25/04/2010

Les aéroports, un amusement perpétuel

6a00d8341d4b8d53ef0115719a87dc970b-450wi.jpgLes gares et les aéroports sont mes lieux favoris où on y passe des moments inoubliables et qui peuvent aller de l'ennui profond à la franche rigolade et ce  malgré les heures d'attente, le temps file trop vite.

Hier, à l'aéroport de Dakar, une femme européenne se trouvait  devant moi dans la queue pour le check-in, l'employée refuse de l'enregistrer parce qu'elle est enceinte. La future maman s'agite, explique, on se dit que toute cette excitation n'est pas bonne pour elle. Tout le monde s'en mêle,  si elle est rentrée au Sénégal il y a 15 jours elle doit bien pouvoir en ressortir, je m'adresse à sa belle-mère : "vous réalisez, chère Madame, que vous pensiez avoir un petit-enfant français, mais si elle accouche au Sénégal, votre belle-fille repartira avec un enfant africain" - La belle-mère est excédée, puis finalement tout rendre dans l'ordre,  comme souvent en Afrique où toute situation devient plutôt prétexte  à palabres qui finissent toujours par aboutir sur une solution, en réalité enne elle n'est enceinte que de 6 mois et peut voyager jusqu'à 7, l'employée aurait pu exiger le certificat médical, mais laisse filer.

Des voyageurs embarquent pour New York, quadruple contrôle, les service de sécurité ont  oublié de vérifier les amygdales pour s'assurer qu'on n' y aurait  pas planqué quelque chose. Les femmes puissantes à larges boubous sous lesquels on pourrait camoufler chaises et armoires, sont palpées et repalpées. Un Sénégalais est contraint de laisser derrière lui  sa bouteille de parfum, qu'à cela ne tienne, il se la vide entièrement sur lui, d'une traite, sans hésiter. Un fort parfum envahit tout le hall d'attente, les rires fusent, ça va être dur de voyager avec cette bouteille de parfum ambulante qu'est devenu ce voyageur.

Dans l'avion, j'aide une cap-verdienne à hisser sa valise dans la  cabine, petite mais incroyablement lourde, je lui demande ce qu'elle a bien pu y mettre: des poulets ? Une autre cap-verdienne riposte, Non ! Non ! Elle a débité son mari en morceaux, elle en avait assez de lui !

Et beaucoup moins drôle cette anecdote, en arrivant à Dakar, un porteur, a profité de mon chariot surchargé pour y laisser ajouter  des objets, et évite de me faire passer le contrôle.  Il est 3 heures du matin pour nous, nous sommes déjà exténués, je m'affole, qu'y -a-t-il dans le paquet ? Il l'ouvre, c'est un ordinateur, à quelques mètres devant le douanier qui semblait  de mèche, un autre homme, rajoute toujours sur mon chariot, cette fois-ci un sac,  Vuitton, je n'ai rien le temps de dire, on dépasse le contrôle, un grand gars reprend son sac et part en courant. Qu'y avait-il là dedans ?  Je m'engueule avec le porteur et menace de le dénoncer, qu'il déguerpisse avec son sachet.  Que pouvait- il bien y avoir dans ce sac Vuitton ? Je continue à me poser la question. Le tour de passe-passe n'a pris que quelques secondes.

 

Les voyages, j'adore !

 

 

12:12 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | |

Commentaires

Merci, Djemâa, de nous permettre cette promenade à l'aéroport de Dakar, c'est comme si j'y étais!
Je vous souhaite à vous et à votre famille un joyeux retour, une bonne réacclimation et une excellente reprise scolaire.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 25/04/2010

Les commentaires sont fermés.