04/01/2012

Maradona, Lady Gaga, Che Guevara, le dernier « A « de l’oubli

che.jpgBuenos Aires - Musée de Ernesto Che Guevara ? Est-ce bien cette chose que je vois là sur le trottoir d'en-face ? Je demande au chauffeur de taxi,  s'il n'a pas confondu les rues Riojas et Rojas. Il opine fortement de la tête en nous désignant du menton le  bui-bui fourre-tout, un bazar regorgeant d'objets hétéroclites;  disques vinyl, de vieux casques militaires, de vieilles chaussures, casseroles, appareils photo, des masques de carnaval pour la plupart des masques d'horreur.  Une brocante qui porte son nom admirable et qui lui sied à merveille de « Bagatela .»

Après quelque hésitation, j'entre dans la boutique. Le propriétaire du bazar, Eladio González s'avance vers nous et nous désigne un immense  cahier avec des coupures de presse.  Il  était  le fondateur du Vrai Musée Che Guevara situé à quelques rues de là et auquel la crise a contraint la fermeture des  portes. Le passionné des grandes causes, González a donc rapatrié une partie du Musée dans sa boutique et offert le reste au Musée du Che à Cuba.

 

che_0001.jpgD'une traite, sans reprendre son souffle, le propriétaire vous déclare  son admiration pour :  Mère Thérésa, Martin Luther King et le Che. Ah ! Vous venez de Suisse, me demande-t-il. Eh ! Vous savez,  c'est le médecin Albert Schweitzer qui a été le modèle d' Ernesto Guevara qui souhaitait tant lui ressembler. Le destin semble lui avoir joué des tours.

Mais je parviens à lui faire avouer que le culte de Maradona a largement supplanté celui du  Che qui n'a jamais vraiment existé dans le cœur des Argentins ; contrairement à Maradona et ses frasques, le nez planté dans la coke. Ses scandales qui amusent tant les Argentins qui lui pardonnent tout. Ce n'est plus le temps du vin et des jeux, c'est coke et jeux !

Ou alors  même en Argentine on s'enthousiasme pour les seins de Lady Gaga qui crèvent l'écran tandis qu'elle pose dans des scènes provocatrices.

Sont-ce là les nouveaux modèles révolutionnaires de notre monde ?  coke & cul .

Ne me serinez  plus l'air que je connais par cœur et si connu, "d'un  Che, guerillero aux mains pas très propres". Ces mains de médecin qui ont aussi tant soigné. Oui,  certes, sans doute, la guérilla  n'est pas un atelier de tricot ou de macramé pour premières communiantes   !

Il  avait des rêves et de grands espoirs pour l'humanité  celui qui disait  : «Surtout, soyez toujours capables de ressentir au plus profond de votre coeur n'importe quelle injustice commise contre n'importe qui, où que ce soit dans le monde. C'est la plus belle qualité d'un révolutionnaire."

Le Che Guevara, un Stéphane Hessel avant l'heure, aujourd'hui, ces révolutionnaires s'appellent des indignés !

 

Musée Ernesto Che Guevara Rojas 129
Buenos Aires
http://www.buenosaires-argentina.com/attr

 

FIN DE MA SERIE ARGENTINE

 

 

21:45 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.