09/05/2011

Tunisie - Une journée à la Goulette

P1030673.JPG

4 mai 2011- La Goulette a fort peu changé en un demi-siècle, ses immeubles d'une blancheur immaculée aux volets bleu turquoise, les bougainvillées qui explosent accoudées aux murs blancs, légèrement penchées, corbeilles pleines et généreuses qui s'offrent au regard des passants.

 

 

 

 

P1030662.JPG

Le linge bariolé suspendu à un  fil tiré selon la bonne exposition au soleil , est balayé par le vent et séché au soleil, tradition immémoriale. Dans cette ambiance surannée qui rappelle la belle époque, celle où le creuset multiculturel accomplissait des miracles de cohabitation, s'étale sous nos yeux effarés le désastre de la destruction,  en partie,  de la "Petite Sicile".

 

 

 

 

P1030660.JPG

Dans le quartier de la "Petite Sicile", l'église Saint-Augustin et Saint-Fidèle érigée en 1848 par des frères capucins siciliens a été rénovée, même la Révolution n'a pas osé s'attaquer à cette blancheur toute virginale. En face de ce monument, la maison de Claudia Cardinale n'est plus qu'amas de poussière, en lieu et place des immeubles clinquants imposés par Imed Trabelsi,  l'ex-maire de la Goulette  pour qui la mémoire collective exprimée à travers son  architecture n'est plus que vieille nostalgie et vieilles dentelles, on lui laisserait volontiers l'arsenic.

La gare T.G.M, blanche et bleue, déverse et reçoit son flot de passagers avec la même constance, on se croirait plantés dans un décor de film ancien.

 

A la Goulette, le temps continue à passer lentement, si lentement qu'il faudrait  l'achever à coups de sieste délicieuse et parfois langoureuse, il suffirait de rencontrer une عَروسُ البَحْرِ  , une sirène de mer aux chants  voluptueux qui transformerait nos souvenirs en plaintes ardentes et déployerait des  voiles plus légers que les ailes de papillons pour nous enfouir dans cet antan si cher que l'on porte en bandoulière magnifiquement attaché à notre mémoire.

P1030670.JPG

 

 

 

 

 

 

 

20:49 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | |

Commentaires

Magnifique cette page sur la Goulette,belles photos et commentaire qui réveillent des souvenirs qui remontent à l'enfance et se sont poursuivis au-delà.
La beauté du dernier paragraphe ravive un rapport quasi charnel à ce petit village où j'aimais manger ;l'apres midi,un nougat fondant enveloppé dans un pain brioché .Le compatriote juif qui le vendait ne lui a pas donné de nom pour être toujours le seul à en vendre.
Depuis il n'existe plus.
Heureusement qu'on peut toujours savourer un complet poisson chez Bichi.
MERCI Djemâa de nous faire partager avec talent et sensibilité ce beau voyage.

Écrit par : Mamoun Slama | 11/05/2011

Le nom de l'inventeur du fameux sandwich au nougat me revient soudain .Il s'appelait NDOUKHA. Seuls les quinquas et plus peuvent s'en rappeler.
Avec un cousin, nous nous promenions sur la grande avenues l'après-midi entière . Nous suivions de loin de belles filles juives,italiennes.nous avions 15/16 ans. C'etait naîf et innocent.C'etait beau aussi.
Ce cousin habite tjs la Goulette une grande et belle maison.
Je pourrai y aller les yeux fermés, mais je n'ai pas son adresse.
Autre singularité de ce village, enfin de ce qu'il était.

Écrit par : Mamoun Slama | 11/05/2011

Beaux bâtiments, j'aime les bâtiments de couleur blanche, ils regardent vraiment paisible et fraîche.

Écrit par : forex | 29/06/2011

Les commentaires sont fermés.