25/06/2011

LA DISCRIMINATION POSITIVE - Le chemin est encore long

 

Photo_egalite_des_chances[1].GIFHier soir, un joli panel d'intervenants au café les Recyclables sur le thème de la discrimination positive. Tandis que nous sommes assis à attendre les derniers invités, nous voyons par la grande baie vitrée une voiture de police s'arrêter, en sort un homme de couleur enchaîné les mains derrière le dos et accompagné d'une femme policière, petite et blonde. Il est grand, d'un certain âge, les cheveux déjà blancs. C'est comme si cette image était une métaphore puissante annonciatrice de la table ronde.  Tout est  déjà dit !  La discrimination enchaîne et tue de manière insidieuse.

Assis à ma gauche, Gorgui Ndoye,  journaliste à l'ONU,  nous raconte qu' il y a quelques années, il a été appréhendé à la Gare de Cornavin alors qu'il tirait des photos dans un magasin et dont il estimait le tirage mauvais.  Il s'en  plaint auprès de la vendeuse qui appelle aussitôt la police qui l'embarque. Emmené au poste , il sera  injurié et battu puis finalement ce ne seront plus que de plates excuses face à la méprise.  A ma droite, c'est une citoyenne suisse de couleur qui raconte l'exclusion professionnelle depuis des années alors qu'elle est universitaire et prête, toutefois,  à accepter n'importe quel emploi.  Mais elle ne sait plus pourquoi véritablement elle est discriminée parce que trop âgée, femme ou de couleur ? Elle résume bien de cette façon quelles différentes formes les discrimination peuvent revêtir : multiples et combinatoires.

Face à ce constat quelles sont les pistes ? Une discrimination positive, n'est-ce pas encore une autre forme de discrimination. Les interventions sont nombreuses, on constate le  manque de mesures pragmatiques pour permettre une meilleure approche de l'autre. Le CV anonyme ne semble pas faire d'émules, surtout lorsque comme en France certains  responsables des Ressources humaines savent  d'ores et déjà qu'il leur faut sélectionner un BF(blanc et français) .   Mais forcer par le biais de mesures d'engager autrement, permet de changer aussi les mentalités "normopathes" découvrir autrement des personnes différentes. Il s'agit plus d'apprendre à confronter la diversité.  L'UNIA est citée en exemple, elle  collabore déjà activement à l'engagement basé sur la diversité et la richesse linguistique qu'elle induit.

Contrairement aux apparences souligne une intervenante, la discrimination n'est pas uniquement dirigée vers la migration, bien au contraire la plupart des cas traitent de citoyens discriminés et on peut l'être pour bien d'autres raisons que celles de l'origine  ou de la couleur. Lier la discrimination à la migration est faux.  Elle rappelle que la plupart des génocides se déroulent entre citoyens.

Pour ma part, j'ai  rappellé qu'il y a 8 ans encore on pouvait lire dans les offres d'emploi de l'Etat et de certaines  communes qu'on recrutait :"Suisses, Permis C ou Frontaliers" : Adieu les permis B !   Le délégué de l'intégration de l'époque,  face à ce constat, a haussé les épaules. Que voulez-vous  la discrimination est coutumière.  Bien naturellement, elle est ancrée, institutionnalisée, on ne la remarque même plus tant elle a été intégrée dans les schémas de pensée.

Les médias ont largement participé à créer la discrimination, depuis quelques années on observe qu'ils pointent du doigt plus particulièrement les minorités ethniques impliquées dans des faits divers . A ce sujet, un analyste canadien constatait "que les medias grossissent les attitudes de la minorité dominante, réinterprètent et diffusent cette idéologie à ceux qui ne détiennent pas le pouvoir, mais qui néanmoins sont les membres du groupe dominant : celui des Blancs. »  Au   CRFJ (Centre romand de la formation des journalistes à Lausanne) un séminaire traite de la question de comment véhiculer l'image des Africains à travers la presse suisse et quels pièges et raccourcis éviter.

En conclusion, nous nous sommes quittés en nous souhaitant à tous bonne chance, le travail devant soi est encore long, il est difficile d'aborder la discrimination positive tant qu'on n'a pas encore recensé toutes les formes insidieuses de la discrimination tout court à l'égard de la diversité  dans son ensemble.

Et la première grande  mesure à laquelle ne jamais  renoncer est de continuer à réduire les inégalités et ne pas les considérer  comme un fait établi, une évidence, une fatalité ! L'inégalité de traitement est profondement injuste et doit être considérée comme telle et mobiliser toutes nos forces encore et encore.

 

C'était le 24 juin 2011 / 18:00 sur le thème

« On m'engage pour ma différence ;

la discrimination positive en question »

Un Café Licra qui nous a invités à débattre de la discrimination en milieu professionnel. En Suisse les salaires des étrangers sont

de 16 % inférieurs à ceux des suisses, et les femmes gagnent en moyenne 20 % de moins que les hommes ! La soirée a été animée par Jean-Philippe Rapp, Président Licra CH. Parmi les invités : Monique Eckmann, Prof. HETS GE, Sylvianne Zeder-

Aubert, Présidente du Tribunal des Prud'Hommes GE, Muriel Golay, Dir. du Service de promotion de l'égalité hommes-femmes,

Brigitte Mantilleri, Déléguée à l'égalité à l'UniGe, Djemaâ Chraiti, Resp. Interface Entreprises DIP, Marie-Claire Caloz-Tschopp, Dir. de Progr. au Collège International de Philosophie, Gorgui Ndoye, Journaliste à l'ONU.

 

 

 

 

 

 

 

10:19 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | |

Commentaires

Bravo encore Djemâa pour ton engagement et ta pertinence.
Ton père n'est pas mort pour rien dans les geôles de Bourguiba. Tu es une Femme Digne et Généreuse. Ta fille a du pain sur la planche. Bon week end et à bientôt. La tansa al makroudati.

Écrit par : Ndoye Gorgui | 25/06/2011

Pas joli joli de supprimer les commentaires sans raison...

Écrit par : Courant alternatif | 27/06/2011

cher Courant Alternatif, pas de parano, vous aviez mis des commentaires dans le billet précédent, cherchez-vous et vous vous retrouverez :
http://regardscroises.blog.tdg.ch/archive/2011/06/21/on-m-engage-pour-ma-difference-la-discrimination-positive-e.html

Écrit par : djemâa | 27/06/2011

Oups, toutes mes excuses !

Écrit par : Courant alternatif | 28/06/2011

Les commentaires sont fermés.