02/06/2009

Ces mots qui dérangent et qui hantent : La déviance

090409_Le_Roux.jpg
La déviance est réalisée lorsque la norme est transgressée. Selon le Petit Robert « déviance » est un mot d'usage très récent (années 60) qui, dans son sens psychologique, signifie « comportement qui échappe aux règles admises par la société ». Plus précisément, « déviant(e) » est l'adjectif qui désigne « la personne dont le comportement s'écarte de la norme sociale admise ».

De fait, pour qu'une situation de déviance existe, il faut que soient réunis trois éléments l'existence d'une norme, un comportement de transgression de cette norme, un processus de stigmatisation de cette transgression. (Laurent MucchiellI) . Comme on a pu le lire dans le billet précédent la norme, elle-même, est un concept très flou et soumis aux changements, ce qui nous amène à constater qu’une déviance peut anticiper une norme en cours d’évolution.

Ce sont ceux qui érigent la norme qui “labellisent”, étiquettent, stigmatisent, jugent et punissent les individus déviants à ne pas associer automatiquement à délinquants car il s’agit souvent aussi de transgressions de normes sociales.


Plus les déviances sont nombreuses et plus il est nécessaire de remettre en question la norme, ses dysfonctionnements et observer avec sens critique ceux qui l’imposent en principe une minorité appartenant à une élite qui l'impose à une majorité qui n'a pas autant de chance qu'elle.

Pour replacer cette question dans un contexte épineux de crise et pour exemple on pourrait dire que la norme était “tous travailleurs” , facteur d’intégration sociale et de réussite dans la vie. Le chômeur est donc stigmatisé, jugé, labellisé à souhait comme personne “déviante” à charge. L’ennui c’est qu’on ne s’est pas donné les moyens de rendre la norme réalisable puisque parallèlement à ce discours on réduit et on tue les postes de travail par milliers. La norme est donc schizophrène et dépassée.
Dans ce cas précis, la norme est mensongère, manipulée, stigmatisante à souhait et ceux qui l’ont érigée en norme de société sont juste des menteurs, souvenez-vous de Raymond Barre qui disait "la meilleure forme de lutter contre le chômage, c'est de travailler". Il se moque de qui au juste, des chômeurs qui ne demandent que ça. Le fai est  que le travail devient une denrée rare en voie de disparition.  Elle induit de ce fait une forme de violence sociale et maltraitante qui stigmatise et rend juste malade, malade d’impuisssance. Le chômeur dont s’auto-exclut de la société, se marginalise et se sent coupable.

La norme va donc devoir évoluer et proposer d’autres indicateurs d’intégration sociale réussie, cela afin de ne pas remplir les hôpitaux psychiatriques de marginalisés qui souffrent du manque de reconnaissance sociale. La norme culturelle de l’accomplissement par le travail est dépassée par sa propre réalité. Les faiseurs de normes vont devoir penser et créer d’urgence d’autres normes d’intégration sociale.

A VOS MENINGES ET A VOTRE CREATIVITE !

22:36 Publié dans Solidarité | Tags : chômage | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.