11/07/2010

L'ambition ultime d'une vie : se transformer en galet

GaletsNoirs3.jpgA chacun ses rêves.  Le mien consiste à ce que ma vie devienne  aussi lisse et ronde qu'un galet, aux formes douces et tendres. Plus d'aspérité douloureuse, plus de résistance farouche qui épuise, finies les saillies contre lesquelles on s'érige avec toutes nos forces jusqu'à  l'anéantissement. Plus   rien pour retenir ou  freiner les évènements, tout glisse lentement, irrésistiblement.  Tout n'est plus qu'érosion, balloté par les courants forts de notre existence, par des tempêtes intérieures, tout s'est transformé, arrondi.  Lavés les chagrins, abrasées les peines, engloutis les déceptions, les chocs et les échecs.

On s'est mué en galet sur lequel la vie glisse, le malheur nous effleure à peine, on le reçoit comme les vagues, on fait le dos rond, il va et repart comme il est venu. A scruter le grand large, on ne craint plus  ni le calme étrange de la mer , ni ses eaux impétueuses et agitées.  On attend patiemment sur les rivages de notre vie avec une confiance absolue, à sentir la pluie ou à accueillir les rayons du soleil avec un égal contentement.

Rond comme le soleil ou  comme la lune, un galet qui diffuserait une douce lumière, celle d'une vie harmonieuse que l'on accueille tout entière.

 

 

L'apprentissage de toute une vie que celui  de se transformer en galet, n'est-ce pas ?

 

21:39 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | |

Commentaires

Djemâa, très belle idée, et très beau texte. Quel programme! Mais est-ce permanent, je veux dire est-ce le but que l'état de galet devienne permanent?

Il y a quelque chose qui me parle bien dans l'acceptation du temps, du moment, dans la paix qui en vient. Mais je ne sais pas si je voudrais me défaire d'une part d'oursin, une autre d'espadon, une troisième de busard des blés (j'aime glisser sur le vent)... et je crois quelques autres encore.

(⦵⎳⦵)

Belle journée, belle Djemâa!

Écrit par : hommelibre | 12/07/2010

Les commentaires sont fermés.