19/06/2009

Le "Bazar" de Patricia Plattner

P1000660.JPG

C'est une Patricia Plattner radieuse que je croise à Carouge, elle vient d'achever son 4 ème long métrage - Bazar - en cours de montage.  Tourné durant huit semaines dont une partie à Genève, entre autres dans le magasin d'antiquités Angélic'Art rue de l'Arquebuse.  au marché aux puces de la  plaine de Plainpalais ,  dans le tram 12, ce tram qui relie Genève à la France;  métaphore du passage entre les frontières et qui met en exergue aussi les frontières entres les âges,  les milieux, les pays.  Une autre partie   a été  tournée  à Annemasse et à Peniche entre Lisbonne et Porto, au bord de l'Océan.  La productrice et réalisatrice  genevoise traverse  aussi volontiers les frontières pour les besoins du film. Comme dans la vie on passe d'une étape à une autre parfois même sans s'en apercevoir.

C'est en parlant avec Bernadette Lafont qui se plaignait de ne jouer que dans des rôles de grand-mère que l'idée lui est venue de planter notre sexagénaire dans un magasin d'antiquités,expulsée de celui-ci, dorénavant indécise, flottant entre deux incertitudes,  se sentant inutile, bientôt proche d'une  retraite forcée, avec pour horizon qu'une série de points d'interrogation, elle rencontre Fred (Pio Marmaï),  un jeune sculpteur d'origine portugaise, de trente ans son cadet et qui vit dans un loft à Annemasse. Non ! ce n'est pas le vieux cliché du jeune qui rencontre une dame aisée, elle deviendra plutôt son Pygmalion. Elle l'encourage, il se nourrit au contact de cette belle  énergie, elle de son talent. Un moment heureux volé à l'existence, miracle des hasards. A priori ces deux êtres n'avaient aucune raison de se croiser. Cette co-production avec Arte sortira en France à fin octobre et  en novembre en Suisse de cette année.

Pour l'été prochain, elle prévoit en sa qualité de  co-auteure de participer à une nouvelle série "Dix" pour la TSR  , dix épisodes de 26 minutes sur une idée originale de Christophe Marzal, le tournage débutera en octobre.

Ce parcours atypique lui a bien réussi, études de Lettres et Arts plastiques,  elle enseignera quatre ans et après une année sabbatique, c'est la fracture, il ne sera plus question d'enseigner. Elle travaillera dans l'hôtel de son oncle à Montana Crans, puis grâce à une bourse elle file à Vancouver où elle se frotte à la vidéo d'art et à la photo. De retour à Genève, elle lance les Studios Lolos en 1980  - atelier de graphisme -  et tourne Campo Europa avec le réalisateur genevois Pierre Maillard, elle mettra la main à la pâte, polyvalente,  elle apprend son métier sur le tas. En 1985, elle lance sa propre maison de production Light Night Production.

Cette carougeoise qui se trouve être dans le quartier sarde depuis 35 ans, ne regrette rien, peut-être juste de n'avoir pas pu faire une école de cinéma.  Elle aime écrire ses propres scénarios et décrit son métier avec passion : il faut être éponge et capitaine à la fois;  être sensible et avoir un solide sens de l'organisation. Il faut gérer des aspects très différents du métier et  elle rit volontiers d'être  têtue comme une mule et si persévérante, d'origine valaisanne et grisonne, ses racines de montagnarde l'ont bien prédisposées à cela.

 

Pour en connaître plus sur sa filmographie

http://www.lightnight.ch/PatriciaPlattner.html

 

 

18:50 Publié dans Genève | Tags : bazar, patricia plattner | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.