22/05/2011

Le mimosa pudica, éloge d'une fascination

02.jpgUne plante incroyable que j'avais déjà découverte au Sri Lanka, elle pousse comme du trèfle plein les champs, au bord des routes, elle appartient à la famille des Fabaceae, elle pousse dans les régions tropicales, chaudes et humides.  Elle a autant de présence dans un appartement qu'un animal de compagnie. On lui  a attribué de nombreux synonymes qui la résument bien : sensitive, sensitive pudique, malice des femmes, herbe demoiselle, honteuse, Marie-honte, honteuse femelle, herbe mamzelle, feuille honte, trompe-la-mort, mori vivi, quitem tranquille, mimosa sensitiva.

Elle réagit au moindre contact,  des réactions  immédiates les plus spectaculaires du monde végétal, ses folioles et ses feuilles hyper sensibles se referment au moindre danger :  eau, vent, chaleur, au toucher. La nuit dès le coucher du soleil, toutes ses feuilles et ses folioles se referment, et la matin la voilà épanouie, toute ouverte. La légende dit que pour échapper à un berger, une belle nymphe se transforma en sensitive. Elle rappelerait la sensibilité d'un poète, un rien la touche, sensible à son environnement, elle réagit au moindre changement.

C'est une petite plante dont les  tiges sont  hautes de 10 à 40 centimètres et on pourrait passer des heures à l'observer et la voir  se transformer. Elle a des vertus thérapeutiques, soporifiques et en Amazonie, on l'applique sur les plaies pour stopper les saignements. Les Mayas lui reconnaissaient des vertus relaxantes et antidrépressives.

Une belle découverte, mais elle est si sensible qu'on préfère ne pas l'importuner et juste l'admirer.  Les enfants restente fascinés devant cette merveille de la nature  et il est vrai qu'elle a quelque chose de très émouvant comme tout ce qui démontre de la sensibilité.


 

 

21:19 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | |

Commentaires

Un très chaud merci, Djemaa, d'avoir pris la peine de nous transmettre cette leçon de botanique si particulière.
Belle journée à vous!

Écrit par : Marie-France de Meuron | 23/05/2011

Les commentaires sont fermés.