21/04/2010

LE TANGO DE POPENGUINE

P1010833.JPGPopenguine, à 50 km au Sud de Dakar, sous les filaos aux fines épines qui à la moindre brise font office d'éventail. Face à une plage de sable fin, le ressac des vagues berce. Un homme, de haute stature, svelte, nous salue,curieuse,  je l'interroge aussitôt :"Journaliste ou cinéaste? Dans le mille, journaliste et cinéaste. Ses grandes lunettes rappellent les pare-brises d'une Citroën 2 CV, derrière lesquels le monde défile, paysages, danses, théâtre.  Passionné de tango, Jean-Louis Mingalon,  journaliste, réalisateur, scénariste et auteur écrit pour  le quotidien Le Monde sous la rubrique culture. Sans plus attendre, il se lance dans un discours enflammé sur  son sujet de prédilection: le tango !

En quelques minutes, il nous brosse un tableau vivant de la danse des porteños. Née au XIX ème siècle dans les bordels de Buenos Aires et dansée  d'abord par les hommes, cette expression verticale du désir horizontal, inquiète les catholiques français. Finalement, on demande à voir, le prélat s'exclame :"Pourquoi danse-t-on le tango debout? Plus édulcoré, le tango envahit les salons, tango de salon, tango musette avec accordéon au lieu du bandonéon, on s'approprie et s'accomode tant bien que mal de cette frénésie du corps à corps si érotique.

Le spectacle Tango Argentino  donne une impulsion forte au tango qui connut après les années Peron, une baisse d'engouement de la part des porteños, il retrouvera  ses lettres de noblesse dans le monde entier. En 2001, à Buenos Aires, on ouvre les cours pour le premier Festival de Tango, une quarantaine, on attendait quelques centaines de personnes, pas moins de 100'000 personnes s'inscrivent. Des enfants de 6 ans deviennent de véritables stars.

Cérébral, communication corporelle, corps scotchés ou éloignés, en pyramide, en angle, soit pareil à des lettres qui font des mots, puis des phrases, un vocabulaire infini, à partir des 8 pas de base du tango. On interprète, danse d'improvisation, on devient son propre chorégraphe, son propre créateur de figures P1010829.JPGà l'infini. Une danse qui passionne, le désir de tango s'apparente à la libido, zone d'apprentissage douloureuse,  suivie du plaisir jusqu' l'orgasme abouti, il n'y a ni avant, ni après, seul compte le moment de la danse.  Les tangueros découvrent la musique avec leur corps, l'un en face de l'autre, quelques instants, on se sent, se pressent et les premiers pas offriront la magie d'une rencontre.

Jean-Louis Mingalon voyage toujours avec un ou deux CD de tango traditionnel dans ses poches qu'il déforme ainsi. Le soir, il me propose de le regarder danser avec sa compagne. Une stéréo posée au sol de la réception et les voilà, sous les yeux ravis du personnel et des clients, qui nous offrent  un spectacle inattendu, un tango à Popenguine.

Vous pouvez écouter Jean-Louis Mingalon sur France Musique dans sa Chronique sur le tango  dans l'émission "Etonnez-moi,  Benoît" , le samedi de 11h30 à 12h30.

 

 

CDE01[1].jpg

Rendez-vous des muses à Popenguine  une femme artiste-sculpteur  possède son atelier à Dakar, les deux danseurs sont ronds, il s'en dégage une puissance, une force de vie intense, néanmoins  la danse les transfigure, ils deviennent  aériens, gracieux.

http://www.anne-mourat.com/

22:35 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | |

Commentaires

Bonjour, Djemaa

Je découvre cette page un peu par hasard... Merci d'avoir invité mes Danseurs de tango sur ton blog ! Et au plaisir de te retrouver un jour, au Sénégal ou ailleurs...

Écrit par : Anne Mourat | 29/04/2010

Le tango, cette danse de bal à deux n'est que du bonheur du fait de l'improvisation necessaire ( au sens où les pas ne sont pas prévus à l'avance pour être répétés séquentiellement, mais où les deux partenaires marchent ensembles vers une direction impromptue à chaque instant ). Je pratique depuis 5 ans et je ne m'en lasse pas.

Écrit par : Jeux de fille | 11/05/2010

Le tango est une danse très belle, je souhaite que je pourrais apprendre à danser comme ça.

Écrit par : trader forex | 22/06/2011

Les commentaires sont fermés.