28/08/2011

Cäsar Ritz, la légende d'un Valaisan à Paris

DSC01467.JPGNiederwald - Dans une vallée généreuse, la Vallée de Conces, d'un vert luxuriant où les prairies  riantes glissent légères et douces vers le Rhône pour l'admirer  ruisseler gaiement et sauter  à cloche-pied sur les rochers blancs lavés par ce cours incessant. C'est un tableau qui a accueilli le jeune Cäsar Ritz, le 23 février 1850 . Et le jeune Cäsar a toute sa vie rendu hommage à cette vallée hospitalière qui a fait de ce cadet d'une fratrie de 13 enfants, un artiste délicat.

(photo maison natale à Niederwald)

 

 

 

 

 

DSC01483.JPGCe berger qui contemplait cette nature si changeante, qui observait les brumes fantomatiques tourbillonner, ces voiles légers qui voilent et dévoilent les tendres collines en offrant à chaque fois un spectacle nouveau. L'œil de l'enfant exercé saura observer les grands avec la même acuité et comprendre le monde des puissants pour celui qui toute sa vie durant a côtoyé rois et princes, ministres et artistes.

Envoyé à Sion à l'âge de 15 ans pour y apprendre le Français, les parents se rendront vite compte que les études l'ennuient, qu'il rêvasse au fond de la classe à ses voyages futurs comme ces voyageurs qu'il croise et qui sillonnent toute l'Europe. Ces dames élégantes qui dans leur diligence postale faisaient rêver le jeune berger.

 

 

DSC01476.JPG

 

Déçu par ce si peu d'enthousiasme scolaire, son père Anton l'envoie travailler à l'hôtel "la Couronne et Poste" à Brigue.  L'hôtelier observait d'un air fermé d'armoire normande ce jeune apprenti à l'âme d'artiste qui passait et repassait amoureusement sa main sur les nappes brodées en admirant cette surface parfaite, celui qui travaillait si rapidement à coups d'assiettes brisées finira par se faire renvoyer sur des paroles sévères :

« Tu ne seras jamais un vrai hôtelier ! »

 

(La suite sous peu dès réparation de mon ordinateur , billets en trois volets)

 

 

Un paysage hospitalier

DSC01465.JPG

 

10:18 | Tags : ritz, césar ritz, cäsar ritz, palace ritz | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.