14/11/2009

LE COLIS

images.jpgCette fois-ci, elle en était  sûre et certaine, il n’y avait  plus aucun doute, les  hommes et les femmes viennent  assurément de planètes différentes. Lorsqu’elle lui a annoncé la rupture, il l’a immédiatement prévenue  qu’il lui enverrait un colis  réunissant tous les objets qu’elle lui avait offerts,  tout au long de leur relation. Oui ! Oui ! ‘C’était un potlatch sentimental, pareil aux chefs indiens, il brûlait symboliquement tous ces petits riens pour lui prouver qu’il était libre sentimentalement, qu’il ne devait rien, qu’on ne l’avait pas acheté, ni attaché, par ce geste chargé de sens, il voulait se montrer détaché………distant……….
Et cette idée si étrange la  fit rêver , elle l’imaginait choisir la grandeur du paquet, faire le tour de son appartement, en quête de ces témoins amoureux qui n’avaient plus leur place, partir à la chasse, fureter partout, parce que de ces petits riens,  ils essaimaient partout chez lui, elle avait pris ainsi,  à travers eux, sa place chez lui, :  dans la salle de bains, dans la cuisine, dans son armoire, dans sa bibliothèque, et encore là où il ne pourrait pas les arracher, tant ils sont restés accrochés, agrippés désespérement  à  son coeur . En une phrase, en quelques mots,”je te quitte”,  les voici tous devenus orphelins, transformés en souvenirs désagréables.

Elle se mit à songer à  l’armée de  petits cadeaux qu’il réunirait et toc, elle se dit qu’elle en ferait  de même.  Elle aussi potlachera, chez elle, elle farfouille dans son tiroir, en extrait la bague en argent ciselée avec sa perle de corail, l’admire tant elle est jolie. L’enfile à l’annulaire, éloigne sa main pour mieux l’admirer. Ah! Qu’elle est belle.  Les livres, les habits réunis, elle les glisse dans un grand sachet plastique  sur lequel est inscrit en gros caractères “Ne me jetez pas dans la nature”.

L’heure du rendez-vous est là , il a décidé de lui donner en personne son colis.  Ils s’asseient dans un coin du bistrot, chacun pose sur la table son paquet comme si c’était de la dynamite, délicatement, sans mot dire. Ils s’observent longuement, et elle de tenter de se souvenir de tout ce qu’il pouvait y avoir là-dedans. Curieuse, elle lui demande d’ouvrir le paquet sous prétexte qu’elle aimerait vérifier qu’il ne se soit pas trompé en confondant ses cadeaux avec celle d’une autre. Lentement, il s’exécute, ouvre large les deux pans du colis. Elle s’exclame . Non ! Tu n’as pas le droit de  me rendre ce carrousel, - minuscule jouet d’enfant, coloré, mécanique-  ce n’est pas un cadeau sentimental, c’est…………………….euh.....................elle ne trouve pas ses mots, elle les cherche, la seule chose qu’elle ressent est un immense chagrin, pourquoi ce carrousel la touche-t-elle   autant ? Les larmes lui montent aux yeux. De tous les objets rendus, celui-là l’émeut particulièrement . Toujours au fond du carton, des livres, des lettres d’amour dorénavant vides de sens,  des babioleries : un marché aux puces sentimental…………

Il voit la bague  à son doigt, elle hésite, elle est si jolie, non pas tant pour son prix, mais contrairement à lui, les objets qu’il lui a offerts, elle continue à les chérir.  Elle la palpe lentement, sensuellement et décide de ne pas la lui rendre.  Il sourit, il aurait souffert, c’est la seule chose qui l’aurait vraiment fait souffrir et elle le sait. Peu à peu, la conversation, murmurée,  timide reprend, ils se remémorent à quelle occasion ils s’étaient offerts toutes ces petites choses. Sicile, la petite statue noire pour le jour de son anniversaire. Rome, après une monstrueuse scène de jalousie, le collier réconciliateur.  Elle extrait, à son tour, les objets du sachet. Ils les commentent, finissent par sourire,  se regarder longuement……………………se prendre par la main, il lui caresse en silence la bague………………..

Le carrousel se remet à tourner après s’être interrompu un moment comme pour reprendre son souffle :  tourne, tourne, le carrousel……..Ils s’embrassent tendrement et repartent,  bras dessus bras dessous,  avec chacun son colis et son sachet sous le bras.

10:44 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | |

Commentaires

C'est prouvé tous les jours qu'hommes et femmes ne viennent pas de la même planète .... Ouf, heureusement, il se "reprend" et on a droit à un Happy End !! Mais elle a quand même du avoir chaud.

(o_~)

Écrit par : Loredana | 14/11/2009

Les commentaires sont fermés.