26/11/2009

Les minarets qui minent

161733-221768.jpg

Genève troublée par ses minarets qui minent le moral et qui me rappellent les  minarets et  murs criblés d’impacts de balle à Sarajevo, cette ville qui présente encore au regard des passants des façades vérolées, des immeubles entiers détruits, bouches béantes au milieu de la ville. Un musée national à peine épargné, l’aile gauche quasiment vide où une longue barque est exposée sous verre, seule, dans une immense salle, comme si elle partait à la dérive. La partie consacrée à l’histoire naturelle présente une collection extraordinaire de papillons et minéraux. Tout rappelle encore la guerre pourtant finie il y a treize ans.

Sarajevo  est un chantier ouvert, on y voit de nouvelles constructions un peu partout et qui poussent comme des champignons, mais surtout la construction ou la réhabilitation de plus de 150 mosquées après le conflit dans tout le pays dont de nombreuses à Sarajevo. Bâties à la-va-vite, supplantant les espaces consacrés aux écoles ou à d’autres espaces de vie plus utiles après la guerre. L’objectif “purifier” un islam considéré comme déviant et transformant la ville en "chaudron de l'islam radical."  A la tête de celles-ci des imams wahhabites fanatiques, des fonds qui financent les conversions et permettent d’aider des bosniaques des campagnes convertis à un islam radical de s’installer, aujourd’hui, au coeur de la ville.

Durant la guerre, la distribution du pain était conditionnée au port du voile, au préalable, de toutes les femmes d’une famille, certaines jeunes filles étaient payées l'équivalent de 100 euros pour se voiler, politique de la carotte et du bâton sur fond de guerre, prosélytisme intransigeant pour soumettre ces Bosniaques dont l’ islam modéré aux signes extérieurs discrets, fait frémir la barbe des intégristes. Les minarets ne sont en réalité que la pointe de l’iceberg.

Dès 1992, la Bosnie totalement abandonnée des Européens confient ce pays déchirés aux détracteurs de la “guerre sainte”, Moudjahidin qui défendent  la religion pour le compte  des Bosniaques. 300 organisations tenues par des wahhabites s’installent en Bosnie qui se transforment peu à peu en avant-garde wahhabite en Europe avec ses "soldats de dieu" venus d’Afghanistan, du Soudan, d’Egypte, d’Algérie, d’Arabie Saoudite, d’Iran et du Pakistan, quatre à six milles. Nombreux d'entre eux resteront après la guerre en Bosnie en épousant  des femmes bosniaques.

A l’issue de la guerre, on découvre un intégrisme planant tel un vautour au-dessus du charnier qui vient se nourrir des restes de la guerre pour venir imposer sa loi à travers ses medressas et prêches religieux. Avec un 60% de chômage, les autres mal payés ou payés irrégulièrement, la tentation intégriste est grande et elle apporte ses avantages matériels conséquents, des arrangements, des pistons pour des
emplois. Durant la guerre, on rétribuait les familles qui acceptaient de voiler leurs femmes de 50 DM  à 100 DM  (entre 25 euros et 50 euros)


Mais qu’attendent, en réalité, les Bosniaques, plus de religion ? Non, ils veulent plus d’usines, plus d’emploi, une vraie relance de l’économie et moins de mosquées, s’il vous plaît. Les corans distribués à la pêle n’ont jamais nourri personne.

Le pire serait- il encore à venir et se profilerait nettement à l’horizon ? Une région tout entière qui pourrait, peu à peu, se trouver infiltrée par des
fondamentalistes venus de l’Arabie Saoudite et de l’Indonésie et avec pour nouvelle arme, cette fois-ci, non pas des snipers, mais des livres religieux et l’application de la charia pour tous.  Les barbus ou les "barbouzes" selon, s’ installent déjà par groupes dans et aux abords des mosquées à imposer leur wahabisme étriqué, aussi insidieux que les snipers serbes ! La seule solution pour éviter toute nouvelle violence, serait s’engager dans un véritable processus de laïcisation intégrant les différentes sensibilités plutôt que laisser s'installer et se répandre comme tâche d'huile, un fanatisme aux conséquences désastreuses et imprévisibles.

Genève  aura-t-elle  aussi envie de voir  des  minarets en territoire multiconfessionnelle comme l'était avant la guerre  Sarajevo ?

Moins de religion, plus d’humanité ! Mon Dieu,  épargne-nous de tes fidèles, pour l'amour du ciel.

22:56 Publié dans Genève | Tags : sarajevo | Lien permanent | Commentaires (15) | |  Facebook | | |

Commentaires

Après notre petit échange sur le blog du pasteur Neeser, je vous livre cette information qui est passée totalement inaperçue, dans un pays à majorité musulmane !

http://eurokaznews.blogspot.com/2009/10/le-kazakhstan-interdit-des-sourates-du.html

Écrit par : Spipou | 08/12/2009

@Spipou- merci pour cet article :"Le Kazakhstan interdit des sourates du Coran" source islamnw.wordpress.com. Vous nous proposez un autre regard !

http://eurokaznews.blogspot.com/2009/10/le-kazakhstan-interdit-des-sourates-du.html

Écrit par : djemâa | 08/12/2009

Oui, le plus fort c'est qu'à côté de la votation anti-minarets, on peut dire qu'il y a, pour le moins, une vraie disproportion dans la médiatisation des deux évènements !

Sur la mesure elle-même, on pourra dire que le Kazakhstan compte une minorité de russes orthodoxes de plus de 40% de la population, que le Kazakhstan n'est pas aussi démocratique que la Suisse, etc., mais quand même ! On voit bien que les pays occidentaux ne sont pas les seuls à qui les prescriptions du Coran posent problème, et que ça n'a rien à voir avec notre supposé racisme ou notre supposée haine envers tous les musulmans (ça, quelle bêtise ! Qui n'a pas des amis musulmans, et ne ressent tout de même pas un malaise à la vue des femmes voilées dans les supermarchés ?).

Écrit par : Spipou | 08/12/2009

Hello ! - de minarets qui minent ... ??? comme chez Caran d'Ache ? ;=)

Écrit par : Riton | 08/12/2009

Un petit mot aussi pour ceux qui rapprochent l'islamophobie de l'antisémitisme : les juifs, aux époques sombres de l'histoire, ont été OBLIGES de porter l'étoile jaune, alors qu'ils auraient certainement bien préféré se fondre dans la population !

Certains musulmans (je mets musulman au masculin, parce que derrière le voile il y a la plupart du temps la volonté ou l'approbation d'un mari, d'un père ou d'un frère) portent VOLONTAIREMENT un signe qui les discriminent du reste de la population, et fort heureusement, ils ne risquent pas d'être raflés par la Gestapo, personne ne leur souhaite, mais enfin cette liberté leur permet d'afficher leur propre volonté d'exclusion (exclusion de qui, d'ailleurs ? On peut se demander si ce n'est pas nous, les exclus ? Mais je pose la question, c'est un peu une façon d'y répondre !)

Alors pour l'équation islamophobie = antisémitisme, qu'on m'excuse, mais c'est au minimum indécent.

Bon, je rajoute le lien sur l'interdiction des sourates du Coran au Kazakhstan, qu'il ne soit pas noyé dans mes commentaires :

http://eurokaznews.blogspot.com/2009/10/le-kazakhstan-interdit-des-sourates-du.html

Écrit par : Spipou | 08/12/2009

Selon la TDG,

"Elle [la haute commissaire aux droits de l'homme]a réaffirmé que l'interdiction des minarets "contredit" le droit international, mais a dit s'attendre que le problème juridique "soit résolu au niveau des tribunaux en Suisse"."

Il s'agit là ni plus ni moins qu'une incitation au coup d'état judiciaire, une négation pure et simple de la démocratie.

Écrit par : CEDH | 08/12/2009

Les sourates interdites au Kazakhstan laissent un peu songeurs pour certaines d'entre elles, vous pouvez lire les incriminées en les cherchant dans le menu déroulant "accès sourates" et chercher par numéro ce sera plus simple :
un vrai travail de théologien ! Courage .
http://www.yabiladi.com/coran/ayat.php

l Baqara (2), Qaf (50), Al Ahqaf (46), Mouhammad (47), Al Fath (48), Al Hujurat (49), Al Molk (67), Al Haqqa (69), Al Qalam (68), Al Insan (76), Al Morsalat (77) Al A’raf (7)

Écrit par : djemâa | 08/12/2009

@CEDH

D'autant plus que la liberté de culte n'est absolument pas visée par cette mesure ! Je ne vois pas en quoi l'interdiction contredit le droit international !

Je suis français, mais si j'ai bien compris les débats, la constitution suisse prévoit un dispositif en aval pour bloquer une initiative qui contredirait l'esprit de la constitution, les obligations internationales de la Suisse, etc. Si effectivement l'initiative avait contrevenu au droit international, elle n'aurait pas été proposée au vote des citoyens ? Merci de me dire si je ne me trompe pas.

Écrit par : Spipou | 08/12/2009

@Djemaâ

Un vrai travail de théologien, en effet !

Jusqu'à maintenant, je m'étais contenté des "extraits choisis" qu'on trouve un peu partout sur internet.

J'ai quand même fait l'effort de lire quelques sourates, en commençant par les plus courtes (nota : pour ceux qui veulent faire pareil, les sourates sont classées par ordre de longueur, la 1 (La vache) étant la plus longue, et ainsi de suite). D'autre part, les sourates révélées à Médine abrogent celles de La Mecque, mais là, on rentre dans la théologie de haute volée ! En gros, on peut dire que les sourates tolérantes ont été révélées pendant la période mecquoise, et que les sourates plus guerrières et autoritaires ont été révélées à Médine, mais elles sont entremêlées dans le Coran (toujours le classement par ordre de longueur).

A priori, effectivement, à moins que quelque chose m'ait échappé, on ne voit pas très bien ce qui a pu motiver l'interdiction de la 76 et de la 77 ! La 68, par contre, dans ses premiers versets, est une claire obligation de désobéissance à tout gouvernement civil. J'en suis resté là pour le moment...

Écrit par : Spipou | 08/12/2009

A spipou et autres,

Je vous prie de prendre garde à ce que tout traitement différencié, toute distinction, n'est pas discriminatoire au sens de l'article 14 CEDH et que distinguer l'islam de l'église nationale protestante genevoise, peut être, en certaines occurences, fondé.

Deux faits président à cette considération :

- Un système politico-juridique connu sous le nom de shari'ah est parfaitement incompatible avec la Convention européenne des droits de l'homme, la Cour européenne des droits de l'homme l'a clairement exposé. C'est ainsi un devoir pour la Suisse d'instaurer des mesures ne permettant pas que cette conception de la société prévale en Suisse, tout en permettant, bien sûr et dans la mesure de possible, l'expression de ce que cette doctrine peut avoir de compatible avec la CEDH.

- L'Islam est de nature à propager la shari'ah contrairement à l'église nationale protestante genevoise.

Ainsi sans prendre position ici quant à la conformité de la prohibition de la construction des minaret, je peux qu'affirmer que cette interdiction, qui certes établi une distinction n'est pas discrminatoire.

Écrit par : CEDH | 08/12/2009

@CEDH

Merci pour cette précision.

Mais ma question était plus précise : si une initiative populaire contrevient aux obligations internationales de la Confédération Helvétique, le Conseil Fédéral peut-il refuser de la soumettre au vote populaire ?

Prenons un exemple extrême : imaginons qu'une initiative populaire demandant le rétablissement de la peine de mort pour les mineurs recueille 100.000 signatures (contraire à la Charte de l'ONU sur le droit de l'enfant). Est-ce que le Conseil Fédéral ou le gouvernement suisse sont en droit de la refuser en aval d'une votation ?

Écrit par : Spipou | 08/12/2009

@Spipou

Le Conseil fédéral est le gouvernement suisse. Ses 7 membres sont élus par l'Assemblée fédérale qui est composée de deux chambres. Une chambre, le Conseil national, est élu par le peuple de la Suisse et la deuxième, le Conseil des états, est élu par le peuple de chaque état fédéré, états que l'on appelle les cantons.

Une modification de la Constitution fédérale peut-être proposée par le parlement (de sa propre initative ou sur celle du Conseil fédéral), des cantons, ou par 100'000 citoyens sous forme d'initative populaire. En tous les cas elle doit être approuvée par le peuple et les cantons, c'est-à-dire doit obtenir une majorité globale de votants et une majorité de votants dans la majorité des cantons.

Par exemple, l'initiative contre les minarets afin de contrer l'expansion de la shariah a été adoptée par 57.5 % des votants et 19 1/2 cantons contre 3 1/2 (il existe 6 cantons ayant une demi voix).

S'agissant d'une initiative populaire celle-ci doit respecter le droit international impératif, par quoi l'on entend celui qui s'impose à la Suisse sans que celle-ci n'ait signé de traité. Cela n'englobe pas, par exemple, tous les droits consacrés par la CEDH, mais certains d'entre eux, comme par exemple la prohibition de la torture ou l'expulsion d'une personne vers un pays ou elle sera torturé. Il est évident que l'initiative antiminaret afin de contrer l'expansion de la shariah n'est pas contraire au droit impératif. Pour s'en convaincre il suffit de relever que les droits entrant considérations (9 & 10 CEDH) font partie de ceux qui peuvent, au terme de la CEDH elle-même, être suspendu en cas d'absolue nécessité. En effet, un droit impératif ne peut jamais être suspendu.

Si une iniative populaire viole le droit impératif elle ne doit pas être soumise au peuple, sinon elle le doit, quoiqu'il en soit des normes internationales conventionelles. La décision incombe au parlement dont la décision n'est pas susceptible de recours au terme du droit constitutionnel suisse.

La question peut se poser de la question du contrôle de la conformité au droit international d'une disposition constitutionnelle, par définition adoptée par le peuple, après coup.

la Constitution elle-même prévoit la suprématie du droit internatioonal et donc de la CEDH. Cependant la disposition antiminaret/antishariah a été adoptée après la disposition constitutionnelle relative à la suprématie du droit internationale et de plus est lex specialis. Procéder à un tel contrôle serait donc un coup d'état contre la démocratie directe. C'est ce à quoi appelle la haute représante de l'ONU pour les droits de l'homme.

Je crains qu'une telle atteinte à la démocratie directe, expression d'une démocratophobie onusienne, ait des conséquences incalculables.



Art. 139 (nouveau)64 Initiative populaire rédigée tendant à la révision
partielle de la Constitution

1 100 000 citoyens et citoyennes ayant le droit de vote peuvent, dans un délai de18 mois à compter de la publication officielle de leur initiative, demander la révision partielle de la Constitution sous la forme d’un projet rédigé.

2 Lorsqu’une initiative populaire ne respecte pas le principe de l’unité de la forme, celui de l’unité de la matière ou les règles impératives du droit international, l’Assemblée fédérale la déclare totalement ou partiellement nulle.

3 L’initiative est soumise au vote du peuple et des cantons. L’Assemblée fédérale en recommande l’acceptation ou le rejet. Elle peut lui opposer un contre-projet.

Lien Constitution suisse :

http://www.admin.ch/ch/f/rs/1/101.fr.pdf

Écrit par : CEDH | 09/12/2009

@CEDH

Merci beaucoup pour ces explications détaillées !

Ca répond bien à mes interrogations, qui étaient : comment des gens, en Suisse et ailleurs, peuvent-ils prétendre soumettre un vote populaire à une cour de justice internationale ?

Et si l'initiative avait vraiment été contraire aux droits de l'homme, ou une violation flagrante du droit international (vous prenez à très juste titre l'exemple de la prohibition de la torture), comment le Conseil Fédéral aurait-il pu la proposer au vote ?

Merci encore pour cette petite leçon de droit très instructive. On peut tranquillement renvoyer Daniel Cohn-Bendit dans ses cordes !

Écrit par : Spipou | 10/12/2009

minarets qui minent ... ??? comme chez Caran d'Ache ? ;=)

Écrit par : yes | 17/12/2009

"A l’issue de la guerre, on découvre un intégrisme planant tel un vautour au-dessus du charnier qui vient se nourrir des restes de la guerre pour venir imposer sa loi à travers ses medressas et prêches religieux. Avec un 60% de chômage, les autres mal payés ou payés irrégulièrement, la tentation intégriste est grande et elle apporte ses avantages matériels conséquents, des arrangements, des pistons pour des
emplois. Durant la guerre, on rétribuait les familles qui acceptaient de voiler leurs femmes de 50 DM à 100 DM (entre 25 euros et 50 euros)" écrit par djemâa.
Oui, le minaret n'est que l'iceberg ou l'arbre qui cache la forêt!
Et vous vous sentez discriminés par le vote des braves Suisses. Les Suisse qui volaient à votre secours contre l'intégrisme ! Dîtes leurs MERCI, car nous ne cherchons pas la guerre, mais la paix, sans contraintes !

Écrit par : Etoile de Neige | 22/12/2009

Les commentaires sont fermés.