31/01/2010

Les poissons de la colère !

bouches_poissons.pngChow était un minuscule Chinois, maigre et nerveux, il  s'activait, sans relâche  dans sa cuisine,  royaume où il régnait en maître absolu,   dans un restaurant lausannois. Il excellait dans la soupe aux ailes de requin et le canard laqué. Le soir, lorsque tous les clients étaient partis, il demandait souvent à ses enfants encore petits de lui marcher sur le dos pour un massage.  Il s'allongeait les bras écartés et les enfants marchaient prudemment sur le dos de leur père, on entendait alors ses os craquer et lui râler de plaisir.

Sa tout aussi minuscule femme anglaise, assurait le service et  nous répétait tout ce qu'il disait, il est vrai que nous avions un peu de peine à comprendre son anglo-sino-français . Son accent un brin nasillard chatouillait agréablement l'oreille mais confondait l'entendement. Quelques sakés et bières par-dessus rendaient le tout incompréhensible, en toute fin de soirée son épouse,  en désespoir de cause, finissait pour tout simplement lui parler en chinois.

Soit, nous mangions régulièrement chez Chow. Cela faisait presque dix ans qu'il tenait son restaurant. Un jour, une nouvelle fracassante le rendit très maussade et sombre.

Le propriétaire un autre Chinois qui possédait déjà des restaurants à Genève,  souhaitait reprendre le bail, sans payer naturellement le pas-de-porte qui était d'usage autrefois. Chow voyait des années de labeur et de sueur s'effacer, réduites à néant. Il rencontra des avocats, discuta, implora, rien n'y fit. Le propriétaire demeurait intraitable.

Il vida les lieux au jour dit comme le courrier le lui imposait. Il nettoya impeccablement  le tout. Le propriétaire très satisfait  entreprit des travaux en vue de la réouverture du restaurant, chinois naturellement. Mais une odeur étrange se mit à régner dans les lieux, d'étrange, elle tourna à fétide,  voire insoutenable.  Ils cherchèrent partout sans trouver la provenance exacte de ces émanations nauséabondes. Les ouvriers refusèrent même de continuer à travailler dans ces conditions.  Le propriétaire chinois se crut  maudit, il imaginait un sort lancé contre lui. Rien n'était assez puissant pour chasser la mauvaise odeur, l'ouverture du restaurant pris des semaines de retard.

Pendant ce temps, de son côté, Chow se mit à déprimer, boire plus que de coutume. Puis, il tomba malade, il se mit à maigrir à vue d'oeil. Moins de quatre mois plus tard, les médecins lui diagnostiquèrent un cancer, réponse  au choc  probablement de ce qui lui était arrivé. Il finira par mourir très peu de temps après, laissant derrière lui deux enfants en bas âge.

Les travaux se déroulaient péniblement dans le restaurant, un ouvrier en observant le mur du restaurant se rendit compte qu'on venait de poser du papier peint sur une bonne partie du mur, ils se mirent à vérifier ce qu'il y avait derrière, quelques pans de mur déplacés et ils découvrirent des rangées de poissons alignés et emmurés  pourrissant depuis des semaines.

Ce fut la dernière signature posthume de Chow !

 

 

 

22:01 Publié dans Vaud | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | |

28/01/2010

De Charybde en Scylla ou de Blondie en Paula !

MaryPoppins1.jpg

 

De Charybde en Scylla, d'un péril à l'autre. D'une part,  le cancer du larynx de Per et d'autre part,  l'expulsion de Paula.   En face une mer de silence. Le couloir aride et froid d'une administration obtuse, des portes qui se ferment, des bouches scellées, des appels qui résonnent dans le vide, un  vide glacial où règnent indifférence et mépris.

Mais aussi et heureusement, il  y a la chaleur du groupe, un soutien amical qui s'organise, la fourmilière qui s'active pour résister aux assauts  du destin. Tous unis, nous finirons par convaincre et fléchir ce dédain sournois.

L'un aidant l'autre : Paula sauvée, Per se sentira forcément mieux.

 

 

 

La grande rêveuse que je suis et qui crois encore aux contes,   imagine l'arrivée de Mary Poppins et ce souvenir magnifique qui remonte à la surface;  Poppins admirant un tableau plonge dans le paysage peint où tout devient réel.  Peut-être que nous réussirons, d'un coup de baguette,  à entrer dans ce monde magique, nous aussi. Un univers où tout serait possible, où les gens s'aimeraient si fort,  un monde où nous serions tous égaux, où nous pourrions tous vivre dignement sans être obligés de vivre dans la clandestinité pour survivre. Paula pourrait enfin  rester dans ce pays enchanteur où elle a tant donné,   la maladie comme par enchantement renoncerait  à s'acharner sur Per.

Et la puissance du rêve  est qu'on finit certainement par y croire. Et tiens, voilà ! Quelque chose a changé, comme c'est étrange, on se sentirait presque heureux....

 

 

06:55 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | |

27/01/2010

Robin des Bois et le sens du service public

nottingham_haut23[1].jpgUn agent CGT d'ERDF-GRDF mis à pied 21 jours pour avoir revendiqué le rétablissement de l'électricité à des Rmistes

 

AP | 21.01.2010 | 13:43

Un agent de l'unité clients fournisseurs d'ERDF-GRDF Midi-Pyrénées a été mis à pied 21 jours pour avoir revendiqué le rétablissement de l'électricité à un couple de Rmistes et leur petite fille de deux ans, a-t-on appris jeudi auprès de l'agent en question.

Dans le cadre de la procédure disciplinaire engagée contre lui en octobre dernier, Dominique Liot, monteur branchement et militant CGT, était menacé de 28 jours de mise à pied pour avoir revendiqué en avril 2009 une opération façon "Robin des Bois" de rétablissement de l'électricité dans une maison squattée par un couple de Rmistes et leur petite fille.

"Le fait que la direction prononce une mise à pied de 21 jours alors que la sanction qui avait été votée au départ était de 28 jours montre, selon nous, qu'elle n'est pas à l'aise sur la logique de sanctionner mais aussi de couper l'électricité", a déclaré à l'Associated Press M. Liot qui a annoncé son intention de faire appel en interne et d'aller si nécessaire "jusqu'aux prud'hommes".

"On a d'un côté Henri Proglio, le patron de Veolia et d'EDF, qui touche deux salaires, et en face une famille de Rmistes qui ne peut pas payer ses factures et à qui on coupe le jus. Nous sommes dans une société de plus en plus injuste", a-t-il dénoncé.

Cette opération avait été menée lors du conflit qui avait opposé au printemps dernier la direction régionale de ces filiales de distribution d'EDF et GDF-Suez à certains agents opposés au projet d'externalisation de plusieurs services et de suppressions de sites. A l'issue de ce mouvement social mené de mars à mai 2009, qui s'était soldé par le retrait du projet et l'embauche de 66 personnes, la direction régionale avait déclenché plusieurs procédures disciplinaires.

AP

Vous pouvez rejoindre le groupe de soutien sur Facebook pour  Monsieur  Dominique Liot -

soutien à un agent EDF mis à pied pour avoir remis l’électricité

http://www.facebook.com/group.php?v=wall&gid=29396897...

soyez nombreux à envoyer vos commentaires de soutien sur Facebook

18:20 Publié dans Solidarité | Tags : edf, dominique liot | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

01/01/2010

La smala de Gorée - La leçon africaine

P1010577.JPGCe soir, nous sommes tous réunis pour notre dernier dîner ensemble, mon amie Marie Jo et ses enfants. Autour de cette table, autant de musulmans que de chrétiens, chacun respecte les valeurs de l'autre. Toutes les fêtes religieuses sont respectées.  Mes valises sont prêtes. Je songe à la leçon de vie que je viens de recevoir. Il est vrai que certains parmi vous penseront:  quelle leçon l'Afrique peut-elle bien nous donner ? Ces pauvres, ces errants qui ne rêvent que d'Europe.  Nous qui sommes si riches, si contents de nous, si bien portants, quelle leçon peut-on bien encore recevoir ?  Celle de la solidarité certainement. Dans ces pays où le filet social et les  aides étatiques son quasi inexistants. On voit les familles s'entr'aider, ni moyens pour hospitaliser les faibles psychiques, pour soutenir l'orphelin, la veuve, les personnes âgées,  pour soigner les malades.  Il faut compter sur le réseau familial et communautaire.

Les enfants adoptifs et ceux du couple , en fin de journée,  attendent leur mère et l'embrassent, les 14 défilent pour les deux bisous sur la joue de Maman, moi la Tata,  j'en reçois autant. Parmi les enfants, un  propose de  lui masser les épaules,  le soir :"Maman, tu es très tendue, laisse-moi te masser les épaules et la nuque !" - Le Tonton schizophrène est pris en charge par tous les jeunes qui l'aident à se laver, lui qui a une vraie phobie de l'eau  et nettoyer sa chambre, ils le taquinent, s'assurent qu'il s'est bien servi à table.  Les téléphones pleuvent, chacun propose d'offrir son aide à la veuve ! Les autres enfants qui ont passé par cette maison du bonheur, aujourd'hui adultes,  viennent de partout consoler mon amie. Ils lui prennent la main, l'embrassent, la consolent. La solidarité fonctionne à merveille. On n'est plus seul dans le malheur. Qui donne beaucoup, reçoit beaucoup.

Regard croisé, je songe à notre propre fonctionnement, les vieux sont dans des EMS, les personnes psychiquement faibles à l'hôpital psychiatrique, les pauvres à l'assistance publique, beaucoup de richesse pour beaucoup de solitude.  Un luxe qu'on ne peut s'offrir en Afrique. La famille et la communauté portent beaucoup sur leurs épaules. L'argent n'est pas mis à sommeiller sur des comptes et engranger des intérêts, il circule très vite des uns aux autres. Il n'est pas mortifère, l'argent est au service des humains et pas l'inverse :  les humains au service de l'argent.

P1010582.JPG

 

Après avoir élevé autant d'enfants avec tant d'amour et tenter de sauver l'entreprise de feu son mari avec ses 30 employés, devenue cheffe d'entreprise malgré elle,  je suis sûre que Marie Jo aura sous peu son portrait au musée de la femme de l'ile de Gorée où elle réside et siège au conseil municipal.

 

 

 

 

 

P1010580.JPG

Au bout de l'horizon, l'espoir.

Nos remerciement et nos voeux de Nouvel An vont :

A la Tribune de Genève qui nous a permis de partager cette magnifique aventure

A Bell Ingénierie à  Sylvestre qui a réalisé le travail  en un temps record  et Oscar Nzalé qui nous ont  quasiment offert le site de l'entreprise de Marie Jo,  Transtech - http://www.transtech-sn.com

A Vincent,  Marie France de Meuron, André, Joséphine,  pour leur soutien

A tous les autres qui nous ont soutenus d'une manière ou d'une autre, à tous les lecteurs du blog de TDG.

Bonne et heureuse année 2010 !

 

PS : J'y retournerai en avril pour la suite des aventures de la smala de Gorée : Inch'Allah! (si Dieu le veut selon l'expression courante)

 

21:29 | Lien permanent | Commentaires (11) | |  Facebook | | |