21/06/2011

"ON M'ENGAGE POUR MA DIFFERENCE; LA DISCRIMINATION POSITIVE EN QUESTION"

Photo_egalite_des_chances[1].GIFLes politiques de discrimination positive sont de plus en plus revendiquées afin de faire face aux inégalités et aux discriminations que subiraient  certaines catégories de la population appartenant à des groupes minoritaires.

La discrimination peut prendre des formes très variées, la discrimination au travail peut être directe ou indirecte et  peut se situer en amont de l'embauche, pendant la durée des rapports de travail, lors d'un licenciement ou même après la fin du contrat. Pour exemple concret, nous pouvons citer, qu'en 2000, les salaires des travailleurs étrangers étaient en moyenne inférieurs de 16% par rapport aux salaires des travailleurs indigènes.

Le milieu professionnel offre un fort potentiel d'intégration et est un domaine clef pour la lutte contre la discrimination puisqu'il représente un environnement chef du point de vue de l'intégration. En Suisse, il faut savoir qu'un travailleur sur quatre n'a pas le passeport suisse.

Plus concrètement, la discrimination au travail peut prendre les formes suivantes: licenciements abusifs, harcèlement raciste, mobbing, discrimination de salaire, etc. En conséquence ces actes discriminatoires auront pour effet d'engendrer des conflits, de diminuer la motivation, de renforcer l'absentéisme, et donc d'augmenter les coûts de l'entreprise.

Le constat ci-dessus à engendré ces dernières années, des stratégies de renfort pour la promotion de l'égalité de la part des entreprises, des Autorités publiques et des syndicats. Par exemple, le BIT met à disposition un manuel spécial pour la gestion de la diversité en entreprise. Parmi ces mesures misent en place pour lutter contre la discrimination au travail, nous pouvons également citer la discrimination positive, les quotas positifs et les CV anonymes.

 La LICRA, en tant qu'organisation non-gouvernementale, défendant la promotion de l'égalité de traitement de tous les êtres humains, tant en milieu professionnel qu'ailleurs, organise son 5 ème CAFE LICRA du 24 juin, dès 18h30, avec pour but de sensibiliser le grand public.

(Rédaction: Leila Lohman, Source: "Un monde de travail sans discrimination", SLR)

 

Vous êtes cordialement invité à débattre du sujet le :

24 juin 2011 / 18:30 AU CAFE LES RECYCLABLES / 53 rue de Carouge /Genève

« On m'engage pour ma différence ;

la discrimination positive en question »

Un Café Licra vous invite à débattre de la discrimination en milieu professionnel. En Suisse les salaires des étrangers sont de 16 % inférieurs à ceux des suisses, et les femmes gagnent en moyenne 20 % de moins que les hommes ! La soirée sera animée par Jean-Philippe Rapp, Président Licra CH.

www.licra.ch Avec le soutien du Bureau de l'intégration des étrangers du canton de Genève

17:33 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | |

Commentaires

Bonjour, Il y a longtemps,nous avions publiés plutôt qu'écrit (à part l'intro) un texte intéressant (dans le cas contraire nous nous serions abstenu... :-) fermer la parenthèse), d'un auteur pro-capitalisme opposé au "turbo-capitalisme"= néo-libéralisme... (pfff...)
Nous nous permettons de laisser le lien vers ce texte ci-dessous, le jugeant "participatif" au débat annoncé...
http://letrioinfernal.blog.24heures.ch/archive/2009/10/27/partie-1.html
Il existe aussi une raison-nance avec le billet précédent, et nous l'avons écrit tant sur notre blog que sur celui de nos membres-Abrutis qui en tiennent des personnels, la politique (de gauche/de droite,mais binaire comme TOUT le reste) des 3 dernières décennies, a combattu l'insurrection potentielle, (avec la crête 68-80) par l'oubli organisé, et la confusion.
Il était trop facile dès lors pour la vraie D.G de la planète, d'amener cette potentielle guerre-civile, du tous contre n'importe quoi, et du n'importe quoi contre n'importe qui.
Mais nous allongeons ce commentaire, et nous n'avons plus le temps (autre objet volé par les propriétaires du monde?) de développer.
Bien à vous,
Au plaisir de vous relire

Écrit par : Trio-Octet Infernal-Watchmen section- | 21/06/2011

La discrimination positive, ce n'est rien de moins que de justifier un racisme pour contrer un autre (prétendu, celui-là). Je ne vous dis pas bravo.

J'aurais honte d'être engagé seulement parce que je suis gros, moche, vieux, jeune, handicapé, aveugle, noir, brun, rouge, jaune. Et c'est une honte que ce genre d'idées soient considérées comme un progrès.

Écrit par : Courant alternatif | 22/06/2011

Courant alternatif : mais si t'es gros, moche et handicapé, trop aveugle, trop jaune ou trop noir forcément tu ne seras pas engagé, alors tu proposes quoi. Je connais des femmes très rondes voire bien enrobées qui ne sont pas engagées à cause de leur taille ! T'en penses quoi de ça ?

Écrit par : tropmoche | 22/06/2011

Une piste de réflexion : un physique pas adapté à une tâche ou un job précis est une forme de discrimination, certes, mais nous discriminons tous les jours ! Par exemple, je ne suis pas très grand, en tout cas pas assez pour être policier, ou pilote de chasse militaire. Vais-je intenter un procès pour discrimination ? Même chose pour un handicapé : va-t-on l'encourager à être secouriste ? Je travaille dans une certaine administration publique d'un certain canton, il y a des "100% suisses", des originaires d'ex-yougoslavie, des africains, des maghrébins et je doute très fortement qu'ils aient été engagés pour leur couleur de peau ou leur appartenance ethnique. Je suis désolé, mais artificiellement augmenter les quotas de telle ou telle ethnie parce qu'elles sont forcément discriminées par ces salauds de suisses, c'est faire preuve du même cerveau étriqué que les racistes, c'est être racialiste. A savoir, un africain ne PEUT pas ne PAS être discriminé, par exemple. Vous comprenez la perversion d'une telle logique ? Je trouve ça très triste.

Écrit par : Courant alternatif | 22/06/2011

Les commentaires sont fermés.