24/05/2010

QUI SONT LES NOUVEAUX NEGRIERS ? LES COMPASSIONNELS?

slave_ship.jpgUn sujet qui me tient très à coeur. Ce qu'on a été un jour, ne disparaît jamais tout à fait, mais se transforme en un mode éthéré, un truc qui traîne dans l'air, léger, imperceptible et qui laisse une odeur étrange, un parfum aux relents bizarres. Comme une poubelle qui serait restée trop longtemps dans une pièce et malgré le fait de l'avoir sortie,  des émanations vagues et lointaines résistent au temps et à tous les discours.

On se souviendra de ces banquiers, assureurs, militaires  suisses et riches qui se  sont construits  des fortunes colossales grâce au commerce de l'esclavage. Investis à tous les échelons dans ce commerce épouvantable d'êtres humains. Et qui inciteront à alimenter les germes du racisme par ce genre  de phrase lâchée par un Chaux-de-Fonnier, Alfonse Bauer  en 1905  :

«Ce ne sont ni des gens, ni des bêtes et ils me dégoûtent... De plus ils sont voleurs, menteurs et assassins, et je ne les ménage pas, sauf mes travailleurs qui sont des noirs déjà civilisés.»

Qu'est-il advenu de ce sentiment anti- autre ? A bien regarder, il s'est transformé par du compassionnel réducteur des autres et pas très différent dans le fond de l'attitute franchement "anti" qui elle, au moins a le mérite d'être claire.

Aujourd'hui, on remplit les cales du navires avec des migrants et des  réfugiés. Les nouveaux négriers  qui se mettent sur le pont et demandent des fonds en pleurant misère et en désignant du doigt les cales pleines, surchargées. - les fonds humanitaires à l'échelle mondiale sont les plus importants après ceux de l'armement   Il n'est pas question de les aider à s'en sortir, mais les assister le plus longtemps possible, de les maintenir au fond de la cale dans l'obscurité totale,  pour s'assurer des rentrées d'argent considérables.

On l'a bien constaté en Italie, lorsque Berlusconi a pointé les camps de Rroms et imposé le relevé d'empreintes des enfants rroms dans les camps , la Croix-Rouge italienne, touchant des subsides du gouvernement italien,  était la première à appliquer la volonté berlusconienne, sans état d'âme. Comme autrefois avec les Juifs qu'ils aidaient à prendre place dans les wagons en partance pour les fours.

Autant qu'il n'y aura pas de remise en question profonde de ce que devient le sentiment anti-raciste, il prend des formes variables, aux allures de générosité derrière lesquelles demeurent le racisme, l'exclusion, le mépris:  la haine déguisée en bonté.

Le compassionnel est une autre forme de ce racisme sournois,  la seule attitude juste est de sortir l'autre de sa cale et de lui faire profiter à lui aussi du grand air frais du ponton et qui a pour noms : Travail, Logement, Santé, Formation.

 

Une vie digne d'égal à égal.  A vos consciences  !  La compassion est peut-être la "passion du con" ?

 

 

 

10:07 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | |

Commentaires

Question.... donc, pour vous, une association d'aide aux migrants (sos racisme, CCSI, service d'aide juridique aux exilé-e-s, etc) est assimilable à des "négriers" ? étrange comme raisonnement, vous en conviendrez, non ?

Écrit par : Soe | 24/05/2010

Ce qui est surtout étrange, c'est que par ethnomasochisme, on ne parle que de l'esclavage occidental, alors que le monde arabe l'a pratiqué bien plus longtemps, sans oublier les mutilations génitales, etc...

Mémoire sélective, sport national de l'aplaventrisme alors même que la Suisse n'a jamais eu de colonies, victimisation à outrance de populations extra-européennes alors que des petits vieux meurent dans nos propres immeubles dans l'indifférence la plus abjecte...

On marche vraiment sur la tête en Occident.

Écrit par : Courant Alternatif | 01/06/2010

Les commentaires sont fermés.