08/07/2009

Cursus atypiques : les nouveaux NEM de l'économie ?

  images.jpg  

Avec l'aimable autorisation de son auteure que je ne citerai pas , je vous mets en copie sa lettre  qui m'a beaucoup touchée et  qui s'adresse à nous tous. Je souhaite la féliciter pour son courage, sa lucidité et sa persévérance et la remercie de nous faire partager son expérience de CV dit atypique.

"Chère Madame,

Merci d'avoir répondu à mon bref message. Je voulais tout d'abord vous dire mon vif intérêt à l'écoute de vos propos dans l'émission "On en parle" de vendredi dernier.

Ma première réaction: "Enfin, quelqu'un qui voit plus loin que la rentabilité et la productivité sèche des candidats à l'emploi"!!! Bravo.

Deuxième réaction : dans la mesure où vous vous intéressez aux "trous", je voudrais aussi vous soumettre ce que j'appelle un CV atypique, c'est-à-dire, celui qui ne rentre pas dans les rubriques "des sites de recherche d'emploi sur ordinateur." Pour expliciter mon propos, je souhaiterais vous soumettre brièvement la situation que j'expérimente depuis bientôt 4 ans, si vous le permettez.

Après un parcours professionnel de 15 ans où j'ai exercé des fonctions de secrétaire dans des milieux variés, j'ai décidé que j'avais fait le tour de la chose et repris des études universitaires, étant titulaire d'un baccalauréat. Cela répondait à un voeu de longue date; j'avais alors déjà 38 ans, ce qui vous le savez bien n'est pas anodin pour une femme........rapport au marché de l'emploi.

En 2005, licence en poche (philosophie et sociologie de la communication), je suis entrée dans le monde merveilleusement cruel de la recherche d'un emploi. C'est là que le PROBLEME surgit: changement d'orientation et suspicion de la part des employeurs: d'un côté des connaissances académiques dont personne ne veut et de l'autre, des compétences professionnelles pas ou très peu pertinentes pour un travail dans l'enseignement, le social ou un poste de cadre. Il manque toujours LE diplôme XYZ, LE papier de la couleur adéquate, j'en passe et des meilleures. Par ailleurs, avoir suivi des études de philosophie et développé un esprit critique n'est pas de bon aloi face à un nombre d'employeurs: elle risque de PENSER trop fort et de questionner, de déranger en un mot l'ordre bien établi.

Je vous passe la liste des refus, l'accueil méprisant des services de ressources appelés "humaines", les dossiers perdus, oubliés, les postes restructurés entre le moment de l'annonce et celui de la réception des dossiers, etc.

Au final, pas un seul entretien d'embauche et ce n'est pas faute d'avoir suivi les conseils à mon sens inutiles de la belle brochure "Success and Career". Ayant les épaules solides et un mari qui travaille, j'ai fait de la résistance et renoncé à rentrer dans la "rubrique"; aujourd'hui, je suis en train de construire mon propre projet, en freelance.

Si je prends la plume ou plutôt le clavier aujourd'hui, c'est pour parler au nom de toutes celles et ceux qui se trouvent dans ma position.

Je réalise que le marché de l'emploi est une jungle sans règle, ni déontologie. Un demandeur d'emploi en Suisse, aujourd'hui, est un peu comme un NEM (requérant taxé de Non Entrée en Matière). Rien du côté du politique ni du juridique ne le protège de la maltraitance et de la dureté du marché de l'emploi. Bien sûr, si vous possédez les bons papiers (surtout rien d'atypique), le bon âge, ou les bons pistons, tout roule.

Mais beaucoup de personnes peu formées, de femmes seules avec enfants à charge, de personnes ayant dépassé l'âge "requis" se trouvent dans des situations catastrophiques.

Voilà en vous entendant, j'ai le sentiment que vous pouvez entendre ce message et encore une fois, mon expérience me permet de comprendre et surtout de parler au nom de celles et ceux qui ne le font pas: personne ne le dit, mais c'est une réalité.

Merci de m'avoir laissé partager ces préoccupations avec vous. Votre attention portée aux Trous dans les CVs me permet de croire que des réflexions s'amorcent et que des progrès sont en chemin.

Avec mes meilleures salutations "

 

                         

Pour écouter l'émission sur Trou dans le curriculum vitae ou vue sur la mer :

http://www.rsr.ch/la-1ere/on-en-parle/selectedDate/3/7/2009#20090703-les-trous-dans-le-cv

 

               
     


           
           

23:38 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | |

Commentaires

Très bon et émouvant témoignage qui démontre combien la recherche d'un emploi se transforme en véritable parcours du combattant, dès que l'on n'entre pas parfaitement dans le moule.

Écrit par : Kissa | 09/07/2009

Les commentaires sont fermés.