03/02/2011

Aucun acte antisémite en Tunisie, le chef de la communauté dément des ‘rumeurs’

 

b6af32bc-8e1a-4316-8f35-b4910be96e52.jpgTUNIS (AFP-EJP)---Le président de la communauté juive de Tunisie, Roger Bismuth, a affirmé mercredi à l'AFP qu'aucun acte antisémite n'avait été signalé en Tunisie depuis le début de la révolution populaire, mettant en garde contre les rumeurs ayant fait état mardi de l'incendie d'une synagogue.

"A aucun moment, les juifs n'ont été visés par des attaques ou même des paroles déplacées au cours de la révolution. C'est une révolution tunisienne, qui concerne tous les Tunisiens", a déclaré Roger Bismuth.

Le chef de la communauté juive de Tunisie, qui compte quelque 1.600 personnes, dont la plupart vivent à Djerba, a opposé un "démenti formel" à "une rumeur qui a fait état d'une synagogue incendiée" lundi soir à El Hamma, près de la ville côtière de Gabès (sud).

"Il n'y a pas de synagogue à El Hamma. Il y a un mausolée, avec la tombe d'un grand rabbin, qui est un lieu de pèlerinage. Lundi soir, plusieurs bâtiments de la région ont été la cible de saccages et la guérite du gardien du mausolée a été vandalisée et quelques chaises emportées", a-t-il poursuivi.

"Cela ne visait pas la communauté juive en elle-même. Un local de l'UGTT (le principal syndicat tunisien) a aussi été saccagé ainsi que d'autres bâtiments", a-t-il expliqué.

"Il faut faire très attention aux rumeurs. Des gens essaient de faire croire qu'il y a une volonté d'attaquer des synagogues. C'est faux. Nous ne sommes pas inquiets, nous n'avons pas demandé de renforts de sécurité au gouvernement parce que nous estimons qu'il n'y a aucune raison de le faire", a-t-il insisté.

Mardi, plusieurs responsables de la communauté juive locale avaient affirmé à l'AFP et d'autres agences internationales qu'une synagogue avait été incendiée à El Hamma, après des allégations relayées à Paris par un organisme de vigilance contre l'antisémitisme.

Plusieurs représentants de la Ligue tunisienne des droits de l'homme ont démenti auprès de l'AFP ces allégations, mettant eux aussi en garde contre les multiples rumeurs qui circulent dans le pays alors que la sécurité n'est pas encore totalement rétablie.

Si la communauté juive de Tunisie est totalement intégrée, elle ne s'implique peu ou pas dans la vie politique du pays.

Une vingtaine de membres de la communauté avaient quitté le pays pour Israël lors des émeutes contre le président déchu Zine el-Abidine Ben Ali.

 

source http://fr.ejpress.org/article/nouvelles_hors_d%E2%80%99europe/39622

07:54 | Lien permanent | Commentaires (11) | |  Facebook | | |

Commentaires

Merci Djéma pour ce rectificatif démontrant bien que l'antisémitisme supposé entre musulmans et juifs puise souvent ses nutriments dans les racines dans les médias et de l'occident !

D'ailleurs pas mal d'actes similaires en France visant des musulmans me laisse dubitatif, je me demande pas si ce ne sont pas plutôt des mouvements bien cathos fascistes qui se cachent derrière !

Écrit par : Corto | 03/02/2011

"Le président de la communauté juive de Tunisie, Roger Bismuth, a affirmé mercredi à l'AFP qu'aucun acte antisémite n'avait été signalé en Tunisie depuis le début de la révolution populaire, mettant en garde contre les rumeurs ayant fait état mardi de l'incendie d'une synagogue."

Brave homme, ses propos me font penser à ceux tenus par Shenouda III après qu'une supposée bombe activée par un supposé kamikaze lui ait bouffé 21 de ses ouailles.

Écrit par : Giona | 03/02/2011

@Corto- merci de rappeler que la coexistence pacifique existe et que plus d'un souhaite voir cette alliance verser dans la haine pour moult raisons qui n'appartiennent qu'à eux et souvent dû au fait de l'ignorance.
Au moment où j'ai écrit ces lignes, je recevais des appels désespérés décrivant une situation de peur en Tunisie. Les juifs tunisiens sont avant tout des tunisiens qui sont chez eux et dont la place n'est plus à prouver quoiqu'en disent les extrémistes de tous bords. De grandes figures telles que celles de Georges Adda surnommé le patriote tunisien, incarne la résistance juive au colonialisme et qui a mis en danger sa vie pour l'indépendance de son pays, je le cite ""Je viens de loin. Les Berbères, mes ancêtres, ont connu les Phéniciens, les Romains, les Vandales, les Arabes, les Normands, les Turcs et les Français qui ont successivement occupé mon pays, devenu indépendant il y a seulement un demi-siècle."Cet homme a connu la prison pour l'indépendance de son pays.
De nombreux Juifs se sont engagés dans les réseaux de résistance, comme Georges Attal, Maurice Nisard ou Paul Sebag, et certains ont été déportés comme Lise Hannon et le père de Serge Moati. Des personnalités musulmanes, comme Mohamed Tlatli à Nabeul, Ali Sakkat à Zaghouan et Khaled Abdul-Wahab à Mahdia, ont aidé ou protégé eux aussi des Juifs au péril de leur vie. Moncef Bey lui-même aidera et cachera des Juifs dans ses propriétés, tout comme le font des membres de sa famille et des dignitaires dont Chenik, Bahri Guiga et El Materi. Les nazis en 1945 ont chassé les juifs jusqu'en Tunisie. Les noms de Georges Attal, de Maurice Nisard, de Paul Sebag illustrent la résistance communiste dans laquelle les Juifs étaient nombreux et qui en 1940 dénonçaient l'armistice. Des Juifs de Tunisie ont été déportés en tant que résistants, tels que Lise Hannon, Serge Moati, Karoubi .Source http://www.islam-pluriel.net/archives/2237 L’histoire des Juifs de Tunisie pendant l’occupation allemande

Écrit par : djemâa | 03/02/2011

"Merci Djéma pour ce rectificatif démontrant bien que l'antisémitisme supposé entre musulmans et juifs puise souvent ses nutriments dans les racines dans les médias et de l'occident !"

Au dessus de 600 °C, le juif a la propriété de s'évaporer.

Dans les pays arabes son seuil de tolérance n'atteint pas 35°C, au delà il s'évapore, comme s'en sont évaporés les 900'000 juifs qui y résidaient depuis quelques millénaires, malgré le fait que la plupart d'entre eux avaient des ancêtres berbères, et qui donc, en deux mots, étaient bien plus légitimes chez eux que l'envahisseur arabe ne le deviendra bien plus tard. Ce dernier, magnanime et avec un culot sans borne, consent aujourd'hui et rétroactivement à reconnaître aux juifs tunisiens la qualité d'authentiques patriotes, qualité qui n'aura pas préservé certains d'entre eux de la déportation et encore moins de la délation à motif cupide.

Il semblerait que l’autocritique ne soit pas plus au programme dans les pays arabes qu’en Tunisie en revanche les contes mythologiques y sont toujours très appréciés.

Cela dit, le Comité de Yad Vashem a jugé récemment que le beau et très raffiné feu Abdul Wahab ne remplissait pas un des critères d'octroie du statut de Juste, je le déplore vivement.

Écrit par : Giona | 06/02/2011

Abdul Wahab : Juste parmi les nations ?

Fils unique de l'historien Hassan Hosni Abdelwaheb, Abdul-Wahab, rentre en Tunisie et s'installe dans la ferme familiale, située dans le hameau de Tlelsa à une trentaine de kilomètres à l'ouest de Mahdia, après des séjours à Paris et à New York, où il étudie l'art et l'architecture au début des années 1930. Il est âgé de 32 ans lorsque les troupes du Troisième Reich occupent la Tunisie en novembre 1942.

Dès lors, en conformité avec la politique antisémite des Nazis, les quelques 100 000 Juifs du territoire sont sujets aux expropriations et au travail forcé : plus de 5 000 d'entre eux sont envoyés dans des camps de travail où 46 d'entre eux meurent ; 160 sont envoyés en France pour être acheminés vers les camps d'extermination.

Les familles Boukhris et Uzzan, expulsées de leurs domiciles respectifs par les occupants, trouvent refuge dans une huilerie désaffectée à l'extérieur de Mahdia.. Abdul-Wahab apprend qu'un officier allemand souhaite ramener Odette Boukhris pour la faire travailler dans leur lupanar. Son père étant proche de la famille Boukhris, il décide de conduire tout le groupe dans sa ferme et l'installe à l'abri dans les écuries. Les 24 personnes, dont la moitié d'enfants, y passent quatre mois jusqu'à la fin de l'occupation en avril 1943.
Selon Anny Boukris, la fille d'Odette Boukhris qui avait alors onze ans, les hommes du groupe ont continué de se rendre quotidiennement au travail forcé sous la supervision des occupants Ils pouvaient également se rendre tous les jeudis dans une ferme de Sidi Alouane pour préparer le chabbat avec le reste de la communauté de Mahdia. Edmée Masliah (née Uzzan) confirme néanmoins que les Allemands se rendaient régulièrement à la ferme pour procéder au comptage des Juifs présents. laissant entendre que les occupants connaissent leur cachette. Dans le même temps, toutes deux soulignent la gentillesse, la noblesse et la générosité de leur hôte[.

Juste parmi les nations ?
Robert Satloff, directeur du Washington Institute for Near East Policy, entame des recherches sur les Arabes ayant sauvé des Juifs de l'Holocauste. Il est alors informé du cas d'Abdul-Wahab par Anny Boukris, installée alors à Los Angeles, qui meurt quelques semaines après que Satloff ait enregistré son témoignage ; ce dernier se rend alors à Mahdia et confirme son récit.

Sélectionné pour le titre de Juste parmi les nations en janvier 2007, le dossier d'Abdul-Wahab est cependant rejeté en mars de la même année par la commission de Yad Vashem ; la nouvelle n'est toutefois rendue publique qu'en 2009. La justification du refus repose sur le fait que l'acte d'Abdul-Wahab n'était pas illégal et n'a pas constitué un danger immédiat pour sa vie. À ce jour, aucun Arabe n'a donc été reconnu comme Juste parmi les nations alors que ce titre a été accordé à plusieurs dizaines de musulmans.
Source : Wikipedia

Écrit par : info | 06/02/2011

Khaled Abdul-Wahab, né en 1911 et décédé en 1997, est un citoyen tunisien devenu le premier Arabe sélectionné pour le titre de Juste parmi les nations.

Abdul-Wahab, fils d’une famille aristocratique, est âgé de 32 ans lorsque les troupes du Troisième Reich occupent la Tunisie en novembre 1942. Le pays abrite alors une population d’environ 100 000 Juifs. Dès lors, en conformité avec la politique antisémite des Nazis, ils sont contraints de porter une étoile de David et sont sujets aux expropriations.
khaled-abdel-wahhab

Plus de 5000 Juifs sont envoyés dans des camps de travail forcé où 46 d’entre eux meurent. Par ailleurs, 160 Juifs sont envoyés en France pour être acheminés vers les camps d’extermination.

Abdul-Wahab, un courageux musulman sauveurs des juifs de la ville côtière de Mahdia, apprend que les officiers nazis préparent l’enlèvement d’une femme juive de la région : Odette Boukris. Il décide alors de la cacher dans sa ferme durant quatre mois, de même que sa famille et près de deux douzaines d’autres Juifs, jusqu’à la fin de l’occupation.

Robert Satloff, directeur du Washington Institute for Near East Policy, qui a entamé des recherches sur les Arabes ayant sauvé des Juifs de l’Holocauste, est informé du cas de Abdul-Wahab par la fille de Odette Boukris, Anny Boukris, qui fut également cachée par Abdul-Wahab alors qu’elle était âgée de 11 ans. Peu après avoir fait enregistré son témoignage, elle meurt à l’âge de 71 ans. Satloff se rend alors à Mahdia et confirme son récit.

Khaled Abdul Wahab abrite jusqu’ à 24 personnes dans sa ferme après avoir entendu d’un officier nazi, sa planification de violer l’une des femmes. Il les a protégés contre les atteintes en les gardant dans son domaine. Il est même intervenu lorsque un soldat ivre allemand a menacé de tuer l’une des filles juives.

Satloff a déjà découvert de nombreuses histoires. En Algérie, les autorités coloniales françaises avaient offert la chance de reprendre les biens confisqués aux juifs et pas un seul arabe n’a participé à cette campagne. A Alger, des religieux musulmans se sont prononcés contre le régime de Vichy. Contre l’Allemand également.

Khaled Abdul-Wahab est né en 1911 et décédé en 1997, il est le fils d’une famille aristocratique, de la ville côtière de Mahdia. Bien qu’ayant été sélectionné, Abdul-Wahab doit encore être approuvé par la commission de Yad Vashem qui remet ce titre.

Une place d’honneur pour un juste parmi les arabes, ce n’est pas une chose courante, cet homme a fait preuve d’une profonde humanité; que sa mémoire soit bénie !!!Merci monsieur ! De là ou vous étiez, je vous remercie au nom de tous les miens !! Il est clair que s’il y a eu des Justes parmi les arabo musulmans Yad Vachem et les Juifs devraient faire en sorte de les honorer ou d’honorer leurs mémoires et descendants au même titre que tout autres justes. Il faut mettre en avant ces héros !
Ftouh Souhail, TUNIS

Source : Blog du Site Terre d'Israël.com
par Ftouh Souhail, TUNIS

Écrit par : info | 06/02/2011

Pour une fois je vais faire exception et disons suspecter le comité Yad Vashem d'être avare en distinction de Juste envers des Musulmans !

Comme quoi même au sein de l'état Juif, les ashkénazes reconnaissent moins les les victimes séfarades sauvées par des Musulmans que les "leurs" sauvés en Europe, je pense que cette association à encore du pain sur la planche et devra sérieusement relevés ses manches !

Car des Musulmans qui ont sauvés des Juifs, il y en a et plus qu'on veut bien le croire, comme des Imams sur le territoire français qui ont délivrés à des Juifs arabes des certificats de Musulmans !


Le débat est ouvert, mais surtout que tous ces Justes Musulmans soient bénis et chéris par le Tout Puissant, eux et leurs descendances pour l'éternité.

Écrit par : Corto | 06/02/2011

C'est quoi ces conneries? Les arabes ont de tout temps massacrés des juifs!

Écrit par : cavapa | 06/02/2011

"Car des Musulmans qui ont sauvés des Juifs, il y en a et plus qu'on veut bien le croire, comme des Imams sur le territoire français qui ont délivrés à des Juifs arabes des certificats de Musulmans !"

C'est bien possible mais une hirondelle ne fait toujours pas le printemps.

La gloire d'un Wallenberg lui appartient, à lui tout seul.

Il est vrai que les évaporés n'ont pas passé le restant de leur vie à jouer les intermittents du spectacle politique larmoyant, à s'exhiber avec les clefs de leur "paradis perdu" en sautoir ni même à entretenir une mémoire chargée de ressentiments. Ils ont gardé le mieux en souvenir, tourné la page du pire, fermé définitivement le livre et se sont reconstruits comme ils ont pu, là où ils ont pu. Tu seras un homme mon fils ......

Écrit par : Giona | 07/02/2011

Je ne sais pas si les vacances Libyennes de Gaino,conseiller et"nègre" de Sarko vont fournir a Djemaa loccasion dun papier.Il s agit de lhomme qui redige le discours deDakar ou il a fait dire aun S arko sans doute un peu etourdit que lhomme Africain n'est"pas encore entré dans lhistoire". Le voir passer Noel dans un pays dont le "guide"se fait appeler LE ROI DES ROIS AFRICAINS est assez drole.Il en va ainsi des humains de leur comédie.
Le rapprochement Alliot/Hulot etait d autant plus drole que ce sont 2personnages très dissemblables.MAM est si rigide et maitrisée..Ceci n a pas empeché le ministre des Affaires etrangéres tunisien de se voir poussé a la démission pour avoir fait son éloge lors d une rencontre a Paris.Encore la comédie humaine.

Écrit par : Mamoun slama | 02/03/2011

Juste un petit détail, il semblerait que sarko se trouvait dans les palais syriens pendant la même période de vacance 2010-2011 !

Du moins des photos seraient bientôt disponibles !

Écrit par : Corto | 02/03/2011

Les commentaires sont fermés.