07/04/2011

Hommage à un chantre de la Paix- Juliano Mer-Khamis

43970_s.jpgQui pourrait se glorifier d'avoir achevé une colombe de la paix ?  Un artiste  arabe-israélien, de mère juive et de père arabe,  engagé pour la paix et le dialogue lâchement abattu de 5 balles à Jénine dans le Nord de la Cisjordanie, le 4 avril.

Un Israélien qui vivait dans un camp de réfugiés palestiniens et qui y dirigeait un « Théâtre de la liberté « . Une liberté qu'il aura payée au prix de sa vie.

Il y a quelques années, j'avais vu la projection du film sur sa mère Arna Mer Khamis, une militante juive très engagée dans la lutte contre l'occupation «  Arna et les enfants de Jénine". Un documentaire touchant, réalisé par son fils Juliano qui retraçait l'épopée de la création d'un théâtre dans un camp palestinien par cette femme magnifiquement engagée. L'engagement de toute une vie d'une militante qui restera dans ce camp palestinien jusqu'à sa mort en 1994. Un documentaire d'un fils aimant qui parle d'une mère qui est la sienne et d'une artiste qui oeuvrera pour la paix à travers le théâtre où tous les enfants de Jénine sont passés une fois ou l'autre.

Non ! Ce n'est pas un simple fait divers. C'est assassiner tous les espoirs de paix et de dialogues, c'est s'acharner sur un symbole porteur d'espoirs. Tuer un artiste équivaut à  tuer notre dimension universelle, celle de toutes nos illusions d'un monde meilleur.

 

 

 

 

 

22:01 | Lien permanent | Commentaires (25) | |  Facebook | | |

Commentaires

Des militants palestiniens ont assassiné Juliano Mer-Khamis,

Juliano Mer-Khamis : L'acteur israélien est mort assassiné...

L'acteur israélien Juliano Mer-Khamis, 52 ans, est mort lundi par balles dans un camp de réfugiés palestiniens à Jénine, en Cisjordanie. D'après le chef de la police de Jénine, il a été abattu de cinq balles tirées par des militants palestiniens masqués alors qu'il sortait du théâtre de la Liberté, qu'il avait fondé. Son corps va être transféré à Nazareth, en Israël, où il est né. Lire la suite l'article

Fils d'Arna Mer-Khamis, une militante israélienne pour les droits des Palestiniens, Juliano était lui-même devenu un activiste. Au cinéma, on l'a beaucoup vu chez Amos Gitai, dans des films comme Kippur (2002) ou Kedma (2002), et dans la série Djihad sur Canal+. En 2010, on le retrouve au côté de Freida Pinto dans le controversé Miral de Julian Schnabel. Le réalisateur new-yorkais, connu pour Le Scaphandre et le papillon, et sa partenaire Rula Jebreal ont exprimé leur tristesse en apprenant cette nouvelle. Un représentant du film, adapté du livre de Jebreal, a déclaré au New York Post que le couple était très choqué par cette tragédie.

En 2006, Juliano Mer-Khamis créait le Théâtre de la liberté, qu'il envisageait comme la poursuite du travail de sa mère.

D'après RFI, "Juliano Mer-Khamis se savait menacé. Son théâtre avait été incendié deux fois ces dernières années. Les islamistes n'avaient pas apprécié la pièce La Ferme des animaux d'après le roman de George Orwell parce que des acteurs musulmans jouaient des cochons."

Juliano Mer-Khamis se considérait comme "juif et palestinien". Les forces de sécurité israéliennes enquêtent toujours sur les circonstances du crime.

Source:ALERTE INFO

Djemaa, je vous donne ci-dessous la version des deux islamistes propagandistes afin que tout le monde sache COMMENT ON INSTRUMENTALISE LA PROPAGANDE ANTI-ISRAEL.

"Tragique assassinat de l'acteur israélien Juliano Mer-Khamis"

2792725168-traque-jenine-apres-le-meurtre-du-directeur-du-theatre-de.jpgJuliano
Mer-Khamis, un acteur connu en Israël, né d'un père palestinien et d'une mère juive, créateurs du Théâtre des Pierres à Jénine, détruit par les israéliens, puis reconstruit et rebaptisé Théâtre de la Liberté, a été assassiné le 4 avril.

Il était le réalisateur du documentaire Arna et les enfants de Jénine, en 2003 avec Danniel Danniel, un film en parti, en hommage à sa mère, Arna Mer, juive militante propalestinienne, une femme exceptionnelle qui avait reçu le prix Nobel alternatif, en Suède, pour son action associative. Voir ce lien

Jean-Guy Greilsamer, ancien président des "Amis du Théâtre de la Liberté de Jénine" :

"Lors de la première intifada à Jénine, sa mère Arna a animé auprès des jeunes du camp de réfugiés un travail culturel, particulièrement théâtral, qui leur permettait de résister à leur vie quotidienne marquée par les violences, les humiliations et l’oppression imposée par les autorités israéliennes.Ce travail, Juliano l’a continué en créant en 2006 le Théâtre de Liberté de Jénine après avoir réalisé le film « Les enfants d’Arna », qui raconte le travail de sa mère, sa création d’un premier théâtre, et le destin tragique lors de l’opération Rempart en 2002 de plusieurs jeunes très actifs dans ce premier Théâtre.
J’ai pu constater directement lors de ma première visite au Freedom Theatre en 2007 combien le travail artistique et l’état d’esprit de Juliano auprès des jeunes leur permettaient de libérer leurs angoisses, de s’épanouir, de mieux maîtriser leur vie quotidienne...la suite

Écrit par : Patoucha | 07/04/2011

Je l'ai z.l. rencontré sur un plateau lors d'un tournage à Tel Aviv, nous avions discuté de la situation lors la guerre du Liban en 2006, des missiles du hezbollah venaient de tuer un couple musulman dans le nord. Je peu vous garantir que ses propos n'était pas tendre pour le hezbollah, il faisait la différence entre les populations et des mouvements comme le hezbollah, ceci dit, il n'était pas un grand acteur israélien, dû moins il était plus connu dans les milieux politique bobos de la scène quadra tel-avivienne que sur les écrans, juste pour dire, il y a énormément d'artistes en Israël et ce pays produit une bonne cinquantaine de films par ans, dont certains ont des carrières internationales.

Ce qui est certain, l'olp déteste toute forme défervescence ou d'émulation culturelle, les radios, les théâtres et toute forme d'expression sont très surveillés, tant par les islamistes que par les butors ou buteurs de l'olp.

Pour exemple et par décret, les radios "chrétiennes" n'ont pas l'autorisation de débattre de leur foi ou de diffuser des musiques "pieuses", des homélies ou autre prêchiprêchas, de ce fait il est très difficile de les distinguer des radios musulmanes.

Autre détail, il se disait être juif, ce qui ne passe pas non plus lorsque c'est un peu trop affiché.

Quand à son assassina, le message est clair, nul besoin d'épiloguer des heures entières, ce genre d'action sont rattachées à des contrats, les auteurs sont des pros, ils ont un prix, celui des monnaies trébuchantes, quand au commanditaire, aucun doute, l'olp pour faire la course avec le hamas !

Écrit par : Corto | 08/04/2011

Once upon a time,were considered only watches.Replica Watches not yet introduced and people had to bear the simple watches they were happy.There was simply no need for Replica Rolex since most of the watches were simple and affordable.In those days most of the watches were simple timepieces and most were affordable. Yes, there were hints that made his body in gold, but it was not enough to go to the people and order. Now was not that expensive, nor that watches them. Replica Breitling. The new generation professionals have enough money to be able to enjoy the finer things in life.
However, not all of them have the financial capacity to go for brands such as replica tag heuer, replica cartier, replica omega, etc. These professionals are now hoping to have found with these cheap replica watches. Then there are two major advantages in the luxury watches replica. Firstly, you do not have to pay an astronomical price for it, and secondly, these replica audemars piguet for most leaders and the more expensive brands are available. People like to see and show love, especially with the girls. The best way to show your class is by wearing replica panerai. Can you imagine what impression you make on your friends and colleagues when you wearing Cartier replica panerai in the morning and Piaget replica watch in the evening?

Écrit par : Replica Rolex | 08/04/2011

Vous etes tres drole Madame, "Tuer un artiste équivaut à tuer notre dimension universelle, celle de toutes nos illusions d'un monde meilleur." Mais que voulez-vous dire par cette
phrase insensee? Depuis quand les artistes sont les portes paroles de l humanite ? Vous vous prenez pour les seigneurs du l univers alors ? La mort de cet homme est effectivement un drame et un fait divers, comme l incident survenu au Bresil.
Pour etre credible, il faut parler aussi des enfants tues sauvagement par des extremistes spolies de leur terre, ou peut-etre leur vie est vaine.

Écrit par : silke | 08/04/2011

@ silke,

les artistes sont la voix du peuple opprimé depuis toujours...d'ailleurs les dictatures persécutent les artistes et les opposant avec la même violence toujours, car elles savent que le peuple est le corps et les artistes sont la voix de l'humanité et ceci est un danger pour une dictature , ...voilà pourquoi on tue les artistes parce qu'ils disent dans leur art ce que d'autres tairaient par peur...l'artiste et la liberté sont des jumeaux nés de la même mère ,

Écrit par : luzia | 08/04/2011

@ corto

"
Autre détail, il se disait être juif, ce qui ne passe pas non plus lorsque c'est un peu trop affiché."

expliquez-moi cette phrase qui me sonne dans les oreilles comme des vitres cassés dans une casserole en latte pleine de pierres ....

il faut que quand on es juifs on soit plus discrets ? est ce qu'un arabe, un africain, un indien, un yougoslave, un juif, un latino-américain, doit modérer sa provenance , ses origines pour avoir plus de chances de vivre et de droit de vivre ?
si on commence à accepter qu'une personne pour vivre doit cacher le fait d’être juive ou palestinienne ou autre encore , on est perdus,...

on a le droit de dire qu'on est juifs, ou palestinien ,ou chrétien ici ou ailleurs , même si c'est dangereux, certains perdent leur vie , pour-que d'autres puissent encore pouvoir dire, dire qu'ils existent ,

Écrit par : luzia | 08/04/2011

luzia, excusez, l'olp a décrété qu'aucun juif ne pourra vivre dans le futur état "palestinien", quand au hamas, seul les juifs anti-israéliens sont plus ou moins bien-venu, comme les Pseudos-Rabbins négationnistes en Iran !

Concernant le droit des juifs dans certains pays arabes, renseignez-vous, les juifs de Syrie, d'Iran, d'Algérie, anciennement de Libye sont interdits à toutes fonctions administratives, de visas de voyages et d'autres humiliation sorties tout droit du nazisme.

Alors sachez, que malgré le fait que 1,4 million de musulmans vivent en Israël, ont des représentants à la Knesset, ont les mêmes droits, si ce n'est plus de droits que les Juifs en Israël, l'olp affiche un refus totale quand à l'établissement de Juifs dans le "futur" "état" !

Écrit par : Corto | 08/04/2011

oué...

mais ce n'était pas cela ma question...

Écrit par : luzia | 08/04/2011

quoi, oué ?

Exprimez-vous !

Écrit par : Corto | 08/04/2011

ça ne vous suffit pas, vous voudriez que ces restrictions soient aussi appliquées en Suisse ?

Écrit par : Corto | 08/04/2011

luzia vous allez être croquée toute crue par corto le champion de la tchatche qui ne mène nulle part! Bon courage!

Écrit par : attentiondanger | 08/04/2011

Si je n'ai pas compris la question de luzia, quelle la repose en deux lignes ?

Écrit par : Corto | 08/04/2011

je vous demande de m'expliquer pourquoi vous dites que dire qu'on est juif se serait de trop s' afficher et ceci sans tomber dans un antisémitisme à deux balles qui est désormais une grossière habitude des gens pour justifier le fait qu'on tue une personne dans ces pays ...alors que se sont des crimes ...

il faut arrêter de véhiculer ses certitudes qui rendent l'ignorance innocente de certains des fautes insurmontables, je crois que c'est cela que cet homme a voulu par son combat culturel transmettre et vous venez déposer votre voile de malveillance avec vos commentaires préconçus de préjugés,

œuvrer pour la paix c'est aussi arrêter de utiliser et s’éloigner de ces pensées qui servent seulement les fascistes de tout bord, d'une coté et d'une autre ..

expliquez moi pourquoi vous vous obstinez à mettre se ton culpabilisation sur la race en tout acte criminel , parce que ces ignorances là sont des ignorances universelles bien au contraire...

le véritable crime est celui ci à mon avis, et il faut le casser et changer cette manière de créer de monolithes justiciers à priori , qui empêchent la lumière de donner un espoir pour construire une paix durable là ou il y a tant de souffrance des deux cotés...

voyez vous votre erreur ? ou pas ? et si non expliquez moi pourquoi...!

Écrit par : luzia | 08/04/2011

Je comprend votre explication, mais SVP, posez votre question de manière plus clair et concise, en quelques mots, je ferai tout mon possible pour y répondre.

Merci

Écrit par : Corto | 08/04/2011

Un symbole est mort à Jénine, en Cisjordanie, à l’âge de 52 ans. Juliano Mer-Khamis, directeur du Freedom Theatre, le théâtre libre de Jénine, a été assassiné le 4 avril par un groupe d’hommes armés. Il représentait à lui seul le symbole du conflit israélo-palestinien car il était né d’une mère juive, Arna Mer-Khamis, militante israélienne pour les droits des palestiniens, et d’un père arabe israélien, Saliba Khamis, un des chefs du Parti communiste d'Israël.
Acteur et homme politique

Il avait tourné pour la télévision israélienne et pour de nombreux longs métrages étrangers, en particulier dans les deux films d’Amos Gitaï, Kippour en 2000 et Kedma en 2002 qui ont été projetés dans les salles françaises. Grand acteur, il s’était produit sur les planches des prestigieux théâtres de Beit Lessin et Habima. A la mort de sa mère, il avait repris le flambeau de la troupe théâtrale d’enfants de Jénine et avait réalisé en 2004 un documentaire, Les Enfants d'Arna, sur ceux qui devaient devenir plus tard des combattants des Brigades des Martyrs d’Al-Aqsa, dont plusieurs devaient tomber sous les balles israéliennes. Il s’était donné comme objectif de permettre aux enfants du camp de réfugiés de Jénine de s’épanouir par le théâtre et de fuir l’atmosphère de guerre qui y sévissait.

Il avait concentré autour de lui les haines des deux camps protagonistes. Les Palestiniens, qui doutaient de sa loyauté, n’appréciaient pas l’influence pacifique qu’il cherchait à inculquer auprès des jeunes arabes. Les nationalistes israéliens voyaient d’un mauvais œil son militantisme pour les droits des Palestiniens et ses critiques permanentes contre la construction de colonies.

Son théâtre avait été rasé en 2002 lors de la deuxième intifada alors que des combattants s’y étaient retranchés pour échapper à Tsahal. Il a été reconstruit mais a été l’objet de deux incendies en 2009 de la part des activistes palestiniens qui n’appréciaient cet art importé de l’occident. Il s’était défendu des critiques dont il avait été l’objet en expliquant que sa tâche était de «responsabiliser nos enfants et les éduquer et pour construire un nouveau futur face à l’occupation israélienne… Le théâtre, le cinéma, les arts en général, sont essentiels au développement de l’enfant ainsi que de notre société afin que notre nation devienne forte, libre et indépendante».

Les Palestiniens l’accusaient aussi d’être contre la religion et de travailler pour la laïcisation de leurs enfants alors qu’il estimait œuvrer au contraire pour «armer nos jeunes de connaissance, de valeurs et de respect pour leur histoire, leur religion et leurs familles». Il avait décidé de s’engager politiquement en s’attaquant aux divisions parmi le peuple palestinien, et de militer pour les libertés dans le monde arabe. D’ailleurs ses dernières pièces, notamment l’adaptation de la Ferme des animaux de George Orwell, bousculaient les conservatismes.
Traitre pour les nationalistes

Les nationalistes israéliens le considéraient comme un traitre juif car, né de mère juive, il restait juif aux yeux de la loi rabbinique. Mais ils ne verseront aucune larme sur sa mort car, à leurs yeux, il œuvrait trop pour un dialogue israélo-palestinien et pour une solution pacifique au conflit israélo-palestinien. Il pensait pouvoir rapprocher les peuples grâce à l’art et à la culture.

Meïr Indor, président d’une association qui défend les droits des familles victimes du terrorisme, appelle le gouvernement «à ne pas considérer l’acteur comme victime du terrorisme». Il justifie sa position parce que «Juliano avait depuis longtemps adopté le narratif palestinien et n’avait cessé d’attaquer Israël sans se poser de questions. Il avait appelé à la lutte armée contre Israël, justifié les attentats-suicides, et prôné un Etat palestinien du Jourdain à la mer, dans lequel les juifs vivraient comme minorité soumise aux arabes musulmans». Juliano Mer-Khamis avait effectivement signé la pétition parue dans Le Monde sous le titre «Boycotter Israël c’est lutter pour une paix juste».

Les forces de sécurité de l'Autorité palestinienne se sont engagées à retrouver les assassins de Juliano Mer-Khamis. Elles ont arrêté à Jénine quatre militants du Hamas suspectés d'être impliqués dans le meurtre de l'acteur arabe qui gardera cependant, même après sa mort, l’étiquette juive et israélienne puisqu’il sera inhumé, en Israël, au kibboutz Ramot Ménashé.

Jacques Benillouche

Écrit par : Corto | 08/04/2011

Vous êtes une vraie Colombe! Merci de ne pas laisser passer sous silence cet abominable crime!

Écrit par : Mamoun Slama | 09/04/2011

Ce sont des islamistes palestiniens qui l'ont assassiné!
cela n'est pas assez explicite à vos yeux Luzia? Je comprends ce que vous voulez dire mais la Suisse n'est pas la Jordanie. Allez-y donc et dites-le que vous êtes Juive. Vous aurez une réponse claire et nette, si je puis m'exprimer ainsi.

Écrit par : Patoucha | 10/04/2011

Mamoun Slama, ce n'est pas parce que vous arrivé en retard dans ce blog que vous pouvez vous attribuer tous les honneurs, trop facile !

Écrit par : Corto | 10/04/2011

Quand à luzia, il n'y a que le nom, dans ses questions alambiquée ou elle me suggérait même les réponses, il s'agit d'un cas de sénilité précoce souvent représenté dans le paf helvétique. Donc dorénavant luzia, faites les question et les réponses qui vous conviennent vous même !

Comme quoi la bêtise ne se mesure pas pas dans ce tiers-monde de la pensée !

Écrit par : Corto | 10/04/2011

De quoi parlez-vous Corto? Mamoun Slama ne fait que remercier Djemaà d'avoir parlé de ce crime et non de s'attribuer un quelconque honneur!!! Franchement Corto, je ne vois là aucune raison de vous en prendre à ce commentateur.

Écrit par : Patoucha | 11/04/2011

Patoucha, je laisse les colombes aux "martyrs" médiévaux, quand un Juifs se fait assassiner, je ne vois pas ce que des colombes pourraient bien venir faire dans ce débat, si il faut que des Juifs se fassent tirer comme des lapins pour que les colombes ressortent de leurs trous, non merci !

quand à l'autre colombe, celle de la paix, elle doit être dans un sale état dans une affaire aussi lamentable qu'il n'est pas souhaitable de ressortir dans cette occasion, ceci dit, Djéêma est une colombe, mais ça doit rester un secret !

Écrit par : Corto | 11/04/2011

C est très rare :Je suis d accord avec le dernier commentateur,surtout avec ses tout derniers mots.Je remercie Patoucha d avoir éclairé sa lanterne.
Je suis agréablement surpris de voir qu une personne ,au moins ,trouve grâce a ses yeux:Diemâa.Ce sera sans doute l unique point commun que j aurai avec lui.

Écrit par : Mamoun Slama | 11/04/2011

Pour les réponses non censurées au blog de Hani, le milliardaire de l'Islam !

http://censureideologique.blog.tdg.ch/archive/2011/04/15/du-bon-usage-d-un-dictateur.html

Écrit par : Corto | 15/04/2011

Julio n’est point mort !

Quelle lâcheté !
Cinq balles et deux monstres masqués
Pour abattre une simple branche d'olivier !
Pour tuer une fleur de jasmin
Une plante de lumière !
Quelle lâcheté !
Des bras armés
Ont tiré sur le Christ
Ils ont assassiné Julio le pacifiste !
Comment peut-on porter en soi
Tant de haine contre la paix
Contre la vie
Et la joie ?
Ils ont ciblé la beauté !
Ils ont tiré sur le printemps
Maudits soient les auteurs
De ce grand malheur !
Soyez maudits ô assassins
Soyez maudits à jamais
Et que l'Enfer
Soit votre seule demeure !
Sachez cependant
Qu'en tuant Juliano
Vous avez immortalisé un héros
Nous le ferons aimer
Par les enfants du monde entier
Nous chanterons haut et fort
"Julio n'est pas mort"
Nous écrirons son nom
Sur les lèvres des nouveaux nés
Et sur la scène de son théâtre
Nous jouerons pour eux
Ce qu’il a le plus aimé
Ses espérances et ses joies
Ses attentes
Et sa confiance en l'humain
Soyez à jamais maudits
Et sachez encore une fois
Que Juliano vivra
Le beau Juliano Mer Khamis
De la grande Yarna le fils
Habitera nos cœurs pour toujours
Lui l'emblème de la paix
Et de l'amour !

Écrit par : amel Raghma | 07/05/2011

amel, changes d'élastique, tu vas te prendre les pieds !

Écrit par : skate | 08/05/2011

Les commentaires sont fermés.