153727

Laissez-moi chanter contre vents et maréchaussées

Imprimer

Ce matin, une scène pas triste au marché hebdomadaire d'Annemasse. Un policier municipal empêche un chanteur péruvien de chanter et lui arrache son portable. La négociation côté policier portait sur " remballer  les affaires du musicien dans  la camionnette, et ensuite il rendrait le portable." Le musicien soutenait qu'il n'avait pas le droit de le lui prendre  et exigeait le retour immédiat de celui-ci. Très en colère le chanteur s'approche, le policier le menacera de sortir la matraque tout en gardant le portable derrière son dos.  Pour finir, de nombreuses personnes sont intervenues, celles qui parlaient en Espagnol avec le musicien et d'autres qui faisaient remarquer  au policier que la vie d'artiste, c'est une vraie vie de chien et qu'il devrait être plus cool ! Après que tout le matériel ait été rangé dans la camionnette, le policier municipal en  lui rendant son portable le laisse tomber par terre ? L'a-t-il fait exprès ou n'est-ce qu'un pur hasard  ? L'appareil a-t-il simplement glissé en passant d'une main à l'autre ?

 

Le chanteur s'adresse à la foule en espagnol en disant qu'il lui a pris son portable !

P1040307.JPG

 

Portable derrière le dos, il lui ordonne de remballer ses affaires et surtout de ne pas s'approcher de lui.

P1040303.JPG

 

Toujours le portable derrière le dos, le policier lui hurle reculez-vous, le chanteur ne comprend pas le français. Il crie très en colère en espagnol, "Dàmelo" !

P1040306.JPG

 

Le vendeur de chapeaux observe attentivement la scène, il est très peiné pour le chanteur et interviendra comme un bon vieux sage africain auprès du policier municipal.

P1040308.JPG

 

 

 

P1040311.JPG

La dame s'insurge contre ce traitement, elle confirme connaître le chanteur et trouve que c'est un vrai artiste, un bon gars qui chante bien.

P1040316.JPG

 

Lien permanent 4 commentaires

Commentaires

  • Apparemment c'est un policier municipal. Il est vrai que le recrutement de ces gens là laisse largement à désirer. La plupart de ces types se prennent pour les maîtres des lieux, en ayant un comportement plus côté blaireau que policier.Faire appliquer la loi votée par nos députés et Sénateurs ne justifie pas de se prendre pour un schérif.

    Leur culture n'est pas très éloignée de celle du -politicien- qui cultive le bien paraître, mais à une autre échelle, je dirai "petit escabeau"

    Lorsque certains "déambulent" tel des cowboys appareillés, on a envie de les boxer et leur foutre le coup de pied au cul! Ils roulent la caisse comme on dit.

    Ces types n'ont pas le même comportement dans certaines banlieues avec une autre population. S'en prendre à un type qui n'a pas de réseau mafieu c'est facile. Heureuseument que je n'ai plus vingt ans...

  • Voilà une tronche de flic que je transmets immédiatement aux gens du blog COPWATCH
    https://copwatchnord-idf.org/

  • Avait-il légalement le droit, selon la loi française, de lui confisquer son téléphone et de le faire chanter avec ?

  • Je pense que le policier a dépassé le borne, il n'a pas le droit de confisquer le bien d'autrui, il n'est là que pour faire respecter la loi, or, le fait de chanter en plein air surtout en tant qu'artiste, n'est ni délit ni crime. L'autorité compétente doit faire quelque chose et saisir ce cas.

Les commentaires sont fermés.