/02/2012

@Info,

Si selon vos sources Mourad Dhina, cet algérien né en 1961, est devenu l'actuel responsable du FIS
tout en étant domicilié en Suisse

Savez-vous qui le soutien, le finance, le supporte et lui permet de rester en Suisse en tant que chef du FIS algérien,
à Genève en particulier (avocats, immo, emploi etc).

Écrit par : graphycs | 25/02/2012

que ce passe t-il sur le blog de Djémâa, ça n'a pas l'air d'inquiété personne que la censure bat son plein !!!

Écrit par : Corto | 26/02/2012

Petite pose, le gouvernement français actuel, c'est à dire la bande à Pasqua proches de l'actuel président français, ne souhaite pas voir les déballages de Dhina en directe sur les tabloïds, spécialement en période d'élection, donc l'Elysée n'a pas hésité d'imposer une censure totale sur l'affaire Dhina !

C'est un peu comme l'ordre donné par la même présidence concernant le nombre de véhicules incendiés pendant les fêtes 2011-2012, notamment dans les banlieues sensibles !

Nous pouvons observer que la censure est très bien orchestrée dans le pays des "droits de l'Homs, que le mupet show médiatique est de plus en plus contrôlé de très près, et que vu le rôle central de Mourad Dhina dans les méandres de la politique "franco-algérienne", ce dernier risque bien pour sa défense de ressortir de nombreux cadavres encore chauds et des transactions et autres comptes bancaires encore plus brûlants !

Écrit par : Corto | 26/02/2012

L'affaire Mourad Dhina est une bombe pour les politiques français, d'autant plus que Pasqua ne pourra plus vraiment utiliser les méthodes d’antan, c'est à dire comme dans les affaires en Barka et tant d'autres où les cadavres disparaissent de la galaxie. Comme la France a utilisé des dizaines de milliers d'algériens lors de leurs essais nucléaires dans le Sahara avec la bénédiction des révolutionnaires putschistes de Boumédiène.

Écrit par : Corto | 26/02/2012

Dés que je poste certains mots ou des commentaires trop longs le nouveau petit jouet de la TDG bloque les publications, voilà la Suisse et ses sbires ensanglantés qui ont commencés à agir !!!

Écrit par : Corto | 26/02/2012

Il y a aussi un certain Guéant dans la farandole, ami proche de Pasqua, ayant trempé également dans l'affaire des financements des campagnes de Pasqua aux européennes en tandem avec un certain Philippe de Villier, financement impliquant de nombreux blanchiments d'argent dans la région de Genève.

à suivre

Écrit par : Corto | 26/02/2012

C'est le mot "Casinos" qui bloque ???

Écrit par : Corto | 26/02/2012

MDR, y une phrase qui bloque, en fait le système TDG choisit une phrase au milieu de votre comm et censure le tout en se repérant sur cette phrase !!

Écrit par : Corto | 26/02/2012

Rien à faire, y a des mots qui ne passent pas !!!

Écrit par : Corto | 26/02/2012

Balladur, généraux algériens ???

Écrit par : Corto | 26/02/2012

Frontière Suisse ??

Écrit par : Corto | 26/02/2012

en fait de 2 généraux algériens bien connus et depuis limogés par Boutéflikha et amis de Mourad !!

Écrit par : Corto | 26/02/2012

Il ne fait pas de doute que la volonté de la bande à Balladur est de faire disparaître Mourad Dhina, mais ce dernier a consolidé ses arrières depuis le temps qu'il séjourne calmement à Meyrin, il est certain que Mourad peut faire exploser les sarkosyste à tout jamais !

Écrit par : Corto | 26/02/2012

A côté de cela, c’était par l’intermédiaire de Pasqua que Guéant était entré en relation avec les réseaux Françafrique et Françalgérie, et a tissé des liens étroits avec eux, de sorte que la première chose qu’il entreprit de faire quand il fut nommé secrétaire général à la présidence en 2007, était de remplacer les diplomates « rénovateurs » par des dirigeants de ces réseaux parallèles qu’il contrôlait, et qui décident encore à ce jour, de la politique française envers l’Afrique et l’Algérie en particulier, parfois en contradiction même avec les orientations de la politique étrangère établie par le Quai d’Orsay.

A suivre....

Écrit par : Corto | 26/02/2012

Donc j'ai pu plus ou moins poster mon comm. en 10 fois, hormis une phrase qui dérange la TDG,

Écrit par : Corto | 26/02/2012

cette phrase parles des complicités entre certaines banques et un Kasino proche de la Suisse !

Écrit par : Corto | 26/02/2012

Il faut écrire Kasino, ça passe mieux, ils ont filtré le mot Kasino avec un "c" !!

Ils sont pas très au point !!

Donc c'est l'affaire des Kasinos qui dérange une banque du coin !!

Écrit par : Corto | 26/02/2012

C'est par une magnifique et morne après-midi d'automne, que nous visitâmes pour la première fois le nouveau Kasino du bord de mer. Cet édifice néo-gothique, dont l'allure imposante semblait répondre, à travers la distance, aux falaises qui bordaient l'horizon, etc., etc.

Écrit par : j'essaie moi aussi | 26/02/2012

En effet.

Écrit par : j'essaie moi aussi | 26/02/2012

@ j'essaie moi aussi

Avez-vous essayé avec un "c" ????

Écrit par : Corto | 26/02/2012

Oui, avec 'c' et 'k' (minuscule), mais justement, cela ne passe pas.

Écrit par : j'essaie moi aussi | 26/02/2012

Donc on est sur piste !!!

d'ailleurs j'allais continuer mais sans pouvoir utiliser certains mots, cela me rappel l'époque soviétique dans toute sa candeur !!!

Écrit par : Corto | 26/02/2012

Bof, c'est surtout pour bloquer les spams. Si un message ne passe pas, vous pouvez toujours changer un peu l'orthographe des mots suspects.

Écrit par : j'essaie moi aussi | 26/02/2012

Il est vrai que des fonds versés sur la banque Sarsasin ont permis faire d'étranges liens entre des personnages comme Pasqua et des personnages comme Mourad, mais l'enquête traîne depuis des siècles et le parquet genevois ne semble pas très enthousiaste de faire un peu de ménage.

Mais des annonces officielles attestent de financement de banques islamistes comme :

Bank Sarasin-Alpen (ME) Limited, filiale de la Banque Sarasin, une des principales banques privées de Suisse, a fait une opération de Murabaha de 120M$ pour Noor Islamic Bank afin de financer les investissements futurs et de gérer le bilan de Noor Islamic Bank. La cérémonie a eu lieu le 4mai au siège de Noor en présence des équipes dirigeantes des deux banques.

Fidelis M Goetz, chef du private banking de la Banque Sarasin, a rappelé que l'activité de gestion de fortune islamique de la Banque Sarasin avait commencé en novembre 2009.

Écrit par : Corto | 26/02/2012

Hussain Al Qemzi, Directeur Général du Groupe de la Banque Islamique Noor et le Groupe d’Investissement Noor, a déclaré : “La Banque islamique Noor renforcera sa connaissance déjà approfondie du marché nord-africain et la région MENA afin de chercher des opportunités stratégiques et de consolider son statut d’une des plus grandes institutions bancaires islamiques. Notre présence à travers le bureau de représentation assurera une expansion régionale régulière et renforcera notre réputation comme un fournisseur de solutions financières.”

La place bancaire helvétique se voit projetée dans les affaires de l'Afrique du nord par le truchement de la banque Islamique Noor, banque ayant son siège à Dubaï et déjà dans la lucarne de la CIA pour financement de mouvement liés au terrorisme.

La finance halal se fait financer par le système bancaire privé helvétique, quel raison a poussé les banquiers suisses pour être aussi présent dans les réseaux d'Afrique du nord ?

Écrit par : Corto | 26/02/2012

Il y a aussi la condamnation de l’inspecteur Jobe qui hante les autorités judiciaires, en fait quel est le vrai nom de cet inspecteur "Jobe" ??

Écrit par : Corto | 26/02/2012

La TDG allègue du vide liés à l'enquête faire du coté Suisse, il n'y a pas eu d'enquête et ceux qui ont tentés de mettre leur nez dans cette affaire se sont fait taper les doigts par le Tribunal fédéral ;;;


RENVOIS. Considérant que l'élection d'Abdelaziz Bouteflika à la présidence de la République avait ramené un semblant de paix, la Suisse a repris ses expulsions de demandeurs d'asile algériens

L'assassinat, le 22 novembre, du leader islamiste Abdelkader Hachani et la recrudescence générale des violences changent pourtant la donne. L'Office fédéral des réfugiés n'en tient pas compte pour l'instant

La guerre, en Algérie, a-t-elle jamais pris fin? Le pays a connu une embellie et l'espoir d'un retour à la paix avec l'élection, en avril, d'Abdelaziz Bouteflika à la présidence de la République. Mais depuis début novembre, près de 200 personnes ont été tuées dans des violences attribuées aux groupes armés. Le 22, le numéro 3 du Front islamique du salut, Abdelkader Hachani, a

été assassiné à Alger. Cet attentat met à mal la «concorde civile» plébiscitée par les Algériens en septembre et fragilise la position du chef de l'Etat face à l'armée, qui détient le pouvoir réel, et face à l'opinion. A une dizaine de jours du commencement du ramadan, traditionnellement plus meurtrier que les autres mois de l'année, l'Algérie donne l'impression de replonger dans la guerre civile. L'Office fédéral des réfugiés (ODR) n'a pas mis fin pour autant à ses procédures de renvoi de demandeurs d'asile algériens. Il les avait suspendues jusqu'à l'élection d'Abdelaziz Bouteflika. Puis, jugeant que la situation s'améliorait, il les a reprises. Trente-trois requérants ont été renvoyés depuis, explique la porte-parole de l'ODR, Virginie Claret. Depuis le début de l'année, 416 ressortissants algériens ont déposé une demande auprès de l'office: 25 ont obtenu l'asile, 33 une admission provisoire, 325 ont été déboutés. Les critères d'attribution de l'asile se résument dans les faits à un seul: la persécution de particuliers ou de groupes par un pouvoir d'Etat. Dans ce schéma assez théorique, les Algériens les mieux placés pour l'obtention de l'asile sont les islamistes, alors que les attentats frappent aveuglément des civils, sans distinction d'appartenance politique.

Le cas de Mourad Dhina
Mais la donne, à l'ODR, a changé. Depuis l'élection d'Abdelaziz Bouteflika, les procédures de renvoi touchent aussi les sympathisants islamistes, jusqu'alors épargnés. L'ODR estime que leur vie n'est plus en danger en Algérie. Seuls les membres dirigeants ou supposés tels du FIS échappent encore à ce traitement. Pas tous, cependant. L'ODR, confirme Virginie Claret, a adressé une décision de renvoi à l'islamiste Mourad Dhina, domicilié dans le canton de Genève, qui l'a reçue deux jours avant l'assassinat d'Abdelkader Hachani. Mourad Dhina est physicien. Il travaillait au CERN jusqu'à ce que la présence de son nom sur une liste de deux cents personnes soupçonnées d'implication dans un trafic d'armes au profit des groupes armés algériens n'apparaisse dans la presse suisse, fin 1994. Une fuite, dont l'origine est restée inconnue, avait permis la divulgation de la liste. L'enquête de la police fédérale sur le «réseau» des prétendus trafiquants n'a pas abouti. Un inspecteur de la police genevoise, ayant transmis la liste aux services algériens, devait, par la suite, être jugé et condamné pour espionnage par le Tribunal fédéral. Mourad Dhina s'était porté partie civile au procès. La divulgation de son nom, parmi les deux cents autres, lui a fait perdre son emploi au CERN. Considérant que la Suisse l'avait placé dans une situation délicate, Mourad Dhina n'a jamais voulu fonder sa demande d'asile sur ses liens avec le FIS. Il bénéficiait toutefois d'un permis provisoire jusqu'à peu. La mort d'Abdelkader Hachani devrait lui éviter une expulsion que le chef des services algériens, le général Smaïl Lamari, était venu demander à Berne en 1995, affirme Mourad Dhina. La Suisse n'est pas seule à procéder à des renvois de requérants algériens. La France en expulse aussi, «au compte-gouttes», assure un fonctionnaire du Ministère de l'intérieur. En Suisse, «l'ODR examine les demandes d'asile des Algériens au cas par cas», explique Virginie Claret. L'Office fédéral des réfugiés n'exclut pas d'interrompre ses renvois vers l'Algérie si la détérioration de la situation sécuritaire dans ce pays devait se confirmer. L'ODR attendra que le mois du ramadan se passe et avisera fin janvier, au terme de la durée d'application de la loi sur la concorde civile. Cette loi d'amnistie s'adresse aux maquisards islamistes. Le président Abdelaziz Bouteflika a promis qu'il éradiquerait les derniers maquis après le 13 janvier.

Écrit par : Corto | 26/02/2012

Par contre du coté algérien, un courant inverse noircit les pages des journaux locaux, et le fait qu'un client des banques privées helvétiques viennent s'expliquer ne semble pas être un motif suffisamment convainquant, pendant la presse helvétique diffuse une pétition contre l'extradition en Algérie de Mourad Dhina, le quotidien lui, appel, a signer une pétition contraire, la presse suisse aurait-elle prit partie dans les élections algériennes ?? ;;;


Article du "Jour d'Algérie" du 21 février 2012



Pétition

Jugez le terroriste Mourad Dhina

Le terroriste Dhina Mourad, membre fondateur du Front islamique pour le djihad armé (Fida), responsable de l’assassinat de centaines de journalistes, intellectuels, syndicalistes et personnalités politiques algériens, arrêté en France le 16 janvier 2012, en exécution d’un mandat d’arrêt international émis par la justice algérienne, et d’une notice rouge d’Interpol, doit répondre des crimes commis sous sa responsabilité. Se disant docteur et chercheur, il pense induire en erreur l’opinion publique occidentale par ce subterfuge. Or, son niveau universitaire, aussi élevé soit-il, ne signifie guère qu’il ne peut être un terroriste de grande envergure, à l’image du chef d’Al-Qaïda Aymen Zawahiri, qui est, lui aussi, un docteur. Le niveau universitaire des kamikazes d’Al-Qaïda ne les a pas empêchés de perpétrer les ignobles attentats du 11 septembre 2001 aux Etats- Unis. Un terroriste reste un terroriste quel que soit son niveau d’instruction. Nous ne comprenons pas pourquoi la Suisse a toujours refusé d’exécuter les mandats d’arrêt internationaux et les demandes d’extradition formulées par la justice algérienne, ni l’intérêt accordé par ces mêmes autorités à ce criminel, qui vit aux dépens des contribuables suisses. Il ne reste qu’une seule explication : Mourad Dhina est un mercenaire chargé de salir l’image de marque de son pays et un élément de déstabilisation des pays arabes et musulmans, sous couvert de la défense des droits humains. Le terroriste Dhina Mourad aurait pu bénéficier des mesures de clémence légales décidées par les autorités algériennes, s’il n’avait pas du sang de centaines de victimes sur les mains, sans oublier les cargaisons d’armes et de munitions qu’il a fait parvenir au groupe terroriste sanguinaire GIA (Groupe islamique armé). Sachant que ce dernier a commis des massacres collectifs de milliers de citoyens algériens, de tout âge, de sexe et de région. Nous, journalistes, intellectuels, syndicalistes, universitaires, hommes politiques, familles de victimes du terroriste Dhina Mourad et de son groupe armé, appelons les autorités françaises à le remettre à la justice algérienne qui doit lui garantir un procès juste et équitable pour les crimes commis. Le terroriste Dhina Mourad, se réclamant défenseur acharné des droits de l’homme, n’a jamais condamné les massacres collectifs commis en Algérie ou ailleurs. C’est pourquoi, nous, les signataires de la présente pétition, exigeons sa remise à l’autorité judiciaire algérienne pour qu’il y soit jugé. Envoyez vos signatures sur : dhinacriminel@yahoo.fr





Premiers signataires

Amara Benyounès (ancien ministre, secrétaire général du Mouvement populaire algérien, MPA)

Saïd Lakhdari (député, mouhafedh du FLN à Tizi Ouzou)

Saliha Djeffal (députée)

Kamel Boumendjel (médecin, ancien vice-président du groupe parlementaire du RND)

Boudache Nacer (ancien chef de groupe parlementaire du RND au Sénat)

Fouad Boughanem : (directeur du Soir d’Algérie)

Larbi Ouannoughi (journaliste)

Abdelouaheb Djakoune (directeur de la Nouvelle République)

Idir Benyounès (directeur de la Dépêche de Kabylie)

Amine Alouache (directeur du Jeune Indépendant)

Hakim Laalam (journaliste , écrivain)

Nacer Belhadjoudja (directeur de la rédaction du Soir d’Algérie)

Kamel Amarni (journaliste)

Madjid Sellamna (réalisateur)

Lakhal Larbi (cinéaste)

Ouahab Hebbat (directeur de l’agence Newpress)

Ali Mecheri (gérant du Jeune Indépendant)

Badreddine Manaa (rédacteur en chef du Soir d’Algérie)

Rabha Tounsi (victime du terrorisme)

Boudjera Nassima (traductrice)

Slimane Laouari (journaliste)

Mountasser Oubetroune (journaliste)

Mehenna Hamadouche (La Nouvelle République)

Samir Sabek (directeur de la rédaction de la Nouvelle République)

Ould Ibrahim Belaid (agent commercial)

Majda Batel (assistante)

Naïma Khalfaoui (cadre)

Aïnouz Madjid (directeur administratif)

Nabila Saïdoune (journaliste)

Mohamed Mouloudj (journaliste)

Samir Sid (reporter photographe)

Mustapha Aït Mouhoub (journaliste)

Abder Bettache (journaliste)

Kebci Mohamed (journaliste)

Kader Bakou (journaliste)

Salima Akkouche (journaliste)

Cherif Bennaceur (journaliste)

Sennoun Bachir (employé)

Amel Saher (journaliste)

Sahla Sid Ahmed (journaliste, dramaturge)

Mustapha Zitouni (journaliste)

Sid Ahmed Bendas (traducteur)

Hassaïn Ghouati (cadre de l’éducation à la retraite)

Lyas Hallas (journaliste)

Akli Rezouali (journaliste)

Djarboub Mohamed (Newpress)

Belghoul Anis (Newpress)

Abbaci Abdelkader (employé)

Berkat Redouane (reporter photographe)

Chabaraka Hamid (journaliste)

Zoubir Khellaïfia (journaliste)

Meguiref Hayet (journaliste)

Guenif Mohamed (manager)

Taftichte Idir (chef de parc auto)

Houri Chafik (employé)

Hamza Mahmoudi (employé)

Tarik Hafid (journaliste)

Kamel Bougdal (journaliste)

Écrit par : Corto | 26/02/2012

@C o r t o - Merci pour l'information- les sources sont importantes - A l g e ri a-W a t c h
En A l g é r i e, la guerre reprend et la Suisse continue d'expulser des requérants Antoine Menusier, Le Temps, 1 décembre 1999

Écrit par : infor | 26/02/2012

Infor, la Suisse a toujours répondu à la barbarie algérienne, c'est pour cette raison qu'elle n'expulsa pas Mourad Dhina, un si bon coordinateur de massacres avec de si jolis comptes dans les banques pillant les milliers de milliards du peuple algérien n'est pas un crime pour les Suisses mouillés dans ce drame !

Écrit par : Corto | 26/02/2012

Comment certaines banques suisses mettent leurs pieds dans les économies des dictatures comme l'Algérie ;


Etude de durabilité de la Banque Sarasin sur l’industrie solaire : renforcement de la demande sur le marché du solaire
23.11.2010

Ces deux dernières années, l’industrie solaire a étonnamment bien résisté à la crise. Telle est la conclusion de la dernière étude de durabilité de la Banque Sarasin intitulée "L’industrie solaire – vers une nouvelle dimension". Grâce à la réduction des coûts et à des gains d’efficience, l’industrie photovoltaïque (PV) a enregistré en 2010 une croissance de 87% en termes de nouvelles capacités installées. Une croissance mondiale d’en moyenne 33% par an est attendue jusqu’en 2015. La forte baisse du prix des modules a cependant entraîné une nette diminution de la rentabilité qui se reflète dans les comptes de résultats des entreprises solaires et dans l’évolution boursière négative de leurs actions. En outre, les taux de rétribution du courant injecté sont sous pression en raison du développement fulgurant de l’industrie solaire. L’Allemagne et l’Italie sont des marchés particulièrement intéressants.

Ceci alors que le photovoltaïque n'est pas rentable, il faut deux fois plus d'énergie pour fabriquer un panneau voltaïque que toute l'énergie qu'il produira durant ses 10 ans de vie dans le meilleur des cas !!!

Ces soi-disants intérêts tant pour l'énergie que pour l'Algérie ne sont que des couvertures pour faire passer des fonds vers la Suisse avec le truchement de sociétés vouées à un échec certain et pris en compte dans des opérations de blanchiments !!!

Écrit par : Corto | 26/02/2012

Il faut rappelé qu'il s'agit d'un projet d'investissement d'un parc solaire en Algérie !!!

Écrit par : Corto | 26/02/2012

Rien d'étonnant à prévoir des projets photovoltaïques en Algérie, où est le problème ? Dans divers pays des champs solaires sont prévus pourquoi pas là-bas, un pays si chaud ?

Écrit par : infor | 26/02/2012

Infor, je l'ai expliqué plus haut, il faut deux fois plus d'énergie pour produire un panneau voltaïque que toute l'énergie qu'il fournira durant toute sa vie, sans parler des problèmes et pertes liées au stockage de l'électricité avec des batteries !

Le voltaïque est parfait pour des habitations hors des réseaux, comme des chalets à la montagne non desservis, mais le watt coûte 5 fois plus cher, au bas mot !!!

Écrit par : Corto | 26/02/2012

Le photovoltaïque à grande échelle est une chimère juste capable de justifier d'énormes pertes financières, exactement ce que souhaitent les blanchisseurs de fric sale !

Je peux vous faire un exposé de dix pages sur cette technologie, il y a 20 ans j'ai développé un chargeur pour panneau solaire dédié aux batteries statiques, (qui ne bougent pas et accumulent les bulles de gaz et se corrodent 20 fois plus vite que des batteries soumises à des mouvements) !!

Pour confectionner du silicium de qualité photovoltaïque, il faut énormément d'énergie pour le purifier, deux fois plus que ce qu'il rendra !!!!!

Écrit par : Corto | 26/02/2012

En 1994, on pouvait constater que le dossier Dhina jouissait d'appuis sans réserves de conseil fédéral !!!


Pourquoi et comment Mourad Dhina a-t-il obtenu le rapport en août? C'est un interlocuteur anonyme aux «manières islamistes» qui le lui aurait remis à Genève en disant qu'il venait d'Algérie. Le rapport peut aussi être sorti des mains d'un autre service européen. Les Suisses n'ont pas gardé leurs informations pour eux: les 6, 7 et 8 septembre 1994, le Groupe de Berne, qui rassemble les deuxièmes bureaux d'une douzaine de pays, se réunit dans les locaux de la Banque nationale suisse. Deux sujets animent la discussion: l'essor de la mafia russe et l'implantation du FIS en Europe. Les Allemands reprochent aux Français leurs liens avec Alger. Urs von Däniken, chef de la police fédérale, d'ordinaire proche des Allemands, partage plutôt la raideur des Français à l'égard des islamistes. Il rend compte fièrement, par oral, des premiers éléments du rapport confidentiel.
Réseau en Allemagne

Si l'affaire est sortie bien plus tard, le 4 décembre 1994, ce n'est pas dû au hasard. Depuis quelques semaines, Alger mène une offensive diplomatique jusqu'en Suisse. Or, le 21 novembre 1994, le FIS participait à Rome à une conférence des principaux partis algériens. A en croire l'expert François Burgat, familier des islamistes, la junte craint beaucoup plus une «banalisation» du FIS en Occident que des flux limités d'armement. A son tour, dans un rapport rendu public ce mardi, l'Allemagne a annoncé avoir découvert un réseau d'exportation d'armes au bénéfice des islamistes algériens.

Écrit par : Corto | 27/02/2012

Le lendemain, 14 novembre, Mourad Dhina revient de Khartoum. Craignant d'être coffré en France, il s'installe chez un ami à Meyrin. Il charge son beau-frère et un ami suisse de récupérer ses affaires. Sans doute pas assez rusés, les deux hommes tombent nez à nez avec des inspecteurs de la PAF (Police de l'air et des frontières). Et cette fois, c'est «une véritable caverne d'Ali Baba» que les enquêteurs auraient découverte: agenda électronique, disquettes, listings de noms et relevés bancaires. Pas encore de quoi qualifier Dhina de «terroriste», mais déjà «du biscuit», se souvient un policier. «On voyait bien que c'était un monsieur à prendre au sérieux.»

Pendant six bons mois, la DST (servi-ces secrets français) exploite le carnet d'adresses de Mourad Dhina. Du côté de Metz elle déniche ainsi un certain M. B., qui sera arrêté à la frontière franco-allemande. Dans le coffre de la Mercedes que conduit son compatriote A. Z., pas moins de 130 kilos de matériel militaire. En outre, A. Z. porte sur lui 20 000 dollars en liquide. Mais A. Z. ne lâchera pas un mot.

Pas un mot non plus quand Dhina, rapportant en France les plaques consulaires de sa Mini Metro, est interpellé et conduit au poste pour s'expliquer. La police judiciaire veut éclaircir les liens de Dhina avec Cannet Technologies Group, une société de vente d'armes diverses avec laquelle, apparemment, Dhina dialoguait par ordinateur. D'autre part, elle lui demande pourquoi c'est chez lui qu'aboutissent les relevés, les chéquiers et les extraits des comptes supposés du FIS en Suisse: l'un à l'UBS de Lausanne, l'autre à un compte de chèques postaux à Zurich, au nom de la «Ligue islamique algérienne».

Écrit par : Corto | 27/02/2012

Autant de renseignements transmis aux Suisses. Lesquels, à en croire un spécialiste français, réagissent lentement, mais finiront par faire «du bon travail». L'enquête menée avec l'appui de sept cantons (Genève, Vaud, Berne, Zurich, Bâle, Tessin, Schwytz) et nourrie d'écoutes téléphoniques aboutit à la conclusion que Dhina est impliqué dans un trafic d'explosif acheté en Slovaquie - du Semtex - et acheminé à Alger via Bâle et Marseille, ainsi que l'acquisition de matériel de télécommunication ayant servi aux groupes armés du FIS en Algérie. A cela s'ajoute une documentation sur la fabrication d'explosifs.

La «SonntagsZeitung» ayant publié l'essentiel de ce rapport, le procureur général Carla del Ponte y expédie une dizaine de flics dans l'espoir, forcément déçu, de dénicher la source de cette fuite. Parce que «six mois de travail policier sont fichus». Pas tout à fait: les écoutes téléphoniques de Dhina et de ses proches auraient conduit à au moins deux pistes sérieuses. En premier lieu, l'interpellation à Bâle, puis l'arrestation à Milan de Djamel Lounici, homme clé supposé du réseau armé du FIS en Europe. Les services occidentaux sont persuadés que Lounici a joué un rôle dans la fourniture de Semtex, justement, aux militants islamistes. Lesquels s'en sont servis au moins cinq fois ces trois derniers mois. L'autre piste concerne les sept marins transalpins égorgés le 6 juillet dernier près d'Alger. Là encore, le SISMI (services sercrets italiens) remonte à des connaissances de Dhina.

Écrit par : Corto | 27/02/2012

Un autre volet dans l'affaire Dhina, les services secrets algérien ne se sont jamais gênés pour abattre des opposants en dehors d'Algérie, comment se fait-il de Mourad ait pu se pavaner aussi longtemps sans craindre le moindre complot ?

Tout ce qu'il faut essayer de comprendre dans l'affaire Dhina, c'est :

1). a-t-il été complice des généraux ou des politiques algériens dans les massacres attribués aux GIA et FIS ainsi que tout autres mouvements ayant participé aux tueries ?

2). Si oui, quel fut son rôle lors de son long séjour en Suisse ?

3). De quels autres complices, réseaux ou appuis politiques Dhina a t-il pu bien profité ?

4). Pourquoi son nom et son affaire a-telle été débattue dans les locaux de la banque nationale suisse en 1994, et que la décision finale de le protéger ait également été émise dans ce temple de la corruption, surtout lorsque l'on parle de l'Algérie ?????

Écrit par : Corto | 27/02/2012

Mourad Dhina aurait fait une tentative de suicide ce soir dans la prison de la santé à Paris.

Il serait dans un état très préoccupant et aucune information officielle n'est autorisée à ce moment.

Les causes de ce suicide seraient entourées de mystère, il partageait sa cellule avec un détenu l'ayant déjà blessé à deux reprises.

Écrit par : Corto | 13/03/2012

A qui faire croire que cet homme croyant et pratiquant aurait fait une tentative de suicide. Rumeur ou buzz, ou intox, cet homme a plusieurs enfants et mérite le respect avant de balancer n'importe quoi. Vos sources sont elles fiables ?

Écrit par : adnen | 14/03/2012

Il mérite le respect en ayant ordonné des massacres de villageois algériens, parfois, enfermé entre 4 murs, des fantômes reviennent hanter les auteurs de leurs crimes, mais c'est assez vrai, adnen, si mourad avait une conscience, il se serait suicidé depuis longtemps, vu le nombre de victimes innocentes !

Quant à votre vocabulaire en ce qui concerne les "croyants et les pratiquants", il serait bon de le confronter aux actes de barbaries sans limites, perpétrés justement par des croyants et des pratiquants, ils "croient" dans la morts de leurs prochain et reste bien tranquille à Genève et "pratiquent" le comptage de leurs magots.

Adnen, il est tellement facile dans le monde d'aujourd'hui et avec les nouvelles technologies, de savoir où se trouvent le plus de "croyant et de pratiquants", ils suffit de lire les informations accompagnées de leurs cohortes de victimes, la plus part du temps hors de cause, mais qui n'avait néanmoins qu'un seul tort, être dans les parages de ce que vous appelez, des "croyant pratiquants" !

Vous savez, "croire, n'est pas un acte de foi" et la foi que véhiculent des personnages comme vous, n'inspire aucune compassion, même pas envers vos proches ou vos enfants ! La foi, se cultive intérieurement et ceux, qui comme vous, l'étale comme une vulgaire marchandise, ne font que prouver qu'ils ne savent en faire usage que pour servir leur intérêts personnels.

Il certain que sans ce que vous nommez "croire et pratiquer" personne n'a encore jamais été capable de tuer à si grande échelle, des femmes et des enfants, des vieillards et surtout des innocents, peut être, contrairement à vous et à mourad, pas assez croyants ou pratiquant !

Adnen, malgré tout, merci de cet aveu involontaire et imprimé profondément dans cette manière qui vous est propre, d'appréhender ce néant si familier pour ceux qui fond commerce de leurs croyances et de leurs pratiques !

Écrit par : Corto | 14/03/2012

Le corps de Mourad Dhina a été transféré pour autopsie à l'"autel" de police, comme peut l'exiger la loi en cas de suicide ou meurtre en milieux carcéral !

Écrit par : Corto | 14/03/2012

Les commentaires sont fermés.