29/08/2011

Cäsar Ritz- La légende d'un Valaisan à Paris (2)

 

ritz.jpgL'exposition universelle de Paris qui débuta le 1 er avril 1867 attirera foule de visiteurs venus  de toute l'Europe. Princes et rois ne manqueront pas à l'appel. Le peuple acclame l'arrivée du Tsar Alexandre sur son orlov noir qui caracole fièrement sous une pluie de fleurs et les applaudissements de la foule. 10 millions de spectateurs sont agglutinés pour entreapercevoir Louis de Bavière, le sultan Abdulaziz ou le prince japonais Tokugawa Akitake. Moult spectacles de rue pour impressionner le peuple; jongleurs, cracheurs de feu, dresseurs d'ours, bonimenteurs, joueurs de bonneteau.   La ville entière est transformée en auberge géante, les pâtissiers envahissent les trottoirs au milieu des fumées lourdes des rôtisseurs.  Les grands hôtels débordés par une clientèle exigeante ne savent plus où donner de la tête, les brigades de cuisine s'arrachent les cheveux.   La ville est  transformée en immense bordel où les coquins de grand chemin se faufilent allègrement au milieu de cette foule extatique. Noble moment de fierté nationale où la débauche tout aussi éloquente que les discours patriotiques fuse de toutes parts.

Tout Paris semblait plonger dans le doré et la luxure excitant la  rêverie  des manants pendant des années et alimenter leurs longues soirées d'hiver près du feu !

C'est dans cette effervescence que Ritz rejoint la capitale française.  A 17 ans,  le voilà tour à tour cireur de chaussure, plongeur, sommelier, garçon de courses, portier de maison close, serveur. Qu'importe l'assassinat de l'Empereur Maximilien,  en juin et qui met rapidement fin aux festivités. Pour lui, l'aventure ne fait que commencer,  on s'extasie face à la rapidité du jeune César, on l'adopte,  preuve en est, son nom est francisé . Cäsar devient César. Il s'adapte, observe, comprend vite les problèmes, il est  encore plus rapide à trouver des solutions. Il travaille au Grand Hôtel Le Splendide, puis « Chez Voisin ».  Son registre d'inventivité est inépuisable. L'artiste transforme tout ce qu'il touche en prouesse esthétique.

A 27 ans, il devient directeur d'hôtel . Appelé à la rescousse, il se retrouve à diriger des hôtels de luxe à Nice, San Remo, Monte Carlo, Lucerne et Baden-Baden. Il est le premier à installer des salles de bains dans chaque chambre d'hôtel à Londres. Il fait installer l'électricité dans le Grand Hôtel de Rome, la soirée de l'inauguration rencontre la panne d'électricité, qu'importe, il fait allumer des milliers de bougie, féerique. On en oublie l'électricité pour laquelle on était venu.  A 38 ans,  marié avec Mlle Beck qui en affiche 21 et dont il aura par la suite deux fils,  il achète son premier hôtel.  Le 1 er juin 1898, il   inaugure le  Ritz à Paris, place Vendôme,  au rendez-vous Sarah Bernhardt, Proust.  Il s'associe au plus grand cuisinier de la fin du XIXème siècle et début XX ème, Georges Auguste Escoffier, un tandem qui allie luxe, raffinement et haute gastronomie.

Ritz est devenu un adjectif qui exprime le chic, l'hospitalité, l'élégance : « So ritzy !  » s'exclame-t-on en anglais.

Mais le destin est là, tapi dans l'ombre et qui frappe si cruellement un homme au sommet de sa gloire.

 

(suite à venir )

 

 

 

 

20:41 | Tags : ritz, césar ritz, cäsar ritz, palace ritz | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.