09/02/2012

Syrie, ça suffit !

Bachar-al-Assad[1].jpg BACHAR AL-ASSAD EST DEVENU SOURD AUX CRIS DE SON PEUPLE !

Hier soir, je lève le nez de la rédaction de mes contes philosophiques  et suspends ma plume quelques instants pour  écouter  et entendre  sous les  bombes de Bachar Al-Assad qui massacre son peuple,  cris et hurlements de ces Syriens que l'on extermine  sous le regard gêné du monde qui n'arrive plus à faire cesser cette boucherie.

7'000 innocents tués sous nos yeux sans que l'on puisse réagir,  des familles entières décimées à Homs.

Bachar Al-Assad malgré ses promesse de ne plus intervenir militairement est passé outre, comme Kadhafi dont les promesses clownesques en faisaient un pitre international et un interlocuteur de pacotille, Bachar Al-Assad devient pathétique.  Al-Assad promet et se compromet en ne respectant pas ses engagements.

Avec  l'expérience des dernières révolutions arabes, je sais que l'heure de Al-Assad a sonné ; le tocsin résonne sur le charnier syrien qu'il alimente par son  refus d'accepter que le peuple syrien ne veut plus  de lui et qu'il s'appuie sur les Russes et leurs armes pour contrer la volonté populaire. Pareil à  Kadhafi, aussi misérable, il fait appel à des forces extérieures pour éliminer ses propres compatriotes.  Bachar Al-Assad finira par s'enfuir comme les autres, ces lâches qui avant de renoncer ont pavé les rues de cadavres de résistants.

Et comme ses autres acolytes, il apprendra que lorsque le peuple se soulève plus rien ne l'arrêtera et surtout lorsque ce peuple  a versé un torrent de sang au nom de sa liberté.

Bachar Al-Assad, tu n'es qu'un assassin juste bon à condamner pour crime contre l'humanité !

Syrie, khalass ! Bachar barra,   fissa, fissa  !!!

 

Repris sur mon autre blog http://tangalle.hautetfort.com


09:30 | Lien permanent | Commentaires (10) | |  Facebook | | |

Commentaires

Tient, quelqu'un qui parle de la Syrie, sujet largement mis de côté par tous les "grands protecteurs" de la culture arabe !!!!

Ramdan, pas un traitre mot, quant aux autres, dés que ça a commencé à chauffé avec la Syrie, ils, elles ont quittés les blogs TDG, pas la peine de devoir répéter qui ces "gentils démocrates" défendent !!

Quant à la France, le bout en train de la force d'intervention en Libye, cette France semble avoir laissé pour quelques temps les "droits de l'Homs").

Écrit par : Corto | 09/02/2012

Djémâa, les organisations ne parlent plus de 6'000 victimes, mais de plus de 7'000 ! Ce qui reste nettement au dessous de la réalité !

Lors de l'arrivée des "observateurs" de la ligue arabe, des habitants de Latakié ont signalés que des centaines de containers remplis de prisonniers ont pris la mer, aucune nouvelles de ces prisonniers, ils ont dû couler dans les fonds de la côte syrienne.

N'oublions pas que la Syrie est accusée d'avoir assassiné plus de 300'000 opposants dans les prisons depuis l'arrivée du père de bashar !!!

Écrit par : Corto | 09/02/2012

Bonjour Djemâa. La Syrie n'est hélas pas la Libye et encore moins la Tunisie. Des problèmes graves de géostratégie internationale s'immiscent entre les droits humains que l'on est en droit d'attendre de la communauté internationale et le risque de conflits internationaux déclenchés par une intervention occidentale. L'incendie est atroce. Mais multiplier les incendies seraient encore plus atroce. La solution, s'il y en a une, se fera sur l'assassinat du leader syrien par un de ses proches où un attentat contre lui perpétré par l'opposition aidée par des services secrets internationaux.

La question que je me pose, après toutes ses révolutions arabes, c'est le rôle tenu par les épouses de dictateur. Quand on s'aperçoit que l'épouse d'Assad le soutient aveuglément, qu'elle est encore plus cynique que lui (aide aux victimes de la guerre, qu'elle déclare sans pudeur à la presse internationale!) ou alors d'une totale inconscience et incompétence, son rôle fait peine à voir. Pourquoi les femmes de dictateur sont-elles encore plus traîtresse au peuple que leur mari?

Excellente journée à vous.

Écrit par : pachakmac | 09/02/2012

pachakmac, selon mes renseignements la femme et les enfants d'el assad sont à Londres depuis plus d'une année, ne vous fiez pas trop à la propagande des pro-assad, comme les images qu'ils diffusent sur les chaines leurs appartenant.

Ils ont déclarés hier, que des armes israéliennes aurait été saisies dans le camp des opposants, c'est aussi de l'intox, ou alors des armes laissées lors des combats au Liban en 2006.

Maintenant la "presse" se concentre sur les massacres commis à Homs, il n'y a pas qu'à Homs que l'armée syrienne bombarde des villes en tuant des civiles.

Cette fois, le dictateurs pro-russe a dépassé toute les bornes, les services secrets israéliens parlent de transfert de gaz de combat et d'armes biologiques dans le pays !

Cette fois, c'est la mort ou la victoire, le pays ne peut plus reculer, l'affrontement sera total jusqu'à l'écrasement total du pouvoir en place ou de la population du pays.

Un fait qu'il ne faut surtout pas oublier, il y a beaucoup plus que 7'000 victimes en Syrie, peut être 50 fois plus !! Mais ça les journaux, dirons qu'ils ne savaient pas !!!

Ce qu'il faut également tiré de ce drame, c'est le rôle de la communauté internationale, de ses médias, de ses organisations capables d'intervenir dans ce type de gâchis !

Nous avons vu comment ils peuvent se mobilisés, comme ce fut le cas en Libye et comme ils peuvent quasi assister les tyrans comme c'est le cas avec la Syrie.

Deux poids, deux mesures, avec les uns, une vaillance hors du commun et avec les autres, un total désengagement, ce qui montre l'abomination des pays dits "civilisés", défendant les droits de l'Homs !!

Comment pouvons nous tolérer en tant que citoyens de "démocraties" que nos pouvoir politiques puissent jouer à ce point avec la souffrance humaine ??

Là est la principale question !!!

Écrit par : Corto | 09/02/2012

Bonjour Corto, le Diable joue avec les hommes. En Afghanistan, voyez-vous poindre un semblant de démocratie ou le grand retour du talibanisme? La Révolution arabe prendra beaucoup de temps et de vies humaines. Entre les problèmes religieux, politiques, économiques, et claniques, il y a de quoi vomir du sang pour des dizaines d'années encore, je le crains. Et quand les voix du Seigneur reste impénétrable aux âmes haineuses des mortelles, il est très difficile de faire la paix et la démocratie. Et quand on voit que même la France commence à avoir de sérieux problèmes de démocratie, cela ajoute du doute au doute. Les peuples, pour ceux qui se sont libérés du joug des dictatures, savent-ils encore bien gérer le goût de la liberté et de la démocratie?

Peu parle des personnes vraiment libres. Mais tous parlent des personnes autoritaires, abusives, profiteuses de système. J'en rajoute pas...

Écrit par : pachakmac | 09/02/2012

Eh oui, comme si le modèle arabe ne se fait pas aux modèles que "l'occident" lui a petite à petit imposé, il y a quelques siècles pour certains, moins pour d'autres, les pays arabes fonctionnaient avec les kalifas et les systèmes de gouvernances propres à la culture arabe, à ces époques, les arabes enseignaient aux chrétiens les mathématiques, la musique et autres sciences dans lesquelles ils excellaient, depuis, les démocraties ont voulus prendre en charge ces populations, les convertir aux moeurs de l'après empire française, et tout c'est cassé la gueule !!!!

Des dictatures issues des logiques coloniales, des tyrans à la botte des idéaux socialistes et voilà le monde arabe pris dans un égarement sans fin !!!

Que faire ou que ne pas faire ? Personne ne semble vouloir se prononcer dans ce gâchis, personnellement, j'opterai pour des solutions variables, laisser les "révolutions" poursuivre leurs chemins pour autant qu'aucune majorité armée impose ses dictats par les tueries auxquelles nous assistons, et dans le cas où les "majorités" armées s'en prennent aux civiles, ne pas hésiter et montrer les dents de manière immédiate !!!

En ce qui concerne la Syrie, deux portes-avions et le monstre se casse avec ses lingots et ses copains en russie, comme ça on verra si les musulmans des ex-républiques musulmanes vont continuer de s'allier avec une russie refuge de tous les tyrans arabes !!!

On peut se demander comment se fait-il qu'un "conseil de sécurité" de l'onu puisse encore porter son nom dans cette impuissance vis-à-vis de tels massacres de populations civiles ???

Ils sont des milliers de fonctionnaires internationaux à se pavoiser dans des cocktails mondains pendant que des millions de civiles se font trancher la gorge, pourquoi ne pas fermer ces institutions n'ayant servit qu'à justifier les pires exactions sous prétextes liés à des "impératifs légaux" ????

Écrit par : Corto | 09/02/2012

Un article intéressant pour mieux comprendre les enjeu géo-stratégiques en Syrie, analyse de Mordechai Kedar
Les événements graves qui se déroulent en Syrie depuis neuf mois soulèvent une question troublante : pourquoi est-ce que le monde n’intervient pas ? Pourquoi est-ce que l’OTAN est intervenue en Libye pour renverser le régime de Kadhafi alors que le massacre continue en Syrie sans que le monde ne lève le petit doigt ? Est-ce que vraiment « le liquide noir » libyen est plus précieux aux yeux du monde que le « liquide rouge » syrien ?
Aujourd’hui nous allons voir comment l’enchevêtrement complexe des liens entre les pays concernés par la Syrie paralyse toute velléité d’action internationale pour sauver les civils syriens alors que près de 4000 d’entre eux ont été assassinés, sans compter les milliers de ceux qui ont disparus après avoir été arrêtés.

Le monde entier sait que la Syrie revêt une importance capitale aux yeux de l’Iran car elle représente son cheval de Troie dans le monde arabe et son territoire sert d’arrière logistique au Hezbollah libanais. La chute du régime syrien mettrait fin à « l’exportation de la révolution iranienne » au Liban et au soutien apporté au Hezbollah par la Syrie. L’Iran a mis en garde le monde entier que toute intervention étrangère en Syrie serait considérée comme une attaque contre son propre territoire et entrainerait des représailles contre Israël et contre la Turquie. La Turquie, par la voix d’Erdogan s’est beaucoup impliquée dans ce qui se passe en Syrie (voir la suite de l’article), mais pourquoi Israël ? Qu’a donc fait Israël à la Syrie pour justifier une attaque iranienne ?
Les réponses iraniennes
La Turquie se mêle constamment de la situation en Syrie. Il ne se passe pas un jour sans que ses dirigeants –qui contrairement à Assad, sont légitimes- ne déclarent que celui-ci doit quitter sa fonction et ils accueillent en Turquie des milliers de réfugiés syriens. Récemment une information a fait état de l’établissement par la Turquie sur son territoire d’un camp d’entraînement pour former des civils et des soldats syriens déserteurs à la guérilla. La Turquie les arme et les équipe et ce sont eux qui attaquent les camps militaires, les centres de renseignements et les autobus de l’armée syrienne. Les soldats syriens de ces unités de guérilla ont déjà tué et bléssé des centaines de personnes et ils obligent l’armée syrienne à être sur la défensive à l’intérieur même des ses bases militaires. La Turquie menace de conquérir quelques kilomètres de territoire au nord de la Syrie, le long de sa frontière, pour créer une zone tampon où les civils syriens pourraient trouver refuge pour se protéger de l’armée syrienne. L’Iran a réagi en menaçant d’attaquer les sites de l’OTAN situés en Turquie si celle-ci attaquait la Syrie. Cette menace signifie ni plus, ni moins, la guerre entre l’Iran et la Turquie.
L’Iran pourrait répondre à la chute du régime d’Assad non seulement en Turquie et en Israël, mais aussi, pourquoi pas dans le Golfe persique. Si les Iraniens découvrent l’implication de l’Europe contre le régime syrien, Ils pourraient être amenés à déclarer qu’ils ont miné le détroit d’Ormuz, et une seule mine suffit. Ils n’ont même pas besoin de concrétiser cette menace, sa seule déclaration suffirait à faire grimper drastiquement les prix du pétrole dans le monde et l’économie déjà vacillante de l’Europe subirait un coup très dur. L’Iran peut aussi facilement endommager les installations pétrolifères des Etats du Golfe sans recourir à la force militaire, il suffit qu’elle paye quelques Chiites saoudiens pour qu’ils fassent aux pipe-lines de pétrole et de gaz traversant leur pays ce que font les bédouins du Sinaï au pipeline égyptien conduisant le gaz en Israël et en Jordanie.
L’Europe et les États-Unis pourraient réagir à l’action iranienne et cela pourrait dégénérer très vite en guerre entre l’Iran et l’OTAN. Une des conséquences de cette guerre pourrait se traduire par l’arrêt des exportations de pétrole iranien à la Chine et par une augmentation spectaculaire du prix du pétrole dans le monde. Une guerre de l’OTAN en Iran est susceptible d’entraîner un changement de régime. Le nouveau régime pourrait annuler les accords conclus entre les ayatollahs et la Chine et celle-ci perdrait les milliards qu’elle a investis en Iran dans les industries pétrochimiques et autres. C’est pour cette raison que la Chine soutient l’Iran et la Syrie.
La Russie soutient également la Syrie car elle aussi, a investi des milliards en Syrie et en Iran et elle craint pour ses investissements. Mais un problème beaucoup plus important la préoccupe : la chute du régime syrien et la guerre qui pourrait s’en suivre dans le Golfe peuvent causer un grand dommage à l’économie chinoise, qui déjà aujourd’hui subit les conséquences de la récession mondiale. Un taux de chômage élevé pousserait des millions de chômeurs chinois à se joindre aux millions de Chinois qui inondent déjà la Russie, à la recherche d’un travail. S’il y a quelque chose que les dirigeants russes redoutent par-dessus tout, c’est que la Russie soit engloutie démographiquement par les Chinois et depuis quelques années, ce phénomène prend de l’ampleur, principalement à cause du déclin démographique russe.
En Syrie, la Russie possède des bases militaires et des bases de renseignements et ses navires de guerre sont en permanence amarrés dans les ports de Lattaquié, Tartous et Banias, ses seuls ports d’attache en méditerranée. Ces privilèges pourraient prendre fin avec le renversement d’Assad par l’OTAN si un gouvernement favorable à l’Occident était porté au pouvoir.
Il faut cependant rappeler que l’Europe aussi a investi dans l’économie iranienne : des milliers d’entreprises européennes principalement allemandes, françaises et italiennes sont impliquées jusqu’au cou dans l’industrie iranienne, elles y ont investi des milliards et pas seulement dans le pétrole, une attaque européenne sur la Syrie pourrait donc avoir les mêmes conséquences que l’attaque sur l’Irak il y a huit ans : la perte de ces investissements qui porterait un coup dur à l’économie européenne.
La crise économique chinoise, découlant de la guerre du Golfe aurait des conséquences sur l’économie américaine parce que la Chine a prêté des milliards aux États-Unis ces dernières années, soutenant la Maison-Blanche dans ses efforts à stabiliser l’économie américaine. La crise en Chine pourrait pousser les Chinois à vouloir récupérer leurs prêts ou bien à augmenter leurs taux d’intérêt. Ce scénario pourrait mettre fin aux efforts du gouvernement américain pour relancer l’économie américaine et compromettrait les perspectives de réélection du président.
La forte augmentation des prix du pétrole va aggraver la situation économique des pays du tiers-monde et en particulier de l’Égypte et des pays d’Afrique. La détérioration de la situation économique dans ces pays augmentera le flux d’immigrants vers l’Europe et aussi vers Israël et va imposer un fardeau supplémentaire à l’économie européenne déjà souffrante.
La chute du régime en Syrie pourrait également affecter Israël. D’un côté cela provoquerait une division de la Syrie en plusieurs états : les Kurdes au nord, les Alaouites à l’ouest, les Druses au sud, les Bédouins au centre avec en plus Damas et Alep, il faut dire qu’ils n’ont jamais nourri un grand amour les uns à l’égard des autres. Cette division améliorera l’atmosphère de la région, débarrassée d’un gouvernement illégitime qui depuis des années menait une propagande anti-israélienne dans le seul but d’unir tous les groupes sous cette bannière. Mais la chute du gouvernement est également susceptible de créer des problèmes difficiles :
Les armes de l’armée syrienne peuvent arriver aux mains du Hezbollah et d’autres organisations terroristes dont les chefs se trouvent en Syrie
L’aggravation de la lutte entre le gouvernement et les civils syriens peut pousser des milliers de syriens à demander un asile -même temporaire- dans le Golan. Il est important qu’Israël réponde à cette demande pour des raisons humanitaires et aussi pour créer des bons liens avec la population syrienne. Mais les réfugiés ne retournent pas toujours dans leur pays, en particulier si la situation de celui-ci n’est pas stable. Cela peut conduire à un dangereux précédent pour les réfugiés palestiniens : comment Israël pourra-t-il expliquer qu’il accueille des réfugiés syriens en 2011 et refuse de recevoir des réfugiés palestiniens qui -selon ce qu’ils clament- habitaient dans le pays jusqu’en 1948 ?
Après la chute du régime syrien, les Alaouites pourraient se venger sur tous ceux qui ont provoqué la chute du gouvernement. Ils pourraient envoyer des cellules terroristes perpétrer des attentats en Turquie, en Europe et aux États-Unis et augmenter la liste des maux qui troublent l’Europe en ce moment.
L’Iran, préoccupée par la situation en Syrie augmente sa pression sur l’Irak afin que la majorité chiite remplisse le rôle de cheval de Troie iranien dans la nation (ouma) arabe, en particulier après la fin du retrait de l’armée américaine dans un mois. Certains signes ne trompent pas, en particulier la série de visites en Irak du vice-président américain, Joe Biden, dans le but de stabiliser un gouvernement pro-américain sachant résister aux pressions iraniennes. Les États-Unis veulent garder des bases en Irak qui serviraient comme bases de renseignements en cas de guerre avec l’Iran mais le gouvernement irakien s’y oppose. Ce refus a amplifié la préoccupation américaine de voir l’Iran dominer l’Irak puis dans une étape ultérieure dominer les autres pays du Golfe, en particulier l’Arabie Saoudite.
La triste conclusion de tout cela, c’est que le monde est régit aujourd’hui par des intérêts économiques et militaires et non pas par l’éthique et les droits de l’homme. L’ONU qui a été créée à la suite de la deuxième guerre mondiale pour empêcher de tels évènements de se reproduire, ne fait rien pour arrêter la détérioration de cette crise ; pourtant une escalade rapide peut survenir quand les Syriens qui aspirent à la liberté renverseront le dictateur sanguinaire, héritier de son père qui avait instauré un pouvoir de vie et de mort sur les Syriens il y a 41 ans.
La chute du régime syrien peut entraîner une série de séismes à l’échelle régionale et mondiale et cette vague peut atteindre l’Iran, le Golfe persique, la Chine, la Russie, l’Europe, les États-Unis ainsi qu’Israël. Les dirigeants du monde sont bien conscients de toutes ces conséquences possibles et ils redoutent de traiter le régime syrien comme il le mériterait. C’est le prix supplémentaire que les malheureux payent pour la mondialisation : un choc dans un endroit est ressenti dans de nombreux autres endroits et les Syriens payent de leur sang le prix des intérêts économiques de nombreux pays. Mais en vertu de ces éléments et malgré tous les risques que cela implique, le monde sans le sombre gouvernement syrien assoiffé de sang, serait un endroit bien meilleur et s’il était possible que le régime des ayatollahs se joigne au dernier voyage d’Assad, le monde serait un endroit encore plus sûr, plus calme et beaucoup moins dangereux.
Adapté de l’hébreu par Danilette
© http://danilette.over-blog.com

Écrit par : info | 10/02/2012

Cet article est révélateur et réuni tout ce qu'il y a de factuel, mais !!!

Concernant la Turquie, l'auteur ne soulève pas une des raison principale motivant les islamistes turques, LES KURDES, les kurdes ont déjà obtenu une zone territoriale indépendante en Irak et si le régime el assad tombe, les turques ne veulent pas que cette zone "indépendantiste" se prolonge du coté syrien, c'est à mon avis leur seule motivation dans ce conflit civil syrien !

Egalement concernant la Turquie, les turques sont les ennemis mortels de la Russie et ils rêvent de leur empire de jadis, toutes les ex-républiques soviétiques !!!

Maintenant la Russie, elle a perdu l'Irak suite à l'intervention de Georges W., l'ours sort ses griffes car le n°1 américain est un looser total, mais Mordrechai oublie de dire que la Syrie sert de tremplin dans la région et que les chiites contrôlaient le Liban et Gaza, ce qui donnait à la Russie des perspectives plus large sur cette partie du continent asiatique, notamment en visant des alliances avec les frères musulmans en Egypte, voir plus (soudan) !!!

Un autre détail, il paraitrait que des forces spéciales occidentales et qataris soit sur place en Syrie ! Ce n'est pas accessoire, car si des forces spéciales se sont introduites en territoire syrien, cela inclus une logistique et des appuis prêts à intervenir, donc la situation est très mouvante et peut être annonciatrices d'un renversement imminent !!!!!!

Concernant l'Iran des mollahs, elle va se faire détruire ses installations sous peu, contrairement à la Syrie, elle ne sera pas soutenue par la Russie, ce serait une graves erreur vis-à-vis des états musulmans du sud Caucase déjà dans le giron des USA.

L'Iran tente juste d'exercer son chantage sur Israël via le hizbollah, mais Mordrechai oublie de dire que le hizbollah joue sa dernière carte et que si il s'en prend à Tsahal, il se fera enterré sur place, un conflit engager par le hizbollah contre Israël serait suicidaire et c'est pour cette raison que ce mouvement chiite cherchera plutôt à se faire oublier, car si la Syrie redevient sunnite, la chasse sera ouverte contre ces tyrans à la solde des assads !!!

Qunat à l'Iran que s'en prendrait à l'OTAN ou la Turquie, il me semble plutôt que les mollahs soient en prise avec leur propre population, et hormis quelques pasdarans hystériques, le gros de l'armée iranienne n'est pas suicidaire et pencherait plutôt pour renverser les mollahs qui pour une grande partie ont déjà mis un pied dans des villas luxueuses des rives du lac Léman !!!

Écrit par : Corto | 10/02/2012

Merci bien Djemaa de nous partager cette note.
Il semble que le régime d'Al Assad junior n'a pas d'œil ni d'esprit, en outre qu'il n'a pas bien acquis la leçon Libyenne (après avoir jeté leur colonel dit "leader" à la poubelle de l'histoire). le petit syrien ne cesse, lui et son gouvernement, de jeter les promesses de cesser la torture. Voire, il s'amuse en punissnt toute population innocente qui n'a voulu que prendre un souffle de liberté (comme les compatriotes égyptiens et tunisiens!) son heure est vraiment au bout de son nez!
Bien à vous

Écrit par : M. Ftelina | 10/02/2012

M. Ftelina, comme c'est étrange, vous êtes-vous, vous aussi fait usurper votre pseudo ?

Bientôt vous allez nous pondre un commentaire à l'honneur de Liberman ???

C'est fou comme les pro-hamas et pro hizbollah sont ingrats envers leur mentor syrien, celui qui, il n'y a pas quelques mois représentait l'honneur des forces libératrices de la région et le seul soutien du hamas et du hizbollah !!

M. Ftelina, on a pas finit de rire, vous et moi, malgré l'horreur que vous avez soutenu pendant des décennies, si vous pensez que je vais vous laisser tourner la veste, vous vous mettez un doigt dans l'oeil !!!!!!!!

Écrit par : Corto | 11/02/2012

Les commentaires sont fermés.