01/04/2010

LE TALISMAN DE KANDY

 

P1010591.JPG25 décembre - Les bagages sont prêts, une petite robe à fleurs  enfilée en vitesse, une légère paire de tongs aux pieds, le talisman fidèle à son poste autour de mon cou, je file vers la table du petit déjeûner pour commander un thé  et admirer une dernière fois l'Océan avant de remonter vers le Nord. Tout est encore étrangement calme, rien ne bouge, les feuilles des bananiers sont suspendues dans les airs, immobiles. Les cocotiers, longs et minces se projettent dans un ciel bleu, pas un mouvement, pas un souffle, les oiseaux semblent avoir disparu de la terre,  les chiens errants petits et blancs couleur sable ne courent pas sur la plage comme à l'accoutumée.

 

Le serveur à la livrée d'un blanc immaculé qui rehausse son  teint marron clair doré  glisse sans bruit d'une table à l'autre, il est tôt, dans les cabanes les gens dorment encore, la plupart ont veillé tard.  Le chauffeur m'attend certainement à la réception pour prendre mes bagages. Le rythme lent de l'Asie me convient parfaitement, je traîne, prends mon temps, inspire profondément l'air frais du matin chargé de la douce et entêtante odeur des frangipaniers au parfum puissant.  Le serveur revient me servir une dernière tasse d'un thé à la saveur vanille. J'observe la mer, belle bleue, infinie, les vagues vont et reviennent inlassables, il me tend l'addition, m'interroge sur le bijou porté autour du cou, je lui raconte brièvement l'histoire du Tamoul de Kandy. Puis ma phrase reste suspendue, inachevée, tandis qu'une vague étrange s'approche dans un fracas assourdissant,  elle arrache tout sur son passage, se dirige droit vers nous.  Rapidement, je regarde le serveur, il reste figé, en état de choc, la bouche ouverte, les yeux exorbités par ce spectacle incompréhensible.

Une voix profonde venue d'ailleurs  m'appelle, me sort de mon état de somnambule, elle vient d'un autre temps et semble dire :"cours, cours, vers les hauteurs ! dirige-toi  vers les champs de théiers, fuis vers  l'intérieur du pays, rejoins-moi!"- Je touche mon talisman, la voix semble se glisser dans tout mon corps. Je n'ai pas le temps de réfléchir, la voix du Tamoul ?

Pendant ce temps, la masse d'eau s'approche, des cabanes explosent, des corps s'accrochent, des cris de personnes surprises dans leur sommeil arrivent saccadés, il n'est que 9 heures du matin, elles dormaient encore paisiblement.

J'arrache mon sac suspendu au dos de la  la chaise sur laquelle j'étais assise, je saute par dessus la barrière du restaurant, je vole, je n'ai plus l'impression de courir, je plane. Le talisman tape sur mes clavicules à chaque pas et me donne un rythme régulier dans ma course folle, presqu'en harmonie parfaite avec le bijou, lui et moi ne faisons plus qu'un, je n'entends plus que le bruit de mon coeur qui bat très fort et le bijou qui marque la cadence : toc, toc, toc !!!¨

 

21:12 Publié dans Voyages | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.