14/05/2010

Le murmure des fantômes

N'ayez aucune crainte ! On me reproche souvent d'avoir des yeux d'égaré, mais ce n'est que la souffrance qui les a transformés en océans de tristesse. Pardonnez mon incohérence parfois, les mots me manquent, ils sont noyés dans l'incompréhension de ma vie. Ne me jugez pas, ne me condamnez pas, écoutez seulement mon histoire, je vous la raconte très vite, car je crains que les mots ne s'en aillent pour toujours :

A 20 ans, je quittai l'Algérie pour sauver mes frères bosniaques, je m'imaginai sauver le monde, fraterniser avec la planète entière, on m'a juré ensuite le Paradis, je n'ai reçu que l'Enfer. Au chômage, sans but, je trouvai-là un sens à ma vie. Avec d'autres Moudjahidines, nous sommes partis fiers comme des guerriers. La guerre a fait de nous des héros, ensuite des indésirables, puis des terroristes.

Après la guerre, ma femme bosniaque est partie avec moi, nous errons dans toute l'Europe, dormons dans la rue. Nous les voyons les fantômes de la guerre, ils nous hantent, jour et nuit et nous les fuyons de pays en pays, mais ils nous suivent.  Parfois même, mon épouse se griffe, se cogne la tête contre les murs et m'accuse de l'avoir fait .  Elle me regarde avec un air si terrorisé que je devine sur ce visage déformé par la crainte, ce qu'elle a subi dans les camps en Bosnie.

Excusez mes sanglots ! La terre n'est plus très accueillante vous savez lorsque les fantômes vous harcèlent. Vous l'avez vu celui-là qui me nargue, il ne me lâche plus. Vous ne l'avez pas remarqué ? Il était assis à notre table , à l'instant même, entre nous. Mais voyez donc comme son visage fait peur avec  ce rictus affreux !

Nos trois enfants sont toujours avec nous et nous suivent partout, regardez-les on dirait des anges, ils sourient, ils semblent si heureux malgré notre misère. Nous avons déposé tous nos espoirs, toutes nos attentes et notre avenir sur ces visages radieux. Tout ce qui restait de bon chez nous s'est inscrit sur eux . (j'en conviens, les enfants sont rayonnants et qui pourrait imaginer leur vie  à travers leurs éclats de rire )

Je suis un ange, peut-être, moi aussi et mon épouse également. C'est la guerre qui a fait de nous ce que nous sommes devenus, des errants vivants suivi d'un cortège de fantômes morts.

Merci de m'avoir écouté, ça fait du bien. Au revoir, au revoir, faites attention aux fantômes, les morts ont toujours quelque chose à nous dire lorsqu'on les a faits souffrir, ils vous harcèlent jusqu'à ce que vous les écoutiez ! Je suis un fantôme, moi aussi, certainement, ou un ange, je ne sais plus très bien.

Le murmure des fantômes ou les Mémoires des oubliés de Bosnie  ( cette histoire m'a été racontée récemment)

11:54 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.